LE VOYAGE DE JENORME

19 mai 2019

HYPERFILTRES ! (64)

Ouaaaaah, ça sonne comme un titre de super film de science fiction-action-destruction tout ça avec plein de super-héros qui se battent contre des méchants hypermoches et dangereux. Ou alors ça pourrait être aussi le titre du dernier film de Jean-Luc Godard.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

Bon, tout de suite, remettons le clocher de l'église au milieu du village... non, comment on dit déjà ? Ah oui, remettre l'église au centre du village ! Voilà, c'est ça. J'ai confondu avec Notre-Dame.
Tiens, où en est-on avec Notre Dame de Paris et sa reconstruction ? Eh bien ça se met en place. L'autre jour, j'écoutais les mots de Sylvain Tesson à ce sujet.

"Cela a été très étrange ce qui s'est passé dans le monde pendant quelques minutes, pendant quelques heures à Paris, en France, dans le monde. Cet espèce de déchirement. Et puis les choses sont passées, les accidents se succèdent et puis, maintenant, nous sommes entrés dans une ère de la catastrophe où une catastrophe en remplace une autre. Mais cela a créé quelque chose, tout de même. Nous nous sommes aperçus que l'on ne savait pas combien on aimait notre cathédrale.(...)

Il est important, je pense, de ne pas appliquer nos défauts, les défauts de notre époque, à la reconstruction de Notre-Dame. Et les défauts de notre époque, c'est de toujours vouloir en faire trop, de vouloir le faire vitre, tout de suite, d'effacer les choses. Et ce serait bien, peut être, de se remettre dans le temps médiéval ; et le temps médiéval, c'est le temps qui laisse son temps au temps. Et je pense que tout ce qui devrait ressortir de ce drame, de ces cendres, de tout ce chagrin, c'est un peu de calme." SYLVAIN TESSON

Et là tu vas me dire : "Oui c'est facile de citer des gens là comme ça !"
Et je te répondrai : "Oh eh, tu t'calmes ! Sylvain Tesson est intéressant. Il parle bien, il écrit bien, il est clair, il ne se lance pas dans des grandes explications tortueuses. Je comprends ce qu'il dit. Tu sais qui c'est Sylvain Tesson ? Non ? Alors ?!"

Né le 26 avril 1972, Sylvain Tesson est un écrivain-voyageur français, fils de Marie-Claude Tesson-Millet, docteur en médecine, spécialisée en rhumatologie et en médecine tropicale, et du journaliste Philippe Tesson.

Sylvain Tesson"(...) Géographe de formation, il est titulaire d'un DEA de géopolitique à l'Institut Français de Géopolitique. Il effectue en 1991 sa première expédition en Islande, suivie en 1993 d'un tour du monde à vélo avec Alexandre Poussin. C'est là le début de sa vie d'aventurier. Il traverse également les steppes d'Asie centrale à cheval avec l'exploratrice Priscilla Telmon, dont il fut le compagnon pendant de nombreuses années, sur plus de 3000 km du Kazakhstan à l’Ouzbékistan. En 2003-2004, il reprend l'itinéraire des évadés du goulag en suivant le récit de Slavomir Rawicz : "The Long Walk" (1955). Ce périple l'emmène de la Sibérie jusqu'en Inde à pied.
En 2010, il réalise un projet souvent évoqué auparavant, en allant vivre six mois (de février à juillet) en ermite dans une cabane au sud de la Sibérie, sur les bords du lac Baïkal. Il relate cette expérience solitaire dans son journal publié l'année suivante sous la forme d'un essai autobiographique intitulé : "Dans les forêts de Sibérie", qui obtient le Prix Médicis essai 2011 et est adapté au cinéma par Safy Nebbou en 2016.
Depuis quelques années, il écrit des nouvelles, dans un registre poétique où souvent l'absurde des situations humaines est montré avec humour. Il obtient le prix Goncourt de la nouvelle en 2009, pour "Une vie à coucher dehors".
Passionné d'escalade, il chute d'une maison à Chamonix en août 2014, juste après avoir transmis à son éditeur le manuscrit de "Bérézina" et est placé en coma artificiel. Il a depuis retrouvé la santé. "Bérézina", qui sort en janvier 2015 (Prix des Hussards), conte le récit de son voyage en side-car sur les traces de la Grande Armée lors de la retraite de Russie. (...)." BABELIO

Si Sylvain Tesson nous parle de Notre-Dame de Paris aujourd'hui, c'est parce que son dernier livre, "Notre-Dame de Paris, ô reine de douleur", vient de paraitre.
Un peu de calme. Un peu de lenteur. Un peu plus de réflexion...

QU'EST-CE QU'ON DISAIT
AU DEBUT DEJA ?

Oui : remettons l'église au centre du village en remarquant de suite que le titre du dernier film de Jean-Luc Godard n'est pas "Hyperfiltres !", mais "Le livre d'images".

Tout de suite,
bande annonce :

Cela aurait également pu être le nom du dernier film de Quentin Dupieux qui, dans le passé, nous a déjà gratifié de quelques bons mots en guise de titre, comme "Nonfilm", "Steak", "Wrong", "Réalité" ou dernièrement en ce moment "Le daim".
"Le daim", c'est l'histoire de Georges qui quitte sa banlieue pavillonnaire et qui plaque tout du jour au lendemain pour s'acheter le blouson 100% daim de ses rêves. Un achat qui lui coûte toutes ses économies et vire à l'obsession. Cette relation de possessivité et de jalousie finira par plonger Georges dans un délire criminel...

Donc, non : "Hyperfiltres !" n'est pas non plus le titre du dernier film de Quentin Dupieux.

 

 OK, ÇA C'EST DIT !


Ce n'est pas le titre du nouveau film de Jean-Luc Godard. Ce n'est même pas non plus le titre d'un film présenté au Festival de Cannes qui vient de débuter.
Non, c'est tout simplement un nouveau billet de ce blog dans lequel j'ai bien l'intention de poster quelques photos faites lors d'une petite promenade sur la côte basque.

PETITE EXPLICATION QUI N'EST PAS FORCEMENT NECESSAIRE D'AILLEURS J'ARRETE TOUT DE SUITE.
On le voit depuis quelques années, les internautes et autres possesseurs de smartphone aiment utiliser des applications pour modifier l'apparence de leurs photos. Je ne parle pas ici des selfies, mais des filtres proposés par ces applications.
Tiens, en parlant de selfies, as-tu entendu parlé de cette femme qui propose une autre façon de figurer sur ses photos touristiques autrement qu'en se prenant le visage souriant devant tel ou tel paysage et/ou monument ?
Il s'agit de l'actrice Stephanie Leigh Rose qui a eu l’idée de se moquer avec humour de la pratique en se prenant en photo, allongée à plat ventre, dans les lieux qu’elle visite. On parle ici de Stefdies !

Stephanie Leigh Rose         Stephanie Leigh Rose

Stephanie Leigh Rose        Stephanie Leigh Rose
Photos : STEFDIES

 

MAIS REVENONS
À HYPERFILTRES !


C'est sans idée préconçue ni démarche fondée que je décidais de prendre la route pour la côte basque pas plus tard que l'autre jour ; un jour où il faisait beau.
La côte basque s'étend d'Anglet (France) à Muskiz (Espagne) ; un nom rigolo qui peut éventuellement faire penser à la chanson "Musica" de Michel Sardou. Toujours est-il que cela laisse le choix avec 230 kilomètres de distance, mais c'est sur la plage du Pavillon Royal que mon choix se porte. Peut être pour tenter de faire quelques repérages pour une future "randonnée" baptisée "Sentier du Mojito 2". Si tu n'as pas vu le premier opus, tu peux cliquer ici : Le sentier du Mojito, part 1.

C'EST PARTI !

La plage du Pavillon Royal se situe à l'entrée nord de la ville de Bidart, vous avez dit Bidart comme c'est étrange. C'est l'une des rares plages sur laquelle je ne suis jamais allé depuis que j'habite dans le Pays Basque. Elle doit son nom au bâtiment qui la surplombe et qui possède une histoire mouvementée.


PLAGE DU PAVILLON ROYAL

Bidart, plage du pavillon royal (64)

À gauche, la plage. À droite, sur les hauteurs, le Pavillon Royal.
En 1877, cet endroit portait le nom d'Haritzako Sablia. Ce n'était qu'une lande isolée située faisant face à l'océan. C'est ici que la Société Anonyme des Bains de mer décide d'ériger le Castel Biarritz, un centre de balnéothérapie. Malheureusement, jamais la formule ne prendra et l'établissement n'attirera jamais la riche clientèle souhaitée.

Bidart, vue sur le château d'Ilbarritz et le pavillon royal (64)C'est en décembre 1883 que le Castel Biarritz est vendu à Julien Moussempès, pharmacien biarrot, qui le transforme en casino. Mais là aussi, l'établissement n'attire pas le public escompté. Le domaine est alors vendu à Nathalie de Serbie, reine en exil, sous les conseils d'Edouard VIII, amoureux de Biarritz. Elle donne alors le nom de Sacchino (surnom de son fils et du roi Alexandre Ier). Elle transforme la propriété en une résidence royale et fait de nombreux dons à la région. Elle quittera Sacchino pendant la guerre 1914-18 pour aller se réfugier à Paris et c'est à sa mémoire que la résidence fut rebaptisée alors Pavillon Royal.
Devenu un cercle présidé par M. Letellier, on y donne de grandes fêtes mondaines durant les années folles.
Mais, une nouvelle fois, le cercle fait faillite en 1928. Il est alors racheté en juin par la Société immobilière de Chiberta appartenant au banquier anglo-belge Alfred Lowenestein, connu pour être visiblement "l'homme le plus riche du monde". Mais ce dernier disparaît un mois plus tard, le 4 juillet 1928, lors d'un vol entre Londres et Paris dans son avion privé et dans des circonstances mystérieuses encore non élucidées à ce jour.
Depuis, le Pavillon Royal est devenu "Les ailes", propriété de la famille Latécoère, inventeur de l'aéropostale, constructeurs d'avions, équipementier aéronautique spécialiste des Aérostructures et des Systèmes d'Interconnexion. (Sources : Pays basque 1900)

Je pose la voiture sur le parking qui se situe à plusieurs mètres de la plage. Pour la rejoindre, il faut emprunter à pied une route fraîchement goudronnée séparant le grand parcours de golf d'Ilbarritz et le camping du Pavillon Royal.

Et au bout de la route...
des travaux !
Bidart, plage du Pavillon Royal, pelleteuses (64)

Eh ouais ! Tu t'attendais peut être à une autre approche, genre

Et au bout de la route...
l'océan dans toute sa splendeur !
Bidart, plage d'Erretegia, mai 17

Ou encore :
Et au bout de la route...
l'océan déchaîné !!!
Anglet, La Barre, digue des Cavaliers, lumière, vague, février 19

Ou encore :
Et au bout de la route...
un magnifique coucher de nuages !
Anglet, Vent d'Ouest, ciel d'avril 1 (64)

Ou encore, ça n'a rien à voir, mais
Et au bout de la route...
mes toilettes redécorées !
Décorons nos toilettes quand il pleut

Mais pour cette avant-dernière éventualité, ce n'est pas possible puisqu'il est 15h32 et que nous sommes au mois de mai. Alors, à moins qu'il y ait eu un gros incident météorologique et spatio-temporel, cette situation est complètement improbable.
MAIS cela m'a donné une idée. L'idée Hyperfiltres !

Hyperfiltres ! c'est quoi alors ? Tu vas parler, chien, au lieu de nous balader là comme ça depuis dix minutes ?!
Eh bien, comme je l'ai dit plus haut, nous remarquons que les utilisateurs de smartphone utilisent volontiers les différents filtres proposés par les différentes applications. Citons au hasard et dans le désordre Instagram et autres filtres fournis par le smartphone lui-même.
Hyperfiltres !, c'est donc l'utilisation de filtres... mais à outrance.
Un exemple, on peut se contenter d'utiliser une retouche photo pour un ciel que l'on ne trouve pas assez bleu, comme ceci :

AVANT                                                                          APRÈS
Hyperfiltres
                       hyperfiltres

Ah merde, je me suis planté, j'ai hyperfiltré les toits de maisons au lieu du ciel.
Je recommence.

AVANT                                                                    APRÈS
Bidart, plage du pavillon royal (64)
                         Bidart, plage du pavillon royal (64)
Eh ouais, quand même !
Mais on peut faire beaucoup mieux...
Hyperfiltres !
Ouais, j'ai peut être un peu abusé là,
mais ça donne des idées.
Des idées d'apocalypse et de fin du monde !

hYPERFILTRES BAERMais attention, nous pouvons également utiliser les filtres pour les visages.
C'est ce qu'a fait notamment Edouard Baer avant la présentation
de la cérémonie d'ouverture du Festival de Cannes.

 

 

 

 


Mais à force de filtres, de retouches et autres, notre perception du monde n'est-elle pas modifiée elle aussi ? Hein ? Ne sommes-nous pas déçus de voir qu'un ciel bleu, en réalité, n'est pas si bleu que cela ? Hein ? Jusqu'où utiliser les filtres ? Hein ? Peut-on encore faire une photo sans retouche afin de lui donner d'avantage de cachet ? N'utilise-t-on pas les filtres parce que l'on trouve que notre monde n'est pas assez beau ? Hein ? Ou utilise-t-on les filtres pour faire croire aux autres que nous sommes dans un des paysages les plus magnifiques du monde et que nous seuls, avec notre smartphone hyperfiltré, sachons en extraire toute la beauté ? Hein ?
Eh bien, j'en sais rien, mais cela m'a donné l'idée d'Hyperfiltres ! ; autrement l'utilisation de filtres à outrance pour retoucher des photos de paysages.
Maaaaaaaaiiiiiisssss je ne pouvais pas ne poster ici que quelques photos. J'ai donc inventé une sorte de scénario ni commencé, ni fini pour argumenter le tout, mais qui prend sa source sur ce qui fait la une des informations en ce moment.

état de santé de JohnnyNon, il ne s'agit pas de la mort de Johnny Hallyday.
Tiens, puisque l'on parlait de réseaux sociaux, notons qu'il existe sur facebook une page qui nous tient au courant de l'état de santé du chanteur...

 

 

 

 

Il ne s'agit pas non plus de l'incendie de Notre-Dame, ni des élections européennes, ne de la naissance du royal baby...
Peut être, par contre, ne parle-t-on pas assez de ces infos importantes...

Bien chaussé  saucisse à tous les étagessauvé des inondations  Tellement évident

Non, l'info qui prime en ce moment  -enfin, au moment où j'écris ces mots car, dans deux heures les journalistes auront sûrement déjà changé de priorités- 
L'info qui prime en ce moment est l'inquiétant réchauffement climatique, accompagné de la disparition de certaines espèces et de la nécessité à préserver la biodiversité.

Tout de suite, le pitch officiel de Hyperfiltres ! :
"Avec le réchauffement climatique, les températures dans le monde entier ne cessent d'augmenter, ce qui impliquent la disparition de plus de 20 000 espèces animales et végétales chaque année. On prévoit pour plus tard une hausse du niveau de la mer, qui est la cause de nombreuses inondations.
On dit sans cesse qu'on va privilégier les transports en communs, les vélos, trottinettes, mais on dit, on dit, puis on se rend compte que les véhicules polluants nous sont indispensables pour notre quotidien." SCIENCES ET AVENIR

Alors, on cherche des solutions.
On n'est pas dans la merde
Mais comme toujours avec l'humain, il y a le pour et le contre.

Le caca de pingouin pour sauver l'Antarctique, oui mais les odeurs !

Le même problème se pose avec les animaux sauvages. Faut-il relâcher les ours dans les Pyrénées afin qu'ils s'accouplent et que la race perdurent alors qu'on les soupçonne de tuer des brebis ? Faut-il mettre les animaux en voie d'instinction dans des zoos afin de les sauver ou faut-il les laisser en liberté naturelle avec le risque qu'ils se fassent tuer par des braconniers ? Avec ces questions, on voit bien que le problème n'est pas la nature, mais bel et bien l'homme.

OK,
MAIS ON PEUT REVENIR 
À HYPERFILTRES !

Tout de suite.
Voici donc le pitch plus officiel encore que le pitch officiel de tout à l'heure.

Nous sommes en l'an de grâce 2020... ah ben ouais, c'est pas si loin que ça.
Les voitures ne volent toujours pas, mais toutes les espèces animales ont réussi à sauver leur peau et quitter la planète en prenant possession de l'alunisseur de Jeff Bezos. La flore quant à elle est allée se réfugier au fond des océans dans un endroit resté à jamais secret aux yeux des vegans.
Sur la terre, il ne reste plus que quelques humains aigris se demandant quel va être le nom du quarantième royal baby de Megham Merkle et du prince Harry.
Dans ce monde de désolation, les paysages apparaissent ravagés par la pollution et le réchauffement climatique.
Certains trouvent ces couleurs contrastées très belles. Plus besoin d'utiliser de filtres à photo. Normal car nous sommes entrés dans l'ère de l'HYPERFILTRES !

 

HYPERFILTRES !

 

Au bout de la petite route fraîchement goudronnée menant de l'avenue du Prince de Galles à la plage du Pavillon Royal, je croise de ces machines futuristes au repos.

Biarritz, plage du Pavillon royal, machines hyperfiltres (64)

Je ne m'attarde pas longtemps pour rejoindre la plage au plus vite ; histoire de trouver un peu d'isolement.
Je commence ma promenade sur la plage.

Biarritz, plage du Pavillon royal, panneau hyperfiltres (64)

Après plusieurs années de prévention, ça y est : la falaise s'est enfin écroulée. Le poids de cette masse rocheuse en contact avec l'océan a ensuite créé une énorme vague que certains Basques ont pu surfer pour finalement se retrouver dans le petit port de pêche de Battle Harbour, situé dans le Labrador, au Canada.
Malheureusement, cette vague détruisit le village ainsi que toute la réserve du parc national de Terre-Neuve.

Un peu plus loin,
une autre "falaise" a pris place.

Biarritz, plage du Pavillon royal, falaises hyperfiltres (64)
               
Biarritz, plage du Pavillon royal, falaises hyperfiltres

Suite à un important séisme, les habitants de Bidart se sont réveillés avec les falaises du Mont Perdu sur la plage du Pavillon Royal, habituellement réservée aux nudistes. Rappelons au passage que la veille, le Mont Perdu se trouvait encore à quelques 272km d'ici.

Je continue d'avancer au grès des surprises. Tiens, une sorte de double gros tuyau bien ancré dans le sable attire ma curiosité.

Biarritz, plage du Pavillon royal, truc hyperfiltres (64)Pour accéder de la plage à leurs appartements, les vacanciers de Bidart sont à présent obligés de passer par ce maigre tunnel à double voie. Il ne faut pas se tromper de tube. Celui de gauche sert à aller de la plage aux appartements ; celui de droite, des appartements à la plage. Si un touriste se trompe, il est aussitôt abattu sur place.
A ce jour, nous sommes toujours sans nouvelles de plusieurs centaines d'entre eux. Il faut dire que les autorités locales ne savent toujours pas où ils ont fait déboucher ce tunnel. Certains disent qu'il prendrait fin dans une cabine d'essayage d'un magasin de fringues dans la banlieue nantaise.

 

 

 

 

 

Je continue. Le soleil donne, mais là, nous ne sommes pas dans une chanson de Laurent Voulzy.
"♫ Le soleil donne de l'or intelligent, ♪ Le soleil donne la même couleur aux gens, La même couleur aux gens, gentiment ♪"
Oui, la même couleur aux gens. Ils sont tous rouges à présent. Les visages tuméfiés par le soleil permanent, brûlant. "Des visages défigurés" auraient pu écrire le groupe Noir Désir.

Au large, des morceaux de la Corse se balade le long de la côte.

Bidart, plage Pavillon Royal, rocher au large, hyperfiltres (64)

Ici, on reconnaît très bien un morceau du sommet du Monte Cinto qui, autrefois, culminait à plus de 2706 mètres d'altitude... plus haute montagne de Corse avant qu'elle ne chute dans la mer Méditerranée après le violent séisme qui secoua la Sardaigne le 24 décembre 2019. Un violent séisme qui s'étendit jusqu'aux côtes tunisiennes, bouleversant la géographie européenne et africaine. Oui, maintenant, en 2020, Tunis se trouve en Sicile.

Nous pourrions croire que cette nouvelle donne géographique (Tunis en Sicile, la Corse au large des côtes basques) aurait rapproché les gens, les peuples, les religions, les politiques... Non, il n'en ai rien. Pour se protéger de l'invasion corse, les Basques ont même planté des canons à piments d'Espelette sur les plages. Je passe devant l'un d'eux sur la partie nord de la plage du Pavillon Royal.

Bidart, plage Pavillon Royal, tube hyperfiltres (64)

Ces habitants corses sont contraints de dérivés en permanence sur quelques morceaux de terre ou de rochers, tels les naufragés du radeau de la Méduse. Si on connaît bien le tableau que le peintre Géricault réalisa en 1818-1819, peut être a-on oublié l'origine de cette interprétation artistique ? Petit rappel.

Radeau de la Méduse"(...)Géricault s’inspira du récit de deux rescapés de La Méduse, frégate de la marine royale partie en 1816 pour coloniser le Sénégal. Son commandement fut confié à un officier d’Ancien Régime qui n’avait pas navigué depuis plus de vingt ans, et qui ne parvint pas à éviter son échouage sur un banc de sable. Ceux qui ne purent prendre place sur les chaloupes en nombre insuffisant durent construire un radeau pour 150 hommes, emportés vers une odyssée sanglante qui dura 13 jours et n’épargna que 10 vies. A la détresse du naufrage s’ajoutèrent les règlements de comptes et l’abomination du cannibalisme.
Géricault représente le faux espoir qui précéda le sauvetage des naufragés : le bateau parti à leur secours apparaît à l’horizon mais s’éloigne sans les voir.
La composition est tendue vers cette espérance, dans un mouvement ascendant vers la droite qui culmine avec l’homme noir, figure de proue de l’embarcation. Géricault donne une vision synthétique de l’existence humaine abandonnée à elle même.(...)" LE LOUVRE

Et là, tu me dis : "Mais comment peuvent-ils flotter sur un rocher ?"
Ah, ah, ah, très bonne question à laquelle je ne répondrai pas afin de te laisser réfléchir sur ce sujet qui sera, peut être, l'une des problématiques posée lors de la prochaine épreuve du bac de philo-chimie. Car, oui, en 2020, on mélange toutes les disciplines scolaires. On les accouple, on les associe pour n'en faire plus que quelques-unes. La philo-chimie, le sporto-littéraire (courir en lisant), les matho-géographiques (déplacement des continents), l'histoiro-étrangères (mélange d'Histoire et de langues étrangères) ne représentent que quelques heures de scolarité par mois pour les étudiants afin qu'ils sortent le moins souvent de chez eux pour ne pas se faire irradier par les rayons solaires de plus en plus suivants. De toute façon, les écoles, collèges, lycées, facs et autres sont appelés à bientôt disparaitre.

Je quitte la plage du Pavillon Royal pour rejoindre celle d'Ilbarritz, dominé par l'étonnant château construit entre 1895 et 1897 par Gustave Huguenin (architecte biarrot) pour le baron Albert de l'Espée.

Biarritz, plage d'Ilbarritz, parc et chateau hyperfiltres (64)

Pas un enfant dans le parc à jeux. Le vent souffle dans les cordage. Quelques petits buissons ronds détachés de leurs arbustes viennent rouler entre les installations.

Biarritz, chateau d'Ilbarritz et camping car, hyperfiltres (64)Un peu loin, au bord de la route de l'avenue du lac (aujourd'hui disparu suite au réchauffement climatique provoqué par l'arrosage intensif du terrain de golf à proximité), j'aperçois un camping-car garé là, au pied du château.
Sans aucune raison, le baron Albert de l'Espée, décédé en 1918, a ressuscité avec un seul but : ramener son orgue dans son château.
pour cela, il a fait le trajet de la basilique du Sacré Coeur de Montmartre à la plage d'Ilbarritz à Bidart en camping car avec son grand orgue sur le toit.
Une fois arrivé, il déposa le Cavaillé-Coll de cathédrale dans son château et se remit à jouer Wagner, fenêtres grandes ouvertes, face à la mer, comme au bon vieux temps.

 

 

 

 

 

Je marche à présent sur le chemin goudronné surplombant la plage de la Milady. Des masques à gaz sont en accès libre afin de passer à proximité de ces fleurs jaunes d'apparence avenantes, mais extrêmement toxiques.

Biarritz, plage Milady, fleurs hyperfiltres (64)

Après avoir reposé mon masque à gaz... C'set marrant, ce la me rappelle cette technique qui avait été développée dans les années 2000 avec les vélibs et autres vélos à disposition dans différents endroits d'une ville... Après avoir reposé mon masque à gaz sur les présentoirs prévus à cet effet, je poursuis ma marche en direction de la prochaine plage : la plage de Marbella.
Sur ma gauche, un de ces immeubles qui recevaient plein de touristes en villégiature à Biarritz, venant pour profiter de l'air du large et des bains de sels océaniques. C'était un époque où la ville était simple et vivable  -bourgeoise certes, mais simple. Mais trouvant que le bleu du ciel était trop naturel, beaucoup d'entrepreneurs ont décidé de repeindre en jaune fluo tous les immeubles de la côte basque.

Biarritz, plage de la Milady, immeuble, hyperfiltres (64)

Cela donne de beaux contrastes, mais on remarque que plus de 56% de la population biarrote est devenue aveugle.

La plage de la Milady est à présent séparée de la plage Marbella par un tas de cailloux colorés. Du moins, c'est ce que l'on peut penser...

Biarritz, plage de la Milady, gros cailloux, hyperfiltres (64)

Suite à l'explosion nucléaire de septembre 2019, la plage de la Milady à Biarritz a vu ses grains de sable grossir de façon démentielle pour devenir de gros rochers colorés. Les plus pessimistes sont inquiets de la présence de ces nouveaux minéraux alors que d'autres viennent par milliers prendre des photos de ce ravissant mélange de couleurs.

Après avoir traversé cet imposant mur de grains de sable, je marche sur le sable bouillant de la plage Marbella jusqu'à atteindre un dispositif ingénieux.

Biarritz, plage de la Marbella, bonbonne, hyperfiltres (64)

Afin d'éviter que la falaise côtière ne s'écroule, un ingénieux système de poussée gazeuse a été mis en place par l'humain. Malheureusement, si la falaise tient bon, on constate un nombre inquiétant de décès humains par intoxications.
C'est d'ailleurs ici, à quelques mètres, que les autorités locales ont aménagé "le passage". Attention, rien à voir avec le film de René Menzor, avec Alain Delon,, sorti en 1986, sur une musique de Francis Lalanne.

Des noms qui nous paraissent tellement loin à présent.

DelonLe pauvre Alain Delon qui a été dévoré par ses chiens, suite au passage d'un nuage toxique au-dessus de sa villa et qui rendit ses animaux complètement fous. Le pauvre. Lui qui voulait être enterré avec eux aura finalement été dévoré par les êtres qu'il aimait le plus. Peut être que eux ne l'aimaient pas tant que lui.

pikachuFrancis Lalanne, lui, a été victime d'une nouvelle maladie, de plus en plus présente à partir de septembre 2019 : la pika. Cela se traduit par une irrépressible envie de manger des peluches Pikachu, partout et tout le temps. Le 21 octobre 2019, il est retrouvé chez lui, mort étouffé en tentant d'avaler sa quinzième peluche de la journée.

 

 

 

 

Le passage, c'est quoi ?
Le passage, c'est ça :
Biarritz, plage Marbella, le passage, hyperfiltres (64)

C'est une sorte de digue, partant de la plage de Marbella pour aller disparaître dans l'océan. C'est la dernière invention du gouvernement qui, plutôt que de pondre des lois sur la réduction du réchauffement climatique, la limitation de l'utilisation du plastique et autres, ont préféré créer ce lieu. Le passage est donc une sorte de chemin que les terriens peuvent emprunter s'ils sont déprimés par la situation climatique actuelle. S'ils en ont marre des maladies et de la toxicité de l'air, ils peuvent alors tenter leur chance en empruntant le passage. Un peu comme pour le loto, ils ont tout ou rien à gagner. Une vie meilleure ou une mort immédiate. Où débouche le passage ? Nul ne le sait. Certaines religions se sont réappropriées ce lieu comme chemin pour le paradis ou l'enfer. Suspense.
Pour ma part, ce n'est pas que je susi déprimé ou effrayé par la situation actuelle, c'est juste que c'est l'heure de l'apéro et que, peut être, le passage mène dans un endroit où l'on sert quelques cocktails dans un environnement calme, lente et réfléchi.

Je monte sur le parapet. J'avance sur le bitume du passage, cerné par les eaux agitées de l'océan. Au loin, quelques Corses sur un rocher qui divague me crient de ne pas y aller. J'avance. L'eau monte. Chevilles. Genoux. Hanches. Torse. Cou. Yeux. Cheveux... Tout se transforme.Pourvu que je ne tombe pas dans une pièce où se trouve une télé qui diffuse en boucle la cérémonie de l'Eurovision...
L'eau a disparu. Tout se vide et se met en place. Comme dans un rêve mais en vrai, je me retrouve à présent dans un lieu bien mystérieux, mais calme, lent, réfléchi. Des bambous, de la verdure. Et puis, des tabourets et une planche...

Acotz, le Bibam, apéro (64)


Je prends place. Une jeune et belle femme approche et me demande ce que je désire boire.
"Un mojito !", réponds-je.