LA BRETAGNE,
ça vous gagne !

 

Oui, je sais. A l'origine, c'est  "La montagne, ça vous gagne !", mais vu que les Parigots sont en vacances, ça fait du monde sur les pistes.
Bref : on m'la fait pas et je revendique ce nouveau slogan publicitaire :

"Quand tout le monde est à la montagne,
va don' en Bretagne
que ça te gagne (aussi)!"

Et pis, la montagne, j'y suis déjà allé l'année dernière...
la montagne
     la montagne 1 la montagne 2      la montagne3
Alors, hein !

D'ailleurs, quand j'étais revenu de Valloire, tout le monde arrêtait pas de me faire chier après : "Alors, eh, hein ?! Dis, ça t'a gagné un peu, là ?! Hein, eh, oh ?!" Non, non ! Fous moins la paix avec la montagne c' t'année !
En plus, ça m'énerve : les gens, là, hein, ils se plaignent qu'ils n'ont pas de pognon, que la vie augmente, qu'Ingrid Bétancourt est toujours pas libérée et tout ça.
Résultat : ils vont au ski dépenser du pognon dans les forfaits télésiège-tire-cul-vin chaud-Raclette ! Merde ! Et je te parle pas de l'argent dépenser en essence, en péage, en sandwichs-triangles dégueux achetés dans les relais autoroutiers ! Merde ! Quand on n'a pas de pognon, on va pas à la montagne et on travaille plus ! Merde !

Au moins, chez les Bretons, je serai peinard : pas de remontées mécaniques à payer ni de sempiternels questionnements à base de "Y'aura de la neige ou pas ?", "Raclette ou fondue ce soir ?", "Tu l'as prise la rouge qu'était verglacée ?" , "T'aurais du la prendre jaune fluo ta combin' au cas où tu tombes dans un ravin ?" ou encore le fameux "Il reste du saucisson des Alpes pour l'apéro de ce soir ?"

En Bretagne, pas tant de questionnements ! Peut être, juste une interrogation quand même :
       "Est-ce que ce sera marée basse ou marée haute ?"
  En bon français qui gueule tout le temps, je me dis :
      "Fait chier, si c'est marée haute, je ne pourrai pas ramasser de coquillages !"
                   ou
      "Fait chier, si c'est marée basse, y'aura pas de vagues !"
Jamais content !

Bon allez !
Je monte dans la bagnole,
je branche mon GPS perso

gps perso

et je trace la route !

Mon premier choix de destination se porte sur... la Loire ! Quoi ? Ben ouais encore !!! J'en aurais jamais fini avec la Loire ! Après la source, il faut que j'ailles voir la fin !
Mais  - , car il y a toujours un mais dans les voyages, -  en cours d'autoroute, je me dis qu'avant cela, j'irai bien faire un petit tour du côté de la dernière vallée du plus long fleuve de France, histoire d'admirer le paysage.

Et voilà l'travail :
la loire

on voit que dalle car il y a du brouillard !
Le fleuve sauvage s'est fait la malle.

Je passe par Le Cellier, petit bled viticole, dont le cimetière abrite un hôte prestigieux. Non pas Edith Piaf !

Souvenons-nous !

Ben oui : le Louis !
Pour trouver sa tombe, c'est pas compliqué.

Tu entres dans le cimetière et...
tombe de louis de funès

c'est la plus grande !

la plus grande

A quelques kilomètres de là, on retrouve également le château de Clermont où l'acteur habitait, loin de la vie parisienne, pour cultiver ses fleurs.

le chateau de louis

Aujourd'hui, l'édifice a été racheté à la famille De Funès pour devenir un restaurant.

       Louis de Funès, l'enchanteur
      
Documentaire d'Agnès Vincent, 1997
"En mars 1975, victime d'un double infarctus, Louis est hospitalisé d'urgence. Il surmonte heureusement le malaise cardiaque, mais devra vivre dorénavant au ralenti. La convalescence sera longue. L'exercice de son métier l'a consumé.

    Louis de Funès :
"- Je ne pourrai jamais remonter sur une scène. Les médecins me l'ont interdit. Ne serait-ce que par les horaires. Il faut que je sois au lit à 8 heures."

Il reviendra tout de même dans quelques films au cinéma, mais les assureurs ne veulent plus prendre le risque de le couvrir pour un film. Sur les plateaux, son médecin est toujours présent, ainsi qu'une ambulance à la sortie des studios.
Il tourne son dernier film,
La soupe aux choux, en 1981 avant de prendre une semi-retraite au château de Clermont. Avec cette disparition des écrans, c'est tout un pan du cinéma français qui s'écroule. Le frigoli virevoltant de tant d'aventures a maigri. Le clown prend le temps des choses. Intuitif, il prend le temps du temps qui passe.
   Louis de Funès : " - L 'amour des fleurs redonne le sens et le vrai rythme de la vie ; le vrai rythme de la nature qui est lent, qui est calme, qui n'est pas pressé. Le rythme des saisons, des oiseaux ; ce que nous n'avons pas dans les grandes villes. Pour moi qui suis un nerveux, le fait d'être jardinier m'amène le calme, la sérénité."

Jusqu'au bout, Louis aura taillé ses massifs de fleurs. Il aura regardé bourgeonner, puis fleurir les trésors colorés de son jardin. Le 27 janvier 1983, Rabbi Jacob s'éteint à jamais, victime d'un nouvel infarctus. Il nous laisse les souvenirs et les images de ces albums de famille que l'on feuillette, heureux, reconnaissants, quand on souhaite que la vie nous soit plus légère..."
            

J'aime bien cette dernière phrase car, quoi qu'on en dise, Louis de Funès fait partie intégrante de notre histoire ; même pour ceux qui le trouvaient exubérant et nerveux.

 

Je quitte le Cellier en longeant "la route de la vallée de la Loire", toujours dans le brouillard,

dans le brouillard

pour passer rapidement sur le périphérique de Nantes avant de capter la nationale 165 qui t'emmène jusqu 'à Brest... si tu ne sors pas avant.
Et, sur ce coup, je vais sortir avant pour voir ce que ça donne quand la Loire disparaît dans l'océan après avoir disparu dans le brouillard. La ville qui semble la plus apte à glorifier ce spectacle est Saint-Nazaire.
De loin, ce que l'on voit de Saint-Naz' , c'est surtout son pont.

Le pont de Saint-Naz', vue de la bagnole
par Yann Baltus Atran

pont saint nazaire
"17 000 tonnes d acier, 258 piliers, 90 000 m3 de béton, 3356 mètres de portée ! Haubanné sur plus de 400 mètres, il s'élève en voûte jusqu à une hauteur de 61 mètres. Eh oui, Mesdames et Messieurs ! Pas 59, pas 60 : 61 mètres ! Le tout afin de laisser passer les plus grands navires ! Pourquoi a-t-il un tracé sinueux, me direz-vous ! Eh bien tout simplement pour résister aux tempêtes de l Atlantique ainsi qu'aux crues et aux grandes marées !
Ah, ah, ça vous la coupe, hein ?!"

pont saint nazaire 2

 

Aujourd'hui, les gens n'en ont plus rien à secouer du pont de Saint-Nazaire depuis que le pont de Normandie existe !
Mais Saint-Nazaire, ce n'est pas qu'un pont ! Eh ouais !  Disons,en deux mots, que...

 

SAINT-NAZAIRE
saint nazaire

C'est aussi une sorte de grand parking gris où, au bout, on peut voir un immense bateau. Car, il faut l'dire, Saint-Nazaire est devenue en quelques décennies le centre de construction navale le plus florissant de l'Atlantique. 600 navires y ont été créés, dont plus de 100 paquebots. Citons, entre autres, l'Impératrice Eugénie, le France (si cher à Michel Sardou), le Normandie, le Millénium, etc. Et cela fonctionne tellement bien qu'ils se mettent même à faire des avions ! Alors t'as qu'à voir !
C'est vrai que c'est un peu pareil, les bateaux et les avions... C'est juste que tu ne peux pas te crasher avec un bateau.

Tiens, ça me fait penser
à un sketch de
bande-dessinée d'É
dika :

edika 1

Pour la suite de l'histoire,
va donc voir "Concerto pour Homoplates"
d'Édika.
Mais
tous les albums sont bons, de toute façon.

 

Pour revenir à Saint-Naz', y'a pas qu 'un port et un chantier naval. Il doit y avoir un centre-ville, un Balto (ou un Café du Commerce, ou un Bar de La Poste ou un Chez Jean-Louis et Francine), un boulanger et plein d'autres trucs, mais je ne suis pas allé voir.

Moi perso, je suis venu voir la Loire
se jeter dans l'océan et voilà !

loire et océan
Ben ouais, je sais : on voit que dalle !

Je me suis quand même recueilli devant ce brouillard... cette Loire disparaissante afin de lui rendre un hommage à elle et à tous ses villages et villes traversés !
Je pense, comme ça, à Arlempdes, Solignac, Lavoûte, Monistrole... Bon, je ne vais pas tous les citer non plus... Mais je voudrais remercier aussi Veauche, Feurs, Roanne, Digoin... Oui merci, Digoin pour ton soutien... Châlon-sur-Saône... Ah non, merde, je me gourre ! Euh, qui remercier encore ? Ah oui, Nevers... Ah "Nevers, je crois que jamais je ne retournerai à Nevers", comme disait si bien Marguerite Duras, que je remercie aussi... Je pense également à toutes ces villes historiques, comme Orléans, Tours, Blois, Amboise, Angers, Nantes... Et tous ces villages de l'ombre, mais qui ont toujours été là pour la soutenir : Cinq-Mars-La-Pile, La Charité, Cosne, Bou, Mer, et j'en oublie... Enfin, pour finir, je voudrais remercier Claude Berri... Ah non, merde ! Je voudrais remercier le Mont-Gerbier-de-Jonc sans qui rien n'aurait été possible. Voilà, merci à tous et vive le cinéma !
Je crois que je suis vaguement influencé par les infos de la radio qui diffusent et rediffusent en boucle la soirée des Césars de la veille.

Mais je t'arrête tout de suite ! Saint-Nazaire a beau avoir le quatrième port de France, ça ne l'empêche pas d'avoir des plages (20 au total !). Eh ouais ! Faut pas lui faire à Saint-Nazaire ! De prime abord, on peut se dire que ça doit être dégueulasse de se baigner si près d'une telle activité maritime, mais... en fait, je te rassure... euh... ben... j'en sais rien ! Faudrait demander à M. Hulot. Car, oui, Mesdames moiselles sieurs : à quelques kilomètres de là, nous retrouvons un nouvel hommage à un autre grand acteur comique : Edith Piaf ! 

Non, j 'déconne. Regarde plutôt la photo ci-dessous.

LA PLAGE DE
SAINT-MARC-SUR-MER

 

saint marc plage 1

 

 

"Il n'a pas cassé sa pipe. On lui a juste volée. La statue de Monsieur Hulot, le vacancier célèbre, s'est fait dérober sa bouffarde légendaire dès son installation."   BALADE EN BRETAGNE, magazine

saint marc plage 2
Ah ben oui !
Ils lui ont foutu un mégôt à la place.

Bordel : est-ce que tu te rends compte qu'en France, ou en Europe, ou même dans le monde entier, il y a une personne qui a, chez lui, sur une étagère, ou sur un buffet, ou encadré au-dessus de son lit, la pipe de la statue en bronze de M. Hulot de Saint-Marc-sur-Mer !!! Hein ?! Tu t'en fous ?
Ah... Mais rien ne t 'intéresse alors, merde ?!
Que dire sur le père Tati ? Perso, j'aime pas trop ses films. Je sais pas, ça me gonfle un peu. L'un des trucs qui m'avait marqué il y a quelques années, ça a été d'apprendre que son fils avait trouvé la mort en réparant une moto qui lui était tombée dessus. Ouais, je sais, c'est pas terrible comme hommage à Tati, mais je ne
m'appelle pas Jean-Claude Brialy ou Alain Delon. Alors, fais-toi-même ton hommage à Tati toi-même tout seul (les meilleurs hommages gagneront une touffe de cheveux que Marion Cotillard s'est faite couper pour "La môme")

Que dire de Saint-Marc-sur-Mer, à présent ? La petite station se trouve postée à l'embouchure de la Loire. Eh oui, encore ! Ainsi, sa mer est moins salée par le mélange avec l'eau douce du fleuve. Voilà.
On continue pour arriver à...

LA BAULE-ESCOUBLAC
la baule

"Sur le désert de dunes qui avaient enseveli l'ancien bourg d'Escoublac, La Baule fut créée de toutes pièces en quelques dizaines d'années, à la grande époque du chemin de fer. Dans le style éclectique et excentrique qui caractérise les stations de villégiature médiéval, folklorique, néoclassique, victorien, art déco... "  ÉDITIONS ATLAS

Et j't'en passe et des meilleures ! Au final, un gros bordel d'immeubles en tout genre avec différentes formes architecturales.
Au début, ça surprend et puis, peu à peu, tu t'habitues car tu ne penses plus qu'à regarder cette longue plage de sable et cet océan, qui hypnotise ton regard et tes oreilles. Un peu comme tous ces gens seuls que tu peux voir sur les centaines de bancs répandus sur la promenade...

face___la_mer___La_Baule

Ouaip ! J'ai eu l'impression que les gens étaient tristes. A moins qu'ils ne soient tout simplement bien. Là, seuls, à regarder la mer et l'horizon, perdus dans leurs pensées. Un peu comme le Louis qui cultivaient ses fleurs, loin du bruit et de l'agitation. Il y a quelque temps, Gérard Lanvin avait un bar à La Baule, mais il l'a revendu. Les impôts étaient trop chers. Il a préféré revendre plutôt que d'engraisser l'Etat.

De mon côté, je fais une pause carte postale dans une maison de la presse baulieno-escoublacoise, histoire d'acheter quelques cartes postales bien senties.

Tiens, en voilà quelques-unes pas dégueux
et typiquement bretonnes.
carte postale
   carte postale 1

Et l'incontournable histoire du drapeau breton :
carte_bretagne_12

 

 

       Dans notre prochaine épisode
Nous quitterons définitivement la Loire pour évoquer les rochers, les roches, les pierres et les cailloux en avançant lentement vers le Sud de l'Ouest de la Bretagne.
Bon apéro à vous tous.