Dans notre précédent épisode, Jénorme découvrait que
Château-Chinon, capitale du Morvan, était devenue ChâteauShima ; seule survivante telle l'arche de Noé au déluge nucléaire japonais.
Fallait-il pour autant rester en ces lieux préservés en pensant qu'il n'y avait pas mieux, ou poursuivre sa route jusqu'à ce désormais mystérieux lac de Pannecière qui n'en pouvait plus d'être secret.

Soudain, que ne voilà-t-il pas...

 .

Oui, Château-Chinon dominait un magnifique tapis de nuage... ou encore une mer de coton, comme dirait , chanteur dont on entendra peut être plus parler d'ici deux ans. Hein ? Ah ! On n'en entend déjà plus parler ! Bon.
Je décidais alors de poursuivre mon chemin. Passage par le centre de la ville où le maire inaugurait la nouvelle devise de la capitale morvandelle. Avant c'était : "Château-Chinon, petite ville, grand renom". A présent, ce sera "ChâteauShima, tous copains comme les douze doigts de la main".
Et puisque l'on en est à parler de devise et de slogan, la radio sur laquelle j'étais à présent branchée dans cette voiture qui me conduisait vers des contrées reculées et encaissées morvandelles, mettait en scène quelques chroniqueurs prêts à en découdre sur le nouvel élan socialiste.

En effet, il y a quelques jours François Hollande, candidat socialiste à la Présidentielle 2012, révélait au monde entier... à l'Europe entière... à la France son terrible slogan. Attention, tu es prêt ? Fais gaffe, c'est très violent... T'es sûr que tu veux lire ce qui va suivre ? J't 'aurais prévenu... Attention, slogan...
C'est parti : "Le changement, c'est maintenant."

hollande

Ah oui, non, mais oh ! J't'avais prévenu, c'est dur, c'est soudain, ça envoie le bois ! Il est pas là pour semer de la terre, le père Hollande ! Il va te mettre les petits plats dans les grands avec le pain sur la planche qui va avec la cerise sur le gâteau !
Non, bon, allez, entre nous : c'est déjà la première déception de ces présidentielles 2012 qui n'ont pas encore commencé.
On aurait pu s 'attendre à quelque chose de plus percutant, de plus original comme... comme... je sais pas moi... comme "Avec Hollande, je positive", ou "Hollande parce que je le vaux bien", et pourquoi pas "Un Hollande et ça repart !" ou encore "Hollande, what else ?", sans oublier "Hollande répare, Hollande remplace" ; voire "Tout le monde se lève pour Hollande".
Et même à la rigueur : "So far away from Hollande" ; encore que "Y'a t-il un Hollande pour sauver l'avion ?" n'étaient pas mal non plus... Mais là... "Le changement, c'est maintenant"... Merde.
Pourquoi pas "Le changement, c'est d't'à l'heure" pendant qu'on y est... ou "Le changement ? Ah oui d'accord !"... "Le changement, c'est juste après la pub". Ou plus abstrait encore : "Siensien Hollande siensiensiensien !"

.

Tous ces débats et ces redondances informatives (PIP, dégradation du triple AAA de la France,...) m'amenaient logiquement à mettre de la musique.
.


oustaletQuitter la ville. Passer devant ce typique restaurant,
"L'Oustalet", où un jour, j'ai bu quelques verres de vin rouge
avec des bucherons polonais venus épurer et
nettoyer quelques forêts movandelles à l'automne.

 

Je tourne à droite pour entamer une longue descente.
Virages.


pont bertrandLà, sur la droite,
une route qui va vers le pont Bertrand
dont j'avais déjà parlé dans un précédent billet
alors que je prenais la route de la Croatie :
Le pont Bertrand.

 

Léger plat. Tourner à gauche pour définitivement plonger vers l'ancien lit de l'Yonne.


Glux-en-Glenne, fête de la myrtilleCe ruisseau prend sa source sur les hauteurs du village de Glux-en-Glenne -,
fief de la fête de la myrtille chaque année début août-,
avant d'aller se jeter dans la Seine pour d'autres lieux plus urbains.

 

 

J'arrivais maintenant à hauteur du village de Corancy, village natal de mon père.

.

CORANCY

Corancy (58)
.

Corancy, église (58)Corancy. Aucun commerce en vue. Une école. Une salle des fêtes. Un terrain de foot. Une poste de proximité. Un camping. Quelques gites.
Et puis une petite place sur laquelle domine l'église Saint-Euphrone datant du XIIème siècle.
A l'intérieur, des peintures murales ont été mises à jour à l'automne 2002. Anges, apôtres, exorcistes, lions, tours se mêlent dans ds représentations encore peu explicitées.


Sur la même place de village, un panneau touristique nous indique qu'au-dessus du village, non loin de la chapelle de Faubouloin, se trouvent des sources miraculeuses, réunies sur le site dit des trois fontaines : Sainte Marguerite, Sainte Marie et la fontaine du Frêne.

Chacune possède ses propres vertues. A Sainte Marie, dans la pente proche de la chapelle, les mères d'enfants malades consultaient l'oracle. Si le petit vêtement, bonnet ou chemise jeté à l'eau surnageait, la guérison était proche; s'il coulait, il annonçait une mort rapide. Les femmes sollicitaient également la protection des animaux domestiques, au moyen d'une modeste offrande, un gâteau de cire et de miel pour rappeler les abeilles en fuite, un peu de laine pour guérir les ouailles de leurs maux. A Sainte Marguerite, on attribue parfois la même vertu de guérir les animaux, outre la guérison des bitous et des bavous. On ne peut oublier, que, d'une manière générale, la sainte passait pour assurer une heureuse délivrance aux femmes enceintes. Quant à la fontaine du Frêne, elle doit guérir toutes les maladies, y compris les précédentes. Elle garantit le mariage pour les jeunes filles, voir la fécondité des femmes. Il suffisait de boire de l'eau et de planter une épingle ou même feuille de houx, parfois un clou dans le frêne.

.

Continuons à descendre. Passage dans de petits hameaux aux cheminées fumantes et aux murs grisâtres originels.
Ardilly. Ce n'est pas le bout du monde, mais c'est très tranquille. Reculé. Et puis, j'étais arrivé finalement au plus bas. Aux premiers glissements aquatique de l'Yonne dans cette vallée.

.

LES CHEVANNES
.
IMG_9108

On découvre déjà les premières ruines des anciennes habitations, recouvertes par les eaux du lac en 1949...avant que ces dernières ne se soient retirées depuis une dizaine d'années pour laisser place à quelques champs herbeux sur lesquels deux, trois vaches sont revenues brouter.
C'est également ici que mes grands-parents avaient leur maison, dont on distingue encore aujourd'hui les fondations sous la forme de quelques carrés de pierres.

IMG_9111


Et la question se pose alors : "Mais comment est né le plus grand lac du Morvan du monde ?"
Pour le savoir, il faut revenir en 1910 lors des grandes inondations parisiennes, dûes à la montée de la Seine.
En janvier 1910, Paris connait l'une des plus importantes crues de la Seine de son histoire. Commencée le 21 janvier, la crue atteint son maximum le 28 au pont de la Tournelle, avec une cote de 8,50 mètres. La moitié de la ville est alors inondée et plus de 200 000 parisiens sont sinistrés.

.

INONDATIONS A PARIS
.
JANVIER 1910
.

pont trocadéro  quai de la Tournelle
 quai de la rapée  boulevard saint germain
 avenue ledru rollin  boulevard haussman gare saint lazare
Cartes postales : L'Art Nouveau

 "Longtemps les Parisiens se sont souvenus que dans les caves d'environ 20 000 immeubles, le charbon, les pommes de terre, les barils de vin et le mobilier de réserve avait mariné durant des semaines. Qu'il avait fallu évacuer carrément les habitants d'un millier de maisons, dans les bas quartiers de la capitale. Que la cité, si fière de sa modernité qu'elle étalait à chaque exposition universelle, avait été progressivement paralysée et ramenée au siècle précédent, celui du cheval, de la lampe à pétrole et du portage à dos d'homme.
Mais on oublie trop souvent la situation de la banlieue qui fut beaucoup plus tragique, tant en amont qu'en aval : 150 000 sinistrés, certains ayant tout perdu hormis les vêtements humides qu'ils avaient sur le dos au moment de la fuite."  CATNAT

 

Suite à ces ravages, il a paru nécessaire de construire des réservoirs sur les affluents de la rivière pour en contrôler les crues.
En ce qui concerne le barrage du lac de Pannecière, qui donnera naissance au lac du même nom en retenant les eaux des rivières de l'Yonne et de l'Houssière, le chantier débuta le 29 septembre 1937 avant d'être interrompu le 2 septembre 1939, suite à l'entrée en guerre de la France.
Les travaux reprirent en mai 1946 pour être achevés en décembre 1949.

Lors de sa mise en eau, le réservoir a englouti quelques hameaux, dont Pélus (intégralement) et Blaisy (partiellement).
Ironie du sort, pour sauvegarder les avenues, boulevards et quais de Seine parisiens, les autorités ont englouti les petits villages de cette vallée qui recueillaient depuis longtemps les enfants parisiens de l'assistance publique, abandonnés ou laissés par leurs parents.
Mes grands-parents paternels étaient de ces gens à avoir recueilli ces enfants qui, pour diverses raisons familiales et psychologiques, se sont retrouvés dans cet endroit de nature éloigné, reculé, calme, dans une famille d'accueil, à des centaines de kilomètres de la capitale.

IMG_9116La construction du barrage et l'apparition du lac de Pannecière ont donc recouvert
ces hameaux qui, aujourd'hui,
ne dévoilent leurs vestiges qu'une fois tous les dix ans,
lors du nettoyage et de la consolidation de l'édifice.
Ici, par exemple, se dressait le petit village de Pelus.

 

 

 

 

 Continuons notre tour de la non-étendue aquatique artificielle.


Quelques mensurations :IMG_9123
Superficie : 5,2 km2
Longueur : 7,5 km
Largeur : 1km
Altitude : 320 m
Profondeur maximale : 48 m
Volume : 82,5 millions de m3

 

 

 

 

La rivière s'éloigne de la route, puis se rapproche, puis disparait derrière les feuillages des arbres entourant l'étendue d'eau.
Au lieu dit "Les buissons", je ne vois plus l'Yonne. Je décide de m'arrêter. Après avoir traversé les quelques mètres de forêt, j'arrive à un endroit très impressionnant...
.

 
La plupart des écrits que j'ai trouvés sur les anciens hameaux recouverts par les eaux ne font pas mention de ces anciennes demeures figurant au lieu dit "Les buissons".

.

IMG_9142

IMG_9152 

IMG_9156

 .

Fantomatiques ! Désertiques ! Lunaires ! Et d'autres mots encore !
Le silence règne en ces lieux éphémères qui ont connu la vie et seront à nouveau recouverts par les eaux en décembre 2012. On pense à l'Atlantide. On pense aux autres vies. On pense aux temps anciens.
J'erre au milieu des arbres humides, aposés sur la terre craquelée.

 

IMG_9151     IMG_9169

 IMG_9174   IMG_9178


IMG_9193


IMG_9194   IMG_9199

 IMG_9184     IMG_9183
 

Je me pose un temps sur une roche faisant office de tremplin, dominant l'étendue invisible.
.

IMG_9196
.


Puis je repars...

.

DANS NOTRE PROCHAIN EPISODE
.

La suite encore et toujours de ce tour de lac sans lac.