Après avoir arpenté les lieux les moins élevés de cette région possédant les plus hauts sommets d'Europe, Jénorme décidait de prendre un peu de hauteur.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Alors pour ceux qui n'étaient pas là lors du précédent billet, une fois de plus, tous mes voeux de santé, d'année 2013, financier, de santé... ah je l'ai déjà dit..., d'apéro, de voyage, de rencontres, de trucs de ouf et tout ça, et tout ça.
Et comme à chaque début d'année, c'est aussi le moment de prendre de bonnes résolutions. Voici une idée parmi tant d'autres...

Oui, plus de temps pour faire d'avantage de choses ; ou, tout simplement : plus de temps pour prendre son temps.
Ceci étant dit, continuons !

 

Oui, les lacs de Haute-Savoie sont très beaux !

 

        Du lac d'Annecy...
Lac d'Annecy

 

au lac du Bourget...      
Lac du Bourget


    ...en passant par le lac de Genève...

Lac de Genève
...sur les rives duquel lac Charlie Chaplin avait décidé de finir ses jours, du côté de Corsey-en-Vevey (Suisse). Eeeh oui, souvenons-nous de cet exil forcé dont fut victime ce grand réalisateur américano-anglais.

 

L'EXIL DE CHARLIE CHAPLIN EN SUISSE

Corsey-en-Vevey (Suisse)

"Le célèbre comique anglais dont les films muets ont fait rire le monde entier habita plus de 25 ans en Suisse.
Né dans le quartier de Kennington à Londres en 1889, Charlie Chaplin fut élevé dans la misère par un père acteur alcoolique et une mère chanteuse toujours entre deux asiles psychiatriques. Le jeune Chaplin commença sa carrière dans le monde du spectacle à l'âge de 5 ans comme chanteur, et s'engage en 1906 comme pantomime dans plusieurs troupes de spectacle qui faisaient des tournées en Europe et en Amérique.
C'est en 1913, au cours d'une tournée dans les music-hall américains que le jeune Chaplin se fait engager comme acteur par une société de production cinématographique, la Keystone Company.

Charlie ChaplinLe talent d'acteur de Charlie Chaplin et son génie dans le mime comique le rendent rapidement célèbre. Il réalise film sur film, dont plusieurs sont devenus des classiques du cinéma muet, comme par exemple The Kid, Le Dictateur, Les Temps modernes ou La Ruée vers l'Or.
Mais le succès de Chaplin ne plaisait pas à tout le monde. L'acteur, malgré son immense popularité auprès du public, était depuis longtemps dans le collimateur de la justice pour son engagement politique gauchisant. En effet, le climat de chasse aux sorcières de l'Amérique de l'après-guerre, exacerbé par les putsch politiques organisés par les agents de Staline dans plusieurs pays d'Europe centrale rendait toute attitude politique libérale suspecte et anti-américaine aux yeux du gouvernement républicain.
En 1952, Chaplin se rendit avec sa famille à Londres pour promouvoir son nouveau film, Les feux de la rampe. La commission anti-communiste dirigée par le sénateur Joseph McCarthy profita de l'occasion pour interdire à Chaplin de revenir sur sol américain en supprimant son visa. L'acteur eut beau protester, rien n'y fit, et la famille Chaplin se mit à la recherche d'une terre d'asile.
La famille Chaplin choisit de s'établir en Suisse et s'installa en 1953 à l'hôtel Beau-Rivage, à Lausanne.


Maison de Charlie Chaplin
Puis ils s'installèrent dans le Manoir de Ban, une grande propriété à Corsier, au-dessus de Vevey, une maison de maître de style néoclassique, construite en 1840, due à l'architecte Philippe Franel, entourée d'une forêt et d'un vaste parc parsemé d'arbres centenaires, de plus de 14 hectares. La propriété comprenait des arbres fruitiers et une grande terrasse avec de magnifiques arbres encadrant les montagnes et le lac au loin.

Dans cet îlot de verdure, il poursuivit son travail, à l'abri des regards indiscrets, pendant près de vingt cinq ans. C'est là qu'il conçut Un Roi à New York, film tourné en Grande-Bretagne en 1957, qui contient une violente condamnation de l'obscurantisme du maccarthysme. Puis, il élabora son dernier film La comtesse de Hong Kong (1967), marquée aussi par le thème de l'exil, réédita d'anciens courts et longs métrages, accompagnés de mélodies nouvelles (plus de deux cents partitions furent composées au Manoir…) et écrivit enfin le scénario complet de The Freak qui eût été sans doute un film déroutant: l'histoire drôle et merveilleuse d'une femme oiseau qui suscite la convoitise des hommes.
La famille Chaplin se fit des amis dans la région, notamment Victoria-Eugénie d'Espagne, la reine d'Espagne en exil. Les amis de passage étaient les bienvenus, notamment la pianiste Clara Haskil. La liste des personnalités reçues par Chaplin, des politiciens aussi bien que de prestigieux artistes, est impressionnante. Curieusement, il ne rencontra pas son voisin, résident aux Monts-de-Corsier, Charles Lindbergh qui réussit la première traversée aérienne en solitaire de l'Atlantique en 1927. Un autre voyage vers l'Europe, riche de significations… Faut-il voir un signe malicieux du destin si le bateau Alinghi, grâce auquel la Coupe de l'America a été ramenée en Europe, a précisément été construit à Fenil non loin du Manoir de Ban ?

Chaplin en familleUne retraite très active mais qui ne l'empêcha pas de vivre des moments de pur bonheur avec son épouse Oona, la fille du dramaturge américain Eugène O'Neill, et ses huit enfants. Il s'intégra dans la région, aima à s'y balader, découvrir les bonnes adresses gastronomiques.
Rite annuel : il assistait au spectacle du cirque
Knie où il était ovationné par le public.


De sa résidence de Corsier, Charlie Chaplin partait parfois en voyage à Londres ou Paris. Il continuait à travailler et tourna par exemple
Un roi à New York en 1956. Le quart de siècle qu'il passa en Suisse vit la naissance de quatre de ses dix enfants.

C'est également dans sa propriété de Corsier que Chaplin termine son autobiographie par ces mots :

"Je contemple la vaste étendue de pelouse verte et le lac au loin, et par-delà le lac la présence rassurante des montagnes, et je reste là, sans penser à rien, à savourer leur magnifique sérénité."

Charlie Chaplin s'éteignit à Vevey, en 1977, la nuit de Noël. Il repose aujourd'hui avec sa femme dans le cimetière de Corsier sur Vevey."

                                    SWITZERLAND IS YOURS ! et CORSIER-SUR-VEVEY

En me rendant dans le petit cimetière où repose également l'acteur James Manson , je repensais à ce sinistre fait divers, n'étant pas sans rappeler ce qui se passa en France, sur l'Ile d'Yeu...

 

CE SINISTRE FAIT DIVERS DE MARS 1978

Jénorme et la tombe de Charlie Chaplin, Corsier-sur-Vevey (Suisse)
Jénorme au moment pile où il repense à ce sinistre fait divers de mars 1978

En effet, dans la nuit du 2 mars 1978, quelques semaines après sa mort, un réfugié polonais de 23 ans, R., appâté par les ressources financières de la famille Chaplin, décide d’enlever la dépouille et d’exiger une rançon. En compagnie d'un ami d'origine bulgare, ils déterrent le cercueil sous une pluie battante, et malgré les lampadaires alentours, pour ensuite filer à Noville.
Le lendemain, à 14h, c’est le branle-bas de combat sur les hauts de Vevey. La tombe de Chaplin est béante et les inspecteurs désemparés : les indices sont inexistants, à part une trace de pneu à proximité. On établit rapidement qu’elle a été laissée par une camionnette venue livrer une pierre tombale. Le lendemain, premier coup de fil au Manoir de Ban. R., qui se fait appeler « Rochat », réclame une rançon d’1 million de francs.
Mais le 16 mai, après deux mois d'intensives recherches, les trois quarts des agents de la police cantonale vaudoise surveillent 240 cabines téléphoniques au centre de Lausanne. R. appelle l’avocat des Chaplin, un technicien localise l’appel et deux pandores coffrent le voleur dans sa cabine.
R. écopera de 4 ans et demi de prison et son complice de 18 mois.

Moralement loin de ces sinistres péripéties, c'est ici, à Corsey-en-Vevey que devrait s'ouvrir courant 2014 un immense musée de plus de 3000m2 en hommage à l'artiste : CHAPLIN MUSEUM.

 

BREF...

 

C'est pas du tout de cela que je voulais parler au départ !
NON, ce que je voulais écrire ici et maintenant, c'est que la mer à la montagne, ou la montagne à la mer, la montagne dans la mer, la mer au-dessus des montagnes,... ça va bien cinq minutes, mais je ne suis pas venu dans les Alpes pour aller me faire bronzer le derche sur les plages des lacs alpins.
Prenons donc de l'altitude et de la hauteur en nous dirigeant vers le plus haut sommet d'Europe : LE MONT BLANC !

Mes nièces, ma soeur et moi quittons mes parents, la maison d'hôtes et p'tite Mimine toujours livrée à ses occupations...

IMG_1241
Cela fait maintenant une semaine que p'tite mimine dort sur ses housses jaunes...

Direction Chamonix. Pour certains, cette commune de Haute-Savoie est le temple de l'alpinisme ; pour d'autres, elle fut le lieu culte des rendez-vous UMP d'Edouard Balladur en 1996...

Depuis Héry-sur-Alby, ce n'est pas compliqué : il suffit de rejoindre l'autoroute. Ah ben oui !
Nous pourrions emprunter les chemins de traverse, mais après un rapide calcul kilométrique, nous avons remarqué que cela nous amenait à prendre les plus hauts cols de la région et que cela nous ferait arriver à Chamonix aux environs du 18 novembre 2013. Étant donné que nous étions déjà le 16 juillet 2012, nous sommes passés à la conclusion que ce n'était pas la meilleure idée, même si la région est très belle. 

L'autoroute. L'A41 ! Aaaah, l'autoroute, tes camions transitant entre la France et l'Italie, tes camping-car qui se déportent, tes voitures de collection qui consomment 764 litres au cent. Une heure et demi plus tard, nous arrivons sur l'Aire du Mont Blanc, d'où se dégage une très belle vue sur des poids lourds en stationnement... et, accessoirement, sur le Mont Blanc.

Panorama de l'aire du Mont Blanc

C'est l'endroit rêvé pour poser un schtroumpf ...et poser un vrai problème mathématique, digne de ceux que tu peux retrouver dans les traditionnels "cahiers de vacances".

PROBLEME MATHEMATIQUE
Photo 032

Sachant que la hauteur moyenne de cet animal bleu 
qui n'en ai pas un est à peu près de 14 cm,

calcules le temps que mettrait un schtroumpf à gravir l
es 4807 mètres de cette montagne mythique.

Tu as deux heures, bonne chance
et donne-nous des nouvelles dès que tu arrives.

 

Nous reprenons la route. Le Mont Blanc en approche. Au-dessus de la Départementale D1506 et de nos têtes, un feu d'artifices de parapentistes nous accueille... ou pas.

IMG_1089    IMG_1096

Après franchissement de quelques rond-points inintéressants, nous arrivons au pied de la plus haute chaîne montagneuse d'Europe, mais aussi sur le troisième site naturel le plus visité au monde.
Voiture garée sur l'un des immenses parking jouxtant le centre-ville de Chamonix, nous avançons jusqu'à des infrastructures touristiques. Et là, ôôôô déception immense -et attendue-, il n'est absolument pas possible de monter en téléphérique, ou en télésiège, ou en tire-cul, ou en papamobil, ou en luge d'été, ou à dos de chien de traîneau, ou en poêle à paella, ou en... BREF : rien ! Pas possible d'atteindre la cime de la cime de la cime de la cime de cette montagne mythiquement mythique.
Enfin, si, c'est possible, mais à pied, bien chaussé, avec l'entrainement de randonnée en haute montagne et une capacité à supporter l'effort, le froid, la marche, dormir dans une tente fixée sur de la glace à plus de 4500 mètres d'altitude...
Bon, on a un peu gueulé au début en disant que l'office du tourisme ne nous avait pas prévenu ; et puis on nous a conseillé d'autres visites toutes plus intéressantes les unes que les autres.
En effet, nul besoin, aujourd'hui d'être un alpiniste confirmé pour atteindre des hauteurs impressionnantes aux environs de Chamonix.
Dans l'enthousiasme généré à la fin du siècle dernier par la foi dans le progrès technique, téléphériques et trains à crémaillère se sont lancés à l'assaut de la montagne. Si, raisonnablement, le projet d'atteindre le sommet du Mont Blanc par le chemin de fer a finalement été abandonné, de nombreux sites ont été mis à la portée du grand public qui peut ainsi prendre la mesure de l'univers de la haute montagne... sans pratiquer le moindre effort !
Nous faisons donc un rapide tour de brochures sur les sites pourvues d'infrastructures locomotrices, comme la Mer de Glace, le Lac Blanc, le Musée Alpin, le Brévent, le funiculaire d'Emosson,... pour finalement porter notre choix sur le sommet de l'Aiguille du Midi.

IMG_1091


3842 mètres d'altitude en plein coeur du massif du Mont Blanc que tu atteints en 20 minutes par un téléphérique "survolant" plusieurs centaines de mètres de vide.
En 1955, lors de l'ouverture du second tronçon reliant Plan de l'Aiguille jusqu'à l'aiguille même, ce téléphérique était alors le plus haut téléphérique pour voyageurs du monde avant d'être détrôné en 1960 par le téléphérique du Pico Espejo, dans les Andes à Mérida (Venezuela), qui culmine à 4 765 mètres.
Et la question se pose alors : peut-on réellement apprécier la montagne et ses grands panoramas grandioses de haute altitude sans avoir pratiquer le moindre effort ? Est-ce que tout cela ne se mérite-t-il pas ? Hein, dis don' ?
Certains diront : "- Oui !"
D'autres, plus rationnels : " - Eh oh, dis : t'as vu le prix des tickets pour monter à l'Aiguille du Midi ou aller à la mer de Glace en train ? On a bossé toute l'année pour ça, merde alors !"
Certes, certes... C'est bien vrai et nous, ça nous arrange car on a oublié les chaussures de marche au chalet. Alors, allons-y !

MAAAAAIIIISSSSSSS...

Avant de tutoyer les cimes en empruntant le féérique téléphérique de l'Aiguille du Midi, il te faudra faire la queue. Une belle file d'attente bien longue, avec des petits serpentins, des aller-retours, en plein soleil, en te tenant debout pendant plus d'une heure !
C'est pas compliqué : on n'a pas atteint le sommet que je suis déjà crevé !

IMG_1092Les discussions s'enchainent dans ce long étirement de gens venus de partout pour "gravir" les cimes. Quelques Japonais ou Chinois (je ne sais jamais) prennent déjà des photos très intéressantes...

 

 


Nous arrivons au guichet. Nous achetons les billets (50 euros pour les adultes, 42,50 euros pour les moins de 16 ans) et nous avons encore 1H30 d'attente avant de capter le téléphérique qui nous emmènera au sommet. Petit tour dans Chamonix... ou plutôt petit tour dans un restaurant qui servait de la tartiflette maison. Une fois que ceci est fait, retour à l'embarquement.
Notre numéro est annoncé. Nous montons. Nous nous entassons. Nous partons. Nous grimpons.

Première escale au Plan de l'Aiguille, situé à 2317 m d'altitude. De là, un peu d'attente pour récupérer un autre téléphérique, mais la vue est déjà magnifique sur...

 

         LE GLACIER DES BOSSONS de profilIMG_1103

 

 

SUR L'ARRIVéE DU TéLéPHéRIQUE         
IMG_1110


Un moment privilégié qui nous permet de parler un peu de cette fameuse...

 

L'AIGUILLE DU MIDI

IMG_1116
L'Aiguille du Midi à 13h30


Si le sommet Nord de l'aiguille du Midi (3 795 m où se trouve aujourd'hui la station d'arrivée du téléphérique) a été gravi le 4 août 1818 par le comte polonais Antoni Malczewski, avec Jean-Michel Balmat et 5 autres guides, on prète d'avantage de romance à l'ascension réalisé par le comte de Bouillé et son équipe.
Habitué de Chamonix, le comte de Bouillé a gravi le Mont Blanc le 14 juillet 1846. Dixième Français sur la pestigieuse cime, Ferdinand de Bouillé veut tenter la conquête de l'Aiguille du Midi, déconseillée par les guides de la région :
"- Impossible, M. le Comte, les chasseurs de chamois les plus hardis, les guides les plus intrépides, les plus grands courageux sont venus s'y briser. Jacques Balmat lui-même (Nb : premier homme à avoir gravi le Mont Blanc en 1786) la regardait comme inaccessible."
Il lui faudra dix ans pour décider cinq guides et deux porteurs à l'accompagner pour une "tentative sérieuse et désespérée".
Le 4 août 1856, il rassemble ses hommes, leur confie trois échelles de quatre mètres, garnies à leur extrémité de pics et de crochets, et arrangées de façon à n'en faire qu'une, soixante mètres de corde en chanvre et divers accessoires (crampons, broches métalliques, etc.). Pour compléter son équipe, il emmène également un certain Bellin, mineur de son état, qui aura pour mission de "fixer dans le roc des morceaux de fer en guise d'escalier".
Remontant la Mer de Glace, la caravane atteint le pied de l'aiguille à la nuit tombante. Après un bivouac autour d'un feu de bois, les hommes du Comte de Bouillé se mettent en route. Ils sont arrêtés à quelques 300 m du sommet. Trois guides partent en reconnaissance. Ils en reviennent après un long moment d'attente anxieuse pour les autres :
"- Monsieur le Comte, votre drapeau flotte là-haut, l'ascension est faite ; mais pour toute la fortune du monde, je ne repasserai pas par cette arète que nous venons de traverser."
Résigné, le Comte donne le signal de retour e rentre à Chamonix.
Un siècle plus tard, l'Aiguille du Midi, amputée de quelques mètres pour cause d'aménagements, deviendra le sommet le plus accessible de toute la chaîne du Mont Blanc, grâce à ce téléphérique, le plus haut du monde, que nous emptruntons et qui est capable de convoyer en moins d'une heure des milliers de touristes, avec en prime un ascenseur, une passerelle, une terrasse de restaurant, un hôtel... et l'un des plus beaux panoramas qui se puisse imaginer à 3842 mètres d'altitude.

 

Après 20 minutes de terrible ascension faite de remous, d'odeurs de parfums et de sueur mélangées, agrémentées de quelques odeurs d'haleine sortant d'apéros, nous arrivons sur la plateforme.
Des 32° au sol, nous évoluons à présent dans un univers où règne une température de 0°. Vent très frais qui vient nous rappeler par sa force que nous ne sommes que de misérables touristes ayant emprunté la voie la plus facile pour atteindre ce lieu autrefois si convoité par de vrais aventuriers et d'authentiques sportifs voulant toujours repousser les limites.


Nous avons trois heures pour faire le tour complet de ce lieu avant de redescendre dans la vallée de Chamonix.
Tiens, ben d'ailleurs, en parlant de vallée, voyons voir comment elle est, vue de ces 3777 mètres d'altitude.

IMG_1124

IMG_1125

 

 

IMG_1129Nous continuons d'évoluer sur la plateforme.
Notre regard se pose sur ces hommes
qui effectuent des réparations
sur le soutient métallique des plus hautes antennes de télécommunication de France.

 

 

 

 

 

 

Il est vrai que nous sommes face à un panorama merveilleux. Nous avons l'impression d'embrasser le monde, de le dominer, d'être au-dessus des montagnes, de l'univers. Le regard ne sait où se perdre pour trouver quelques points de repères. Mais il y a tout de même ces infrastructures dominantes, cet acier qui s'est emparé du pic autrefois vierge.

Ma soeur et mes nièces restent sur la terrasse du 3842,
second plus haut restaurant d'Europe après le Zermatt Matterhorn..   
      IMG_1140

...pendant que je me sauve pour emprunter cette passerelle
dominant un vide de plus de 2000 mètres...
IMG_1118     

...pour rejoindre l'ascenseur qui me décollera au sommet des sommets de l'Aiguille, à 3842 mètres.

J'emprunte une grotte creusée dans le piton rocheux. Ascenseur en vue, dont une charmante jeune femme calcule le rendement. Nous montons. Les portes s'ouvrent après 66 mètres de monter aveugle.
Cette fois-ci, ça y est : je suis au plus haut !

 

DANS LE PROCHAIN EPISODE

Plus haut ! Encore plus haut ! Toujours plus haut !!!