Dans l'épisode précédent, Jénorme n'a absolument pas parlé des prochaines élections européennes. En même temps, ce n'était pas évident d'évoquer un tel sujet en parcourant les paysages de la côte basque.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Je quitte à présent le sable de Bidart et les eaux turquoises du ciel...

Bidart, océan d'avril (64)
Océan d'avril
, par Jénorme

...pour retrouver le Sentier du Littoral qui, comme à son habitude, s'en va franchir des hauteurs insoupçonnées dans une mini-forêt de plantes dont j'ignore le nom, mais qui ne sentent absolument rien. C'est un peu décevant, mais on ne va pas non plus passer notre temps à nous plaindre de tout.
Il est bien 13h42 lorsque j'atteins les  hauteurs guéthariennes, ou presque... Enfin... comment dire ? Ce n'est plus vraiment Bidart et ce n'est pas encore complètement Guéthary. Personne ne sait vraiment quelle est cette partie du globe. Appelons-la comme elle se prononce en réalisant une contraction des deux noms de villes adjacentes.

13h42, BIDARHY : les hauteurs
Mon premier contact avec Bidarhy est une route bitumée, bordée par un centre de toilettage pour chiens, qui n'a rien à voir avec celui de Saint-Jean-de-Luz où Dominique Jorly pratique des massages sur les siensiens.
Je prends à droite pour encore gravir quelques mètres et atteindre un point de vue qui n'en ai pas vraiment un. En tout cas, il n'est pas officialisé en tant que tel. Il n'y a pas de panneau, pas de pancarte, pas de flèche signalétique, mais, à mes yeux, il peut très bien convenir.
Et qu'est-ce que l'on voit depuis ce pseudo-panorama ? Eh bien, c'est incroyable ! Nous voyons ceci :

DSCN0736

Ah non, merde, je me suis planté de dossier. Ça, c'est une photo d'un hangar à grains recouvert de la plus grande affiche du monde du groupe Pet Shop Boys, à Gdansk, en Pologne, lors du Kaliningrad Tour sur lequel nous reviendrons plus tard.

Voici la photo du panorama :
DSCN2437

D'ici, nous voyons bien la maison que s'est construit un mec avec un petit abris de jardin qui domine la plage de Bidart. On peut également remarquer que son jardin est un peu en friche.

13h44, GUÉTHART
Rien à voir avec le chanteur qui joue avec deux doigts et qui, de toute façon, ne s'appelle pas comme ça. Mais nous pouvons tout de même lui rendre un petit hommage car nous approchons de cette partie de la région basque très courue par les people.

Allez musique !
Chaaaaaannnntteee !!!!

Là, en fait, je crois que je suis plus à Guéthary qu'à Bidart DONC on inverse les noms par rapport au lieu où je disais Bidarhy. Voilà, c'est tout simple.
D'ici, en tout cas, on voit très bien ce panneau routier qui indique une priorité aux voitures qui montent. Putain, tout m'intéresse, c'est génial !

DSCN2508

Ce que l'on peut également voir derrière ce même panneau, c'est la véritable invasion de maisons sur cette butte bidarienne. C'est une des vues les plus concentrées immbolièrement parlant de toute la côte basque. Aaah là, t'en as de la villa secondaire vide l'hiver ! Tu pourrais en loger des sans-abris, j'te l'dis, moi !


13h46, GUÉTHARY : Villa Emak Bakia
Après avoir observé la côte immobilière basque au Nord, tournons-nous vers le Sud.
Oui, cette fois, ça y est, c'est sûr, c'est confirmé : j'y suis ! Où ? Eh bien à Guéthary !
De superbes villas dominent l'océan en tournant le dos à un ensemble résidentiel qui a vu sur la nationale. Parmi ces habitations éparses, cette belle demeure attire mon attention.

DSCN2505

De prime abord, elle a en ce jour de Pâques des airs de Psychose du bourgeois. Pas un chat, pas un 4×4 sur le parking !
Il s'agit de la villa Emak Bakia qui fut construite en 1912 pour une famille princière roumaine avec du matériel en provenance de la Roumanie. La nièce du premier propriétaire, la princesse Maria Despina zu Sayn-Wittgenstein, âgée de 94 ans, vit actuellement à Francfort (Allemagne). Plus tard, cette maison sera vendue pour deux millions de francs à un viticulteur bordelais, qui la renommera "Villa Gérard". Entre 1939 et 1945, la maison devient un poste-frontière pour les occupants allemands. En 1951, elle est acquise par la société Socata (constructeur et équipementier aéronautique) de Tarbes, qui la transforme en maison familiale de vacances pour ses employés.
Pendant ses 100 ans d'existence, la maison a souffert beaucoup de modifications. Néanmoins, des décorations en bois, la cheminée décorée avec la tête de Méduse, le balcon et les arcades donnant sur la mer sont toujours là.
Et là, tu me dis :
TU : "- OK, c'est bien, mais tu vas pas nous faire l'historique de toutes les maisons basques que tu vas croiser sur ton chemin ?"

Maaaaaaiiiiisssss, attends !

Cette maison est aussi connue à Guéthary pour être le lieu de tournage du film de Man Ray, "Emak Bakia" ("Fiche-moi la paix") en 1926. Pourtant, lorsque l'on prononce le nom de Man Ray, on pense d'avantage aux "Larmes" ou au "Violon d'Ingres".

Man Ray, les larmes    man-ray-violon-d-ingres
Photos : Man Ray


Mais qui était cet artiste américain enfin ?

 

MAN RAY
Man Ray

Photo : The Telegraph

"Emmanuel  Rudzitsky, futur Man Ray, est né en 1890 à Philadelphie (U.S.A). Dès ses études secondaires, il étudie le dessin libre et le dessin industriel. En 1912, c’est en tant que dessinateur publicitaire que Man ray fait ses débuts dans la vie active. Alors qu’il prépare sa première exposition de peinture en 1915, Man Ray n’est pas satisfait des reproductions professionnelles qu’on lui présente. Il se lance donc dans la photographie pour répondre à ses propres critères d’exigence et devient bientôt un photographe virtuose.
«J’ai commencé par être peintre. En photographiant mes toiles, j’ai découvert l’intérêt de leur reproduction en noir et blanc. Un jour, j’en suis venu à détruire l’original pour ne garder que la reproduction. A partir de là, je n’ai jamais cessé de croire que la peinture est une forme d’expression dépassée, et que la photographie la détrônera quand le public sera visuellement éduqué… Pour moi, une chose est sûre- j’ai besoin d’expérimenter sous une forme ou une autre. La photographie m’en donne le moyen, un moyen plus simple et plus rapide que la peinture.»
Pour le peintre aux tendances modernistes qu’était Man Ray, la photographie devient le mode d’expression de l’Art moderne par excellence. La technique se substitue à l’artiste pour les notions de représentation et ce dernier, libre de ces contingences, peut explorer de nouveaux modes d’expressions. Il se rapproche de la branche américaine du mouvement Dada mais conclura dès 1920 que Dada ne peut vivre à New York.
C’est en 1921, qu’il débarque à Paris et dès le soir de son arrivée, Marcel Duchamp introduit le photographe auprès des artistes surréalistes Aragon, Breton, Eluard… En 1925, Man Ray participe avec Arp, Ernst, Masson, Miro et Picasso à la première exposition surréaliste. Pendant 30 ans, alors qu’il est basé à Montparnasse, l’artiste révolutionne l’art photographique. Il décède à Paris en 1976.  Inhumé au cimetière de Montparnasse, l’épitaphe Unconcerned, but not indifferent (Détaché mais pas indifférent) est inscrite sur sa tombe."   YELLOWKORNER

 

Et le surréalisme alors, qu'est-ce que ce fut donc ? Quelle était la démarche de ces artistes ? Quelles oeuvres ? Quel dogme ? Quelles dates ? Pourquoi ? Comment ? Où ? Et pis toi ?

 

LE SURRÉALISME
Au rendz-vous des amis, Max Ernst

Max Ernst, Au rendez-vous des amis, 1922
Wallraf-Richartz-Museum, Cologne

Le surréalisme trouve tout d'abord ses origines et sa source (Juana) dans le dadaïsme, autre mouvement créé en 1916 par des écrivains et artistes réunis autour de Tristan Tzara. En réaction à l'horreur et à l'absurdité de la Première Guerre mondiale, Dada veut rompre totalement avec les valeurs morales et les codes « bourgeois » de l'époque. Ce mouvement veut radicalement remettre en cause le monde tel qu'il est, qui compte distordre l'ordre établi et le langage. Le mot « dada » est d'ailleurs un mot choisi au hasard dans le dictionnaire.
Mais le dadaïsme ne survivra pas à une querelle relative à l'engagement suscitée par la Révolution soviétique et le risque d'une nouvelle guerre.
En 1924,  naît alors le surréalisme ; mot choisi en hommage à Apollinaire qui avait écrit quelques années auparavant un 'drame surréaliste' "Les mamelles de Tirésias". Puis c'est la publication du premier Manifeste du surréalisme d'André Breton, soucieux d'agir sur la société, sinon l'individu, sans tomber dans l'embrigadement.

breton3"Le Surréalisme est un automatisme psychique pur, par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale."
ANDRÉ BRETON, Manifeste du surréalisme, 1924

 


Le surréalisme comprend alors l’ensemble des procédés de création et d’expression utilisant toutes les forces psychiques (automatisme, rêve, inconscient) libérées du contrôle de la raison et en lutte contre les valeurs reçues. André Breton possédait une formation en médecine et en psychiatrie, servi dans un hôpital neurologique où il utilisa les méthodes psychanalytiques de Sigmund Freud sur des soldats. D'ailleurs, les travaux de Freud sur la liberté d'association, l'analyse des rêves et l'inconscient furent de la plus haute importance pour les surréalistes afin de mettre au point des méthodes pour libérer l'imagination.
Breton, Soupault et Aragon expérimentèrent, entre autre, l'écriture automatique, consistant à écrire spontanément ces pensées sans aucune retenue et censure. A ces trois fondateurs du mouvement surréaliste vinrent s'ajouter des noms, comme Paul Eluard, Benjamin Péret, René Crevel, Robert Desnos, Jacques Baron, Max Morise, Marcel Noll, Pierre Naville, Roger Vitrac, Simone Breton, Gala Éluard, Max Ernst, Man Ray, Hans Arp, Georges Malkine, Michel Leiris, Georges Limbour, Antonin Artaud, Raymond Queneau, André Masson, Joan Miró, Marcel Duchamp, Jacques Prévert et Yves Tanguy. Puis, un peu plus tard, d'autres artistes en art visuel firent leur apparition : Giorgio de Chirico, Salvador Dalí, Enrico Donati, Alberto Giacometti, Valentine Hugo, Meret Oppenheim, Toyen, Grégoire Michonze et Luis Buñuel.

Le surréalisme, comme mouvement artistique visuel, avait trouvé une méthode : exposer la vérité psychologique en éliminant l'importance des objets ordinaires afin de créer une image au-delà de l'ordinaire et de susciter l'empathie du spectateur.

La voix des airs, Magritte    le palais promontoire, Tanguy
La voix des airs, Renée Magritte                      Le palais Promontoire, Yves Tanguy

        Giacometti, table 1933   Giorgio de Chirico mannequin, 1919
         Table, Alberto Giacometti, 1933                      Mannequins, Giorgio de Chirico, 1917

la_persistance_de_la_memoire    Max ernst, le triomphe du surréalisme
La persistance de la Mémoire, Salvator Dali       Le triomphe du surréalisme, Max Ernst
   

enrico donati disait giovanni di paolo, 1942  Meret oppenheim, le déjeuner en fourrure, 1936
Disait Giovanni di Paolo..., Enrico Donati, 1942                   Le déjeuner en fourrure, Meret Oppenheim, 1936

"L’OBJET SURRÉALISTE EST UN OBJET ABSOLUMENT INUTILE AU POINT DE VUE PRATIQUE ET RATIONNEL, CRÉÉ EXCLUSIVEMENT EN VUE D’ÊTRE MATÉRIALISÉ DE MANIÈRE FÉTICHISTE, AVEC LE MAXIMUM DE RÉALITÉ TANGIBLE, D’IDÉES ET FANTAISIES AU CARACTÈRE DÉLIRANT"
(SURRÉALISME AU SERVICE DE LA RÉVOLUTION)

Victor Brauner, triomphe du doute, 1942   Toyen, doramnte, 1937
Triomphe du doute, Victor Brauner, 1942                       Dormante, Toyen, 1937
      

salvador dali - la femme-pain   Hans Bellmer, La Poupée [1933 - 1936]
Buste de femme rétrospectif, Dali, 1933                  La poupée, Hans Bellmer, 1933-36
       

Tout au long des années 1930, le surréalisme se fera connaître au monde entier par de grandes expositions. Citons seulement celle qui se tenait à la galerie des Beaux-Arts de Paris en 1938. Plus de 60 artistes de différents pays avec environ 300 peintures, objets, collages, photographies et installations étaient présentés.
Les surréalistes voulaient créer une exposition qui, en soi, soit un acte de création. Ils demandèrent alors à Marcel Duchamps  -, qui, comme Picasso est toujours resté en marge du mouvement, -  de le faire. A l'entrée de l'exposition, il plaça le taxi de Salvador Dali pour saluer les clients en tenue de soirée. Cette pièce était en fait un taxi qui produisait une bruine constante, de l'intérieur de la fenêtre, une tête de requin sur le siège conducteur et un mannequin blond rampant avec des escargots à l'arrière. Une rue surréaliste remplissait l'un des côtés du hall d'accueil avec des mannequins habillés par divers surréalistes.
Duchamps conçut le hall principal de telle sorte à ce qu'il ressemble à une grotte souterraine avec 1200 sacs de charbon suspendus au plafond. Une seule ampoule fournissant l’éclairage, une lampe de poche était donnée à chaque visiteur pour contempler les oeuvres à l'intérieur. Le tapis était rempli de feuilles mortes, de fougères et d'herbes, et l’arôme de torréfaction du café remplissait l'air. A la satisfaction des surréalistes, l'exposition scandalisa les spectateurs.

Paris1938Surréalisme a  Paris1938Surréalisme b
Paris1938Surréalisme2
Paris1938Surréalisme3
Paris1938Surréalisme4
Photos : Exposition internationale du surréalisme

 La Seconde Guerre mondiale créa le chaos, non seulement pour l'ensemble de la population européenne, mais aussi pour les artistes et les écrivains qui s'opposaient au fascisme et au nazisme.
Bien que la guerre eut été perturbatrice pour le surréalisme, les travaux continuèrent. De nombreux artistes surréalistes continuèrent à explorer le vocabulaire, y compris René Magritte. De nombreux membres du mouvement surréaliste continuèrent à correspondre et à se rencontrer. Alors que Dalí fut excommunié du groupe par André Breton, il n’abandonna pas les thématiques surréalistes dans ses peintures.
Après la Seconde Guerre mondiale, le goût de l'avant-garde américain bascula vers l'expressionnisme abstrait avec l'appui de personnes influentes telles que Peggy Guggenheim, Leo Steinberg et Clement Greenberg. Toutefois, il ne faut pas oublier que l'expressionnisme abstrait fut créé directement des réunions d'artistes surréalistes américains auto-exilés pendant la Seconde Guerre mondiale.
Difficile de donner une date à la fin du surréalisme. Certains historiens la voient dans la Seconde Guerre Mondiale ; d'autres avec la mort d'André Breton en 1966 ; d'autres encore avec la disparition de Dali en 1989. Au cours des années 1980, derrière le rideau de fer, le surréalisme fit un nouveau bond en politique avec un mouvement artistique d'opposition connu sous le nom de Orange alternative."
D'après SURREALISME.COM

Et à ce moment précis, nous sommes en droit de nous poser LA question là ici, maintenant, à Guéthary, sur le Sentier du Mojito... du Littoral. Oui, une question importante, fatidique, cruciale, inévitable, importante, et plein d'autres mots encore. LA question est : Existe-t-il encore des artistes surréalistes de nos jours ?
Maaaaaiiissss biiieeeennn sûûûûûr !!!! Je ne comprends même pas pourquoi tu te poses la question ! Eh, oh : faut sortir un peu, là, hein ! Faut pas que regarder le foot à la télé, ou aller au cinoche voir le dernier Dany Boon, hein !
Alors, qui pouvons-nous prendre comme exemple.... Euh... On va pas tous les citer non plus...

Tiens, par exemple,
j'aime bien les travaux de Ron Uliciny :

ulicny1  ulicny7ulicny4  ulicny6
Photos : Au secours, j'ai un blog

...et de Chema Madoz...

Chema Madoz 4 Chema Madoz Chema Madoz 2 Chema Madoz 3
Photos : Chema Madoz

Ou encore l'art quotidien de McFly El Crotaless Tadcon qui, juste à ce moment précis où j'écris ces mots (coïncidence !!!!) m'envoie un MMS de son emploi du temps de la journée avec un petit message...

emploi du temps mcFly
"Oula, j'suis booké !"


Bon, on continue ?

Pourquoi on parlait de "surréalisme" déjà ? Ah oui, parce que nous étions devant cette belle villa nommée Emak Bakia ! Très bien !

DSCN2507

Y'a-t-il des images de ce film surréaliste tourné ici même il y a 88 ans ?

man_ray

Eh bien non ! De cette villa, seules trois séquences sont connues: l’image de la porte principale, deux colonnes de fenêtre et un fragment de la côte toute proche. La recherche à partir de ces quelques anciennes images ne sera pas chose aisée. Il ne figure rien dans les archives et plus personne aujourd’hui ne se souvient du nom de la maison. Quelques traces subsistent si l'on cherche un peu sur internet avec le blog de Magik Circus, évoquant l'accueil mitigé du film à sa sortie...
C'est également au désir de retrouver des images de ce film que s'est voué un jeune cinéaste espagnol, Oskar Alegria. En 2012, il a décidé de partir sur les traces du court-métrage de Man Ray. Il en a tiré un long métrage, Emak Bakia Baita en 2012, primé et salué à Nantes, à Donostia, à Biarritz.
Mais, bon, bref ! Les années passantes et les heures aussi, sans oublier le secondes, j'ai retrouvé pour toi, cher lectrice/teur, le court-métrage de Man Ray.

 

 

 

ATTENTION : PROJECTION !

Ça n'a pas pris une ride ! C'est poétique, divagatoire (mais si, ça s'dit !), surréaliste. On se perd, on s'abandonne, on résiste, on regarde.
Parait-il que la version 3D est en tournage. En même temps, est-ce bien utile la 3D dans ce cas précis ?

 

Allez, continuons notre sentier.

 

13h52, GUÉTHARY : chapelle Saint-Joseph
J'emprunte la route rectiligne jusqu'à une bifurcation à hauteur d'une petite chapelle. C'est la chapelle Saint-Joseph. Vu que j'ai oublié de faire une photo, regardons une de ces cartes postales d'antan au charme permanent.

Guéthary, chapelle saint Joseph
Carte : Delcampe

Aucun film surréaliste n'a apparemment été tourné ici. Un panneau nous explique que si la chapelle a un porche aussi avancé, c'était pour permettre aux « cagots », (réputés descendants des lépreux) d'assister aux messes tout en restant dehors, afin de ne pas se mêler à la foule.
Une petite descente goudronnée nous amène à une placette où se trouve une brochette de panneaux explicatifs ayant vue sur l'océan.

DSCN2440

Ces panneaux t'expliquent de A à Z et de 1 à 10 l'histoire du Mojito et de sa conception. Incroyable !
Non, bon, je déconne. Ces panneaux sont là pour t'expliquer pourquoi la côte basque reçoit les plus grosses vagues du littoral français.

 

OCÉAN, VAGUES ET CÔTE BASQUE

Pays Basque, la côte (64)

Les océanographes considèrent que le pays basque reçoit les plus grosses vagues du littoral français. Cette situation est liée d'une part à l'influence de la topographie sous-marine, d'autre part à la présence d'une zone de fetch active au large. Le golfe de Gascogne est en effet caractérisé par une remontée rapide du plateau continental : les vagues ne sont pas freinées. Elles déferlent donc tardivement et avec force.
Les vagues déferlent de façons différentes :
- d'une part en fonction du fond (sableux ou rocheux)
- d'autre part en fonction de la topographie (plage à fond plat, présence de baïnes, remontée brutale de la plage).
La forme des vagues est aussi liée à la présence d'obstacles latéraux comme des épis ou des avancées rocheuses.

LA HOULE
DSCN2441En Europe Occidentale, les vents dominants soufflent entre l'anticyclone des Açores et les dépressions centrées sur l'Islande.
Dès lors qu'il dépasse une vitesse de 7 km/h, le vent a pour effet de mettre en mouvement les particules d'eau à la surface de la mer. Au départ chaotique, le mouvement de la mer s'organise petit à petit pour former une onde se déplaçant dans une direction particulière et à vitesse constante. Plus le vent sera fort, soutenu dans le temps et sur de vastes surfaces d'océan (zone de fetch), plus la houle sera marquée. Par exemple, un vent de 40 km/h soufflant durant 15 heures sur une distance de 200 km/h provoquera des vagues de 2,5 mètres environ. En appréciant notamment le temps écoulé entre deux crêtes, les spécialistes sont capables de savoir à quelle distance la houle s'est formée et selon quelle force de vent.

LA VAGUE
DSCN2443
Lorsque la houle atteint le littoral, le plancher océanique devient de moins en moins profond. La circulation des particules d'eau ne peut plus se réaliser complètement. Le mouvement est freiné par les forces de frottement au fond alors que les particules situées sur la crête continuent leur déplacement pour s'effondrer dans le creux de la vague. La vague déferle alors en provoquant une écume blanche liée aux particules d'air contenues dans la crête de la vague.

La vague prend une forme différente en fonction du vent soufflant. Un vent ou une brise aura pour effet de creuser la vague et de la rendre lisse. Cette situation est très appréciée par les surfeurs. A l'inverse, un vent de mer écrasera la vague et sera plate, appelée encore clapot.
Les vagues dissipent une énergie impressionnante. Par exemple, une vague de 4 mètres de hauteur libre l'équivalent d'une masse de 10 tonnes lancée à 100 km/h par mètre linéaire.

 

Alors, oui, bien sûr, je te vois venir là bas au loi  avec tes grosses palmes. Tu es en train de te demander :
TU : "- Mais cette vague nommée Belharra que les surfeurs du monde entier veulent surfer, qu'est-ce que c'est ?"

 

LA BELHARRA

7 janvier 2014

Déjà, saches que cette vague ne déferle pas sur Guéthary, mais plutôt d côté d'Urrugne ; soit à 12 km d'ici et qui plus est au large de la côte.
En effet, la vague Belharra doit son nom à un éperon rocheux, Belharra-Perdun, se trouvant au large des côtes entre Urrugne et Hendaye. Ce haut-fond engendre une vague très violente, qui engloutissait autrefois les navires amarrés à Socoa, avant la construction de la digue. Cette vague de 8 à 15 mètres de haut se forme au nord-ouest de la baie de Saint-Jean-de-Luz, entre Socoa et Hendaye, à environ 2,5 kilomètres de la côte, et est guettée par tous les surfeurs. Elle ne déferle que rarement, pas du tout certaines années. Elle a été surfée pour la première fois le 22 novembre 2002. Le haut-fond, situé entre 14 et 18 mètres, est composé d'un plateau rocheux présentant une marche formant un surplomb. Par houle faible c'est un site de plongée.

 

Bon, c'est bien mignon tout ça, mais il commence à faire soif ! Nous approchons tranquillement de l'heure de passer à table, mais je ne vois pas de bar dans un proche périmètre. Tant pis, je tente le super banco en m'aventurant sur un petit chemin descendant vers la plage Parlementia. C'est vert, c'est pur, de belles couleurs, de l'ombre et une belle vue.

DSCN2445

 

14h08, GUÉTHARY : plage Parlementia
Après une descente effrénée de 4 minutes, j'atteins la belle plage de belle facture de/du Parlemantia. Je ne comprends pas trop ce nom. Est-ce une plage réservée aux membres du Parlement ? Et de quel Parlement parle-t-on alors ? Y'a-t-il une tenue à respecter ? Costard-cravate et attaché-case obligatoire ? Mocassins en cuir ? Faut-il faire un discours dès que nous atteignons le sable ? Faut-il avoir des actions Eurotunnel ?
Non, apparemment, tout le monde peut y aller. La plage est très propre. Pas un bout de bois mort, ni un cure-dents en plastique qui traîne, contrairement au reste de la côte souillée par les grandes marées. Sable fin et brun.

DSCN2446

Ceci dit, une fois que nous avons constaté cet état de propreté avancé, il est très important de revenir à nos préoccupation premières qui sont, rappelons-le : Est-ce qu'il y a un bar avec terrasse où l'on peut boire un Mojito avec vue sur l'océan ?
Eh bien, la réponse est "Ooooooh que oui !" et tu peux le remarquer sur la photo ci-haut.... Regarde... Tu ne vois pas ?

JEU :
DSCN2446a

Trouve le "ICI" qui se cache dans cette image
pour découvrir en dessous une terrasse de bar qui fait des Mojitos.

Ah oui, ça, moi, on ne me la fait pas ! A une heure pareille avec un temps comme ça, j'ai le nez et les deux yeux qui vont avec. Il y a des cochons qui te trouveraient une truffe dans une forêt de 20000 hectares, des chats qui seraient capables de parcourir 2500 km pour retrouver leur maître, des loutres qui peuvent passer des heures à chercher une aiguille dans une botte de foin sans la trouver, des illuminés qui peuvent te prédire la fin du monde à Bugarach pour le 21/12/2012... eh ben moi, j'ai le don de te trouver des bars de plage susceptibles de te servir un Mojito à toute heure. C'est comme ça !
Je marche donc en direction de ce nouvel objectif en longeant la belle plage de/du Parlementia qui, d'après les offices de tourisme et autres guides-sites internet, est le repère des surfeurs. Je m'attendais à en voir partout, sur toute la plage, sur toutes les vagues ; pas un m2 de place sur l'océan... Eh bien, ça va, c'est plutôt calme ! Comme tu peux le voir sur la photo ci-dessous, y'en a qu'un.

JEU :
DSCN2446b_1

Trouve le "" qui se cache dans cette image
pour découvrir en dessous un gars qui tient une planche de surf.

Et encore, rien ne dit qu'il va surfer. Peut être qu'il est juste là pour trimballer sa planche sur la plage comme ça, pour déconner. En même temps, une planche de surf est plus simple à porter qu'un paddle-board...

Jénorme a un gros paddle

Tu peux pas te promener peinard avec une planche de paddle !
Tu peux pas boire un coup tranquille, tu peux pas faire tes courses, tu peux pas aller chez des amis avec, tu peux pas aller au bowling, tu peux pas danser, tu peux pas aller chercher des champignons dans la forêt ! TU PEUX RIEN FAIRE, J'TE DIS ! A part bagailler sur un lac ou sur l'océan calme.
Maaaaaiiisss comme je n'ai pas de paddle board aujourd'hui (j'en ai rarement un, en fait), j'en profite donc pour m'asseoir à cette bien belle terrasse improvisée du Kostaldea; c'est le nom du bar-restaurant.

 

14h14, GUÉTHARY : Bar le Kostaldéa
Deux minutes plus tard, la sympathique et non moins charmante serveuse vient prendre ma commande et là, je ne sais pas ce qui se passe, mais au lieu de demander un Mojito, eh bien... eh bien... j'ai pris un Ti-Punch.

sentier du mojito

Et je me suis posé face à l'océan et ces rochers étranges sortant de l'eau.

Guéthary, Bar Kostaldea, terrasse et Ti-Punch

DSCN2448

Ah tiens, au loin, il y a un paddle-man. Il doit être bien emmerdé, tiens !

 

DANS NOTRE PROCHAIN EPISODE

Ne serait-ce pas la fin du sentier du Mojito et ne serait-ce pas le début du chemin du Ti-Punch ?
Tu le sauras dans le prochain épisode suivant.