Jénorme a 40 ans. Pour fêter ça, ses amis lui ont concocté plusieurs surprises dont il ignore la teneur ; ce qui est normal puisque ce sont des surprises, eh hein alors ! Tu peux pas faire une surprise à quelqu'un en lui disant exactement ce qu'il va se passer parce que sinon après c'est plus une surprise, hein, on est d'accord, Ok !
Ceci dit, même si l'idée de
surprise lui plaisait beaucoup, Jénorme restait suspicieux après la première épreuve surprise, dont l'une des actions principales consista à se faire encorner les fesses et se faire labourer le crâne par un taurillon dans un petit village des Landes.
A présent, la petite bande se trouvait dans les Pyrénées ariègeois face à un brouillard épais. Mais que pouvait-il se cacher derrière ce grand mur blanc ?

Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Nous sommes sur le plateau de Beille situé entre 1650 et 2000 mètres d'altitude et d'une superficie d'environ 1450 hectares.
Tu ne sais pas où se situe le Plateau de Beille ? Pas de panique !

Une vue sur plan va t'aider à savoir
où nous nous trouvons exactement.

Plateau de beille

Carte : Google maps

Bon... Vu que ce n'est pas évident,
je te propose une vue satellite :

Plateau de beille satellite

Carte : Google maps

VOILA !
On voit bien que c'est... c'est... au calme et en pleine nature.

Le plateau de Beille est, entre autre, un des lieux emblématique d'arrivée d'étape du Tour de France depuis sa découverte en 1998. Ce n'est pourtant pas à cet évènement que nous venons assister ou participer aujourd'hui puisqu'il neige comme vache qui pisse à ne pas mettre un cycliste dehors. De plus, nous sommes au mois de mars et, rappelons-le, le Tour de France, c'est en juillet.
Maaaaaiiis le Plateau de Beille, c'est aussi et surtout un lieu dédié et voué à diverses activités nordiques avec 70 km de pistes de ski de fond, 42 km de pistes de raquettes, un stade de biathlon et une école de traîneau à chien.

AH ?!

Une école de traîneau à chiens ? Traîneau à chiens ? Chiens ?
Tu le sais, mes amis le savent, nous le savons, vous le sachiez, ils le sachent : j'aime les chiens ! Oui, c'est comme ça.
Attention, pas de malentendus bien que que les mentalités contemporaines ont tendance à transformer les propos des uns et des autres pour en extraire le jus polémique. Soyons clair : je ne suis pas zoophile. Mais j'aime les chiens. Bon, je suis un peu plus en retrait par rapport à certains, comme, par exemple, celui qui a obtenu en cette année 2014 le prix du chien le plus laid du monde...

cacahuète
Cacahuète, élu chien le plus laid du monde 2014

Mais le chien, le chien, le chien ! Siensien ! C'est fabuleux ! Le meilleur ami de l'homme... Enfin, c'est l'homme qui le dit car le chien, on ne lui a demandé son avis.
Le chien est sympa. Le chien est drôle. Le chien est fidèle. Le chien est toujours prêt à te faire la fête quand il te rencontre ; même si ça ne fait que trois minutes qu'il ne t'a pas vu. Le chien est capable d'excentricités incroyables, d'exploits, de performances, de dons, de douceur, de complicité,...

 

LE SAVAIS-TU
SPECIALE SIENSIENS
parce qu'ils le valent bien !

LE SAVAIS-TU : SIENSIEN GUÉRISSEUR, DÉPISTEURS ET SAUVEURS
On sait que l’interaction des chiens avec les personnes âgées solitaires, les patients souffrant de maladies mentales, d’Alzheimer ou de troubles de stress post-traumatique favorisent la guérison et améliorent la santé globale et le bien-être. Ils peuvent aussi prédire les crises d'épilepsie et sentir venir les séismes.
Les chiens ont un taux de réussite presque parfait dans l'identification des échantillons d'haleine de patients atteints de cancer, avec un taux d'exactitude de 99 % pour le cancer du poumon et de 95 % pour le cancer du sein.
Anecdote : au mois de juillet 2013, Marco Lavoie décide d’aller camper pour deux mois dans les bois sauvages d’un petit village du Canada. Peu de temps après son arrivée, il se fait attaquer par un ours qui ravage son campement. C’est finalement le Berger Allemand de Marco qui va effrayer l’animal... qui a fini par s’enfuir. Malheureusement, Marco Lavoie s’est retrouvé sans la moindre nourriture après que l’ours ait tout dévasté sur son passage. Quelques jours après l’attaque, Marco a assommé son chien avec une pierre et l’a ensuite… mangé ! «Il a survécu car il a pris de bonnes décisions. Manger son chien était l’une d’entre elles» explique l’expert en survivants, François Bourbeau au Toronto Sun. (SUDINFO)



LE SAVAIS-TU : SIENSIEN INATTENDU ET DRÔLE
C'est aussi cela que l'on aime chez les siensiens : ce côté aléatoire et impromptu qui prête parfois à rire. Mais, comme le disait le professeur John Keating dans le film "Le cercle des poètes disparus" (1990) de Peter Weir : "Nous ne rions pas de lui. Nous rions avec lui."
Bon, il le disait pour un autre truc, mais l'idée est là. Siensien drôle, siensien inattendu, siensien tranquille, mais siensien !

Et puis, il ne lui faut pas grand chose
pour s'occuper toute une journée...

 

LE SAVAIS-TU : SIENSIEN COPAIN DE JEU
Le projet "Find Momo" est une suite de photos prisent à travers les États-Unis par Andrew Knapp. Le but principal est de cacher le chien de race border collie du photographe, dans le paysage de la photo. Maître et chien ont parcouru les USA à bord d'un mini-van Volkswagen et se sont arrêter en chemin pour jouer à cache-cache et prendre une photo.

 

LE SAVAIS-TU : SIENSIEN CRÉATEUR D'IDEES

UN HUBLOT POUR CHIEN

 

LE SAVAIS-TU : SIENSIEN LE SEUL ET UNIQUE !

Et toujours aussi actif sur Facebook !

Lassalle

 


OUI : les siensiens sont géniaux ! Et ne voici-t-il pas que nous arrivons là de suite maintenant à présent devant un panneau fort intéressant derrière lequel une action toute aussi alléchante semble prendre forme.

28 parking à sienssiens     29sienssiens avant départ

Aaaaaaah, ça c'est une belle surprise ! Tout est réuni : de la neige, de la randonnée et des siensiens !

 

Ma seconde surprise est donc
de faire une ballade en siensiens de traîneau.


Plusieurs étapes à respecter au préalable.

1) Faire connaissance avec les traineautiers que l'on appelle plus communément les
mushers.

38 deux monos à sienssiens      39 départ

Alors pourquoi Musher qui a une consonance anglaise alors que traineautier ça sonne bien la France ?
Eh bien, j'en sais rien.

2) Faire connaissance avec les siensiens de traîneau.

30 jérôme et sienssiens  35 sienssien et langue  31 nathalie et sienssiens

33 sien sien blanc  34 sienssiens noirs

Un point commun les unit en dehors du fait d'être attelés ensemble ; et ce point commun, tu l'auras trouvé par toi-même en regardant ces photos ci-dessus : ils tirent tous la langue. C'est d'ailleurs à cela que l'on reconnaît un chien de traîneau si, par hasard, il n'est pas relié à un traîneau.
Par exemple, si tu te promènes dans une rue à Mers-les-Bains...

mers

...et que tu croises un siensien qui tire la langue, tu peux être à peu près sûr que c'est un siensien de traîneau qui s'est fait la malle.
Ceci étant dit, attention, il peut y avoir des pièges, l'autre jour, en me promenant en Bretagne, j'ai également vu un siensien qui tirait la langue...

siensien bretagne

...mais ce n'est pas un siensien de traîneau. Par contre, la bigouden qui l'accompagnait, elle, était bel et bien une bigouden de traîneau.
Si, si, si, ça existe dans des lieux reculés de la Bretagne. Oui, oui, oui.... Y'a pas que des bonnets rouges et des huîtres en Bretagne ! Hein, eh oh ! Faut sortir ! De toute façon, j'y vais cet été et je te le prouverai !

RECADRONS-NOUS !
ou un truc dans le genre,
comme disait si bien Stéphane Hessel.

Un petit historique du siensien de traîneau s'impose au moment même où nous pouvons remarquer que ce billet commence à partir en sucette.

 

LE SIENSIEN DE TRAÎNEAU,
HISTOIRE ET HISTOIRES

DSC_0024

    SIENSIEN DE TRAÎNEAU, HISTOIRE
"Le chien est utilisé depuis très longtemps dans les attelages : on a retrouvé des indices datés de 6000 ans avant J.-C. le prouvant.  Ceci dit, aucun document document ne prouve que Jésus a fait sur du chien de traîneau sur l'eau.

Néanmoins, il semble que cette pratique ait été très sporadique jusqu'à l’époque de la culture inuite dite Thulé qui s’est épanouie à la fin du premier millénaire après J.-C.
Plusieurs hypothèses ont été formulées quant à son origine : loup, chacal, coyote, espèce intermédiaire ou mélange entre chacal et loup, espèce particulière. Mais l’hypothèse la plus fréquemment retenue est que le chien de traîneau en particulier – serait le descendant de loups apprivoisés. Le loup dispose d’un potentiel psychique et physique suffisant pour avoir fourni les bases nécessaires aux multiples facettes du chien : odorat, chasseur, instinct territorial, endurance.

carte postaleLes peuples qui ont utilisé réellement et efficacement les attelages de chiens sont les Yakoutes, Aveni, Evenki, Chukchis, Itelmens, Koryaaks, Youkaghirs pour l’ancien monde et les Inuits, Athapaskan, Sioux, Cree, Algonquins, Cheyennes pour le nouveau monde.Ils ne connaissaient pas l’écriture et n’ont été en contact avec la civilisation occidentale que bien tardivement, au XVI° siècle.
Le chien de traîneau est connu des Esquimaux d’Amérique du Nord et du Groenland ainsi que de certaines populations sibériennes depuis de nombreux millénaires. Mais il ne fut utilisé pour l’exploration des régions polaires que depuis le siècle dernier : la conquête des pôles. Au départ, l’exploration se faisait par des navires pénétrant à peine la banquise au début de l’été et fuyant dès l’automne, ou ils se laissaient volontairement prendre par les glaces pour hiverner.

L’exploration se faisait à pied ou en poussant de lourdes embarcations devant soi sur la glace.
En Europe, l'utilisation du chien de trait est très ancienne, probablement vers l'an mille. Bien que peu mentionnée par les historiens, elle est très répandue au XIXe siècle. Dès le XVIIIe siècle, des règlements de police interdisent à Versailles l'utilisation de voitures attelées de chiens et à Paris de phaétons tirés par des chiens. Ce mode de traction persiste néanmoins dans la région parisienne. Interdit en Italie et en Angleterre, l'attelage à chien s'emploie de plus en plus en France — il fait partie de la vie quotidienne.


    
SIENSIEN DE TRAÎNEAU, HISTOIRES
Bien avant que ne soit extraite la première pépite d’or au Klondike et moyennant 7 200 000 Dollars, les USA se sont rendus acquéreurs en 1867 d’une colonie Russe :
« l’Alaska ». D’innombrables chiens travaillant sans relâche assuraient les transports de bois, de courrier, de vivres, d’hommes et d’or. Au fils des jours, les attelages infatigables sillonnaient l’Alaska et le Canada. La nuit leurs clochettes tintaient encore.

Robert PearyLe 6 avril 1909, Robert Peary fut le premier à atteindre le Pôle Nord. Vu comme un homme autoritaire et dont l’obstination suscita le respect du Monde entier, il lança 132 chiens, 15 traîneaux et 24 hommes vers le Pôle Nord. Il affirma soutenir une moyenne quotidienne de 40 kilomètres par jour. Mais seuls 40 chiens et 8 traîneaux atteignirent le Pôle Nord.

 

 

poilus d'alaska1914 : L’armée française entre dans la Première Guerre Mondiale. Pour alimenter en vivres, en munitions et en hommes le front sur les crêtes vosgiennes, le capitaine Moufflet et le lieutenant Haas du 22ème Bataillon de chasseurs alpins eurent l’idée de remplacer les Mulets par des chiens de traîneaux, bien plus adaptés à la neige et à l’hiver vosgien.  
Le 7 août 1915 le ministre de la guerre approuve le projet : « Chiens d’Alaska ». Le gouvernement français pris contact avec Scotty Allan célèbre musher Alaskan pour regrouper chiens et matériel au plus vite. Très rapidement 436 chiens et leurs harnachements,70 traîneaux et 5 tonnes de biscuits furent regroupés. Après avoir traversé en train tout le continent nord américain ; ce fut l’embarquement sur un petit paquebot afin de rallier le Havre au plus vite, malgré les terribles menacent des sous-marins allemands.  
Le 15 décembre 1915 l’expédition arrive dans les Vosges et les chiens firent leur « devoir » sans faillir.Ils firent d’excellentes recrues et permirent d’obtenir de bien meilleur rendement que prévus au point qu’on les utilisa même l’été. L’Armistice mis fin au service des chiens de guerre. Sur les 436 chiens d’Alaska, 247 survivront à ce terrible conflit.  Trois de ces chiens furent d’ailleurs décorés de la croix de guerre pour faits héroïques. Le 18 juillet 1918 les chiens furent placés et finirent leur vie,comme chien de compagnie chez certains particuliers et militaires. (CF : Ufac Bagnolet)

 

baltoEn 1925, à Nome (Alaska) une épidémie de diphtérie se propage. Il faut faire venir du sérum d’Anchorage. La compagnie de chemin de fer convoiera le sérum jusqu’à Nenana. Ensuite les traîneaux le prendront en charge sur 1 000 km et se relaieront jusqu’à Nome. Cette véritable aventure humaine fut à l’origine de la plus grande des courses de traîneau : l’Iditarod, ainsi que du dessin animé : Balto.
Ben oui : avant d'être un nom de bar que tu peux croiser dans toutes les villes de France et de Navarre dans lesquels des gens avinés viennent s'adonner aux joies éphémères des courses de chevaux entre trois litres de vin rouge servis dans des ballons de 10 cl, le nom
Balto se rapporte à ce chien héroïque.
127 Heures et 30 minutes furent nécessaires pour l’acheminement depuis Nénana, et 20 mushers se relayèrent jours et nuits. 19 d’entre eux parcoururent des distances moyennes de 80 km, et Leonhard Seppala plus de 500.

 

paul émile victorEn 1938, Paul-Emile Victor, et ses chiens ramenés d’Ammassalik (Groenland), accompagné par Michel Pérez  et le lieutenant Floatard (Instructeur à l’école de Haute Montagne de Chamonix), entreprirent la difficile traversée des Alpes en traîneau: Nice - Chamonix par les cols les plus élevés des Alpes.
Pour des besoins militaires, Michel Perez et Paul Emile Victor ont voulu démontrer, qu’un attelage de 6 chiens esquimaux pouvait passer partout tout en apportant un réel atout de ravitaillement en zone montagneuse. Ils gravirent de très fortes pentes, tirèrent en Haute Montagne une lourde charge (150 Kg). Tel était le but de cette expédition et sa réalisation était placée sous le contrôle et l’aval du ministère de la guerre.L’itinéraire étudié visa à maintenir une altitude moyenne relativement très élevée en parallèle à la frontière italienne avec le franchissement d’une douzaine de Cols à plus de 2500 m. L’utilisation de roues sous le traîneau compensa le manque de neige, fréquent au fond des basses Vallées. 
Pari réussi : en trois semaines, ils prouvèrent l’efficacité
des chiens de traîneau dans les Alpes en plein hiver."  LE TRAPPEUR

 

 Nous embarquons à bord du traîneau, laissant Nick Canon quelque peu dubitatif...

36 traineau à sienssiens       nick a un problème

Les équipes sont formées...

DSC_0021  

  DSC_0022

Et là, tu te poses une question cruciale dans ta tête de lectrice/teur qui est attentive/f au moindre détail.
Oui, cher lectrice/teur, tu es en train de te demander : "Mais qu'est-ce que ça veut dire que ce TAD sur le bonnet de Nick Canon ?"
Plusieurs hypothèses.
1) Un hommage à cette entreprise japonaise de développement de jeux vidéos ?
2) Un besoin de montrer qu'il est fan de ce film d'animation qu'est Tad l'explorateur ?
3) Les initiales des Tambours du Bronx ? Eh non, sinon cela ferait TDB.
4) Une publicité pour relancer le Travail À Domicile, ou le Taboulet À Djakartaou Traîneau À Débiter, ou Tango À Débattre, ou Tendu À Droite, ou Tarte Aux Dattes,ou Téléphoner À Dalida, ou Tu As (un) Décapsuleur, ou Tectonique À Donf, ou...

Eh bien non, rien de tout cela ! Pour savoir à quoi se rapporte le mot TAD présent sur la bonnet de Nick Canon, je te propose d'aller cliquer sur le mot ci-dessous qui se trouve au-dessus de la photo ci-dessous aussi...

TAD
tad8
Photo : Reverbnation

Voilà. C'est parce qu'on est en pleine nature au milieu de la montagne que l'on ne peut pas se cultiver un peu sur la musique grunge !

A présent que tout le monde est en place  -, excepté Grego qui, pour des raisons de manque de place dans les traîneaux, a du rester à la station.
Ce qui, peut être, ne tombe pas plus mal lorsque l'on connaît les rapports que Grego entretient avec les siensiens.

Souvenons-nous !


Bon, enfin, à présent que tout le monde est positionné (sauf Grego), que les consignes ont été données par les Mushers, que les siensiens ont une putain d'envie de bouffer de la neige et du grand air...

ATTENTION, C'EST PARTI !!!

Oui, une belle vue sur les chiens. C'est pas le premier truc auquel on pense quand on part pour une expédition en chiens de traîneau. ceci s'accompagne de quelques odeurs qui ne sont pas seulement celles des montagnes. Mais la sensation est enthousiasmante.

IMG_4535

Nous sommes dans la montagne, loin de la civilisation, de tout bruit humain et mécanique. Les paysages qui nous entourent sont vierges, noyés dans le blanc manteau neigeux ; alternance entre forêt de pins à crochets et tourbière difficilement appréciable sous la neige. Par temps sec, nous aurions pu apprécier cette flore particulière qui fait du plateau une zone naturelle d'intéret écologique, faunistique et floristique de type I avec, par exemple, la potentille des marais ou la linaigrette vaginée :

 potentille des marais         linégrette vaginée
Photos : Bentree et Krzysztof Ziarnek

Linaigrette vaginée. J'adore ce nom. Si un jour, j'ai une fille, je l'appelerai comme ça. Ben quoi ? C'est pas pire que Cécile Duflot et Xavier Cantat qui ont prénommé leur fille Térébantine ???!!!!
Tout ce blanc est reposant, apaisant. Le son du traîneau glissant sur la neige douce.
Après quelques minutes de trajet, les mushers nous arrêtent sur un petit plateau pour nous inviter à descendre du traîneau et apprécier le calme de la nature.
L'un d'eux nous confirme que si nous n'étions pas dans le brouillard, nous aurions également une très belle vue sur les vallées entourant le plateau de Beille. Quelques petits oiseaux esseulés ou profitant simplement de la liberté offerte par la montagne passent au-dessus de nos têtes par curiosité. Le plateau est aussi parcouru par le grand Tétras, l'aigle royal ou le gypaète barbu. En ce qui concerne les mammifères, pas une martre ou un isard en vue pour le moment.
Les siensiens, eux, sont tranquillement couchés dans la neige, attendant un nouveau départ.
Et nous repartons ! 

DSC_0017

Quelques minutes plus tard, nous rejoignons la station.
Nous saluons tous les sympathiques siensiens ainsi que les mushers qui nous ont accompagné et guidé. Ils nous proposent de revenir en été pour, pourquoi, nous lancer dans le Trotti-Dog !

Il n'est pas loin de... on s'en fout ! Mais toujours est-il que tout est fermé. Pas un commerce ouvert, pas un touriste, pas une voiture sur le parking. En cette fin de journée, le plateau de Beille est redevenu isolé et abandonné, livré à lui-même. Car il faut le savoir : la station est une station dite de jour, c'est à dire qu'aucun hébergement n'est assuré !

 

DANS NOTRE PROCHAIN EPISODE

Ben merde ! Quoi qu'y's'passe ? Qu'est-ce qu'on va faire ? Quand est-ce qu'on va boire une bière belge ?

 

PS : L'auras-tu remarqué ?
Le mot "traîneau" a été utilisé 23 fois ce qui en fait le billet de blog contenant le plus grand nombre de fois le mot "Traîneau". Un grand bravo.
PS : Record à nouveau battu puisque le mot "traîneau" a été ajouté deux fois de plus à ce billet qui comptait déjà 23 fois le mot traîneau ; ce qui nous fait un total de 25. Un grand traîneau... bravo !
PS : Décidément, c'est incroyable ce qu'il se passe puisque le record du plus grand nombre de fois le mot "traîneau" présent dans un billet de blog vient d'être une nouvelle fois battu avec... Oh et pis merde !