Nous sommes au mois d'août. C'est les vacances. Y'a du monde sur les plages, sur les routes, sur les terrasses, aux toilettes des restos... Bordel j'ai envie de pisser !!!! Du monde partout !!!! On ne sait plus où aller pour lire son Voici ou son Gala peinard.
Heureusement, Jénorme est là et t'as trouvé un coin bien tranquille où tu vas pouvoir siroter une bonne bière belge sans te soucier ni des embouteillages, ni des guerres religieuses alentours.

Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Et tout d'abord, du R.I.P.

Attention rien à voir avec RIP le siensien...

Oui parce que RIP est le vrai nom de Siensien
!

Mais du R.I.P. qui, en français traduit de l'anglais abrégé par des lettre qui, mises l'une au bout de l'autre, donnent un son somme toute agréable. Personnellement, cela me rappelle ce "Ripes tes galoches" que me lançait mon grand-père maternel lorsque je m'aventurais trop près de sa machine à élaguer les planches de bois qui lui servaient ensuite à concevoir une armoire dans la pure tradition du métier de menuisier qu'il exerçait à Château-Chinon.
Ah, Château-Chinon, tiens. Capitale du Morvan, avait décrété un soir d'hiver où il n'était pas parti en goguette, le maire du moment prénommé François Mitterrand. Ce même François Mitterrand qui, quelques années plus tard, devint Président de la République française et fit don à la ville, dont il fut maire pendant 22 ans, de cette incroyable fontaine conçue par Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguély en mars 1988...

Qu'est-ce que quoi que je racontais déjà ?
Ah oui : R.I.P., ce, n'est pas un nom de cocktail basque mêlant Raclette Irrouleguy Patxaran, ni une question approximative comme Reste-t-Il-du-Poulet, ni une insulte raciste Reste In Pakistan, ni Ramène Illicopresto du Porto... Et pis plein d'autres recherches, mais on a autre chose à foutre qu'à chercher des mots pour chaque initiales. DONC R.I.P. veut dire en bons anglais que nous sommes Rest In Peace ; soit Reste En Paix ; soit t'es mort, reposes-toi bien.
Et après le sympathique et engagé chanteur Hervé Christiani avec son "Il est libre Max" ou encore son "Radio Bonheur", ne voilà-t-il pas que c'est l'acteur Robin Williams qui nous a quittés.

Non pas Robbie Williams...
7322d7f4330a31dbf1cc95bcedc476d4_large
...ce qui a provoqué chez des milliers de midinettes
des pleurs inconsolables jusqu'à ce qu'elles se rendent compte
qu'il s'agissait malheureusement de l'acteur américain Robin Williams.
ART_Williams_2321

Drôle, émouvant, dynamique et maintenant mort. C'est mal dit, mais comment le dire autrement. Et on y va de l'hommage qui joua dans "Goooooooooddd Morning Vietnam", "Le cercle des poètes disparus" (fin tragique également), "Hook", "Jumanji" et bien sûr, "Mrs Doubtfire". Finalement très peu de journalistes ou de gens du métier n'ont parlé de ses apparitions ou rôles principaux dans les deux films de Terry Guilliam, "Les aventures du Baron de Munchausen" (1988) et l'excellent "The fisher King" (1991).
Ouais, ouais, ouais : faut toujours aller chercher-trouver le petit truc qui sort du lot populaire. Allez, Robin In Peace et regardons un petit extrait de "The Fisher king"...

Ben oui, c'est pas dans mes habitudes, mais c'est toujours pénible de voir une personne drôle et attachante se retirer du monde de cette façon là. On aimerait comprendre sa dépression, son geste et puis...

Allez, enchaînons !

C'est les vacances, c'est le mois d'août, Bison Futé est content parce qu'il a du boulot contrairement à l'Indien du B.O. qui se demande ce qu'il va advenir avec la descente de son club de rugby en seconde Division.
Il m'énerve ce Bison Futé. C'est qui ? Qu'est-ce qu'y veut ? Qui le paye pour fournir des statistiques que tout le monde peut donner ? Hein ? Hein ?
Mais bien sûr que tout le monde sait qu'il y aura des départs en vacances dès le 1er juillet ! Bien sûr, tout le monde peut dire qu'il y aura des chassés-croisés sur les autoroutes du Sud dès le 15 juillet ! Et bien sûr, bordel, tout le monde sait que l'A7 sera bouchonnée de Lyon à Lons-de-Provence !
Putain, ça fait 40 ans que ça dure ces conneries ! Tout le monde va se foutre le cul sur les plages méditerranéennes au même moment, au même endroit, à la même époque ! Faut pas être bison et encore moins futé pour savoir ça !!!!
C'est qui Bison Futé, il m'énerve ! Chaque été, on n'entend parler que de lui ! Je veux lui péter la gueule ! J'en ai marre de ces mêmes prévisions de merde ! Et si on bombardait l'A7 au mois de mai !!!!!!! Hein ? Imagine : un jour, une nuit où personne ne circule dessus... oui, c'est vrai : ça n'arrive jamais même en hiver. Mais coupons-la et bombardons la ! Que les gens n'aillent plus s'y entasser et qu'ils passent par les petits villages ! C'est beau Roanne ! Mais si ! C'est intriguant le Palais du facteur Cheval à Hauterives ! Et le Vercors ?! Es-tu déjà allé dans le Vercors sauter à l'élastique ? Et as-tu déjà voler des amphores au fond des criques ? As-tu seulement fait la cours à des murènes ? Hein ? Hein ?

BON !

Tout ça pour dire que ne voulant pas écouter les prévisions de ce Bison Inconnu et ne voulant pas stagner dans ma cage en métal dans les bouchons de carcasses de l'A7, eh ben je suis parti pour la vallée d'Aspe. Et là, tu me dis :
TOI : "- Oui, ben y'a pas besoin d'être Bison Futé non plus pour savoir que tu vas aller là-bas, tu y es tout le temps fourré !"
Et là, je te réponds :
JÉNORME : "- Je vais te planter la hache de guerre dans la tête que ça va te calmer pas tard !"

Premièrement une, on n'en a jamais fini avec la Vallée d'Aspe, comme disait le commandant Buck Murdock dans "Y'a-t-il enfin un pilote dans l'avion ?" à propos du Macho Grande.
Et deuxièmement deux, t'as qu'à aller sur le blog de Cécile Fillon, "François Fillon mon amour" si t'es pas content !

DONC !
Nous aujourd'hui, nous prenons dans un premier temps la direction du lac de Lhurs.
Oui, c'est vrai, bravo et merci : nous y sommes déjà allés en juin 2013. Eh ouais, eh ouais, ben ouais, ben ouais.

Souvenons-nous en cliquant sur ces mots :
LAC DE LHURS JUIN 2014 !

Mais oui, mais la montagne, ce n'est pas comme la mer Méditerrannée ! Certes, tu vas me dire...
TOI : "- Ah, mais la mer, chaque été, c'est différent chaque jour : on ne croise jamais les mêmes voisins de serviette de plage !"

Ben ouais, si tu veux. Je ne te juge pas, attention, hein, on est d'accord, mais eh oh ! Tu te casses pas trop le cul non plus quand même !? Hein ?! Dis, eh oh : "vacances = A7 = embouteillages = plage". Ok, d'accord !
Mais la montagne, putain ! Hein ! Pas d'embouteillage ! Et puis ce ne sont jamais les mêmes gens, ce n'est jamais la même lumière, jamais les mêmes paysages, jamais les mêmes couleurs suivant le météo, l'heure, le temps qu'il a fait, le temps qu'il fait, le temps qu'il fera.
Alors, oui, du coup, j'y suis retourné au lac de Lhurs ; ne serait-ce que pour le voir sans brouillard et sans neige. J'avais souvenir d'une randonnée dure, abrupte et physique ; même si elle n'était pas très longue. Il fallait que je me rende à nouveau compte.

Je suis donc parti d'un endroit dont je tairais le nom en hommage à Aurélie que je salue au passage puisqu'il fallait que je la salue au passage sur ce blog.
La route n'est pas si longue, mais je croise en chemin bitumé des tas d'affiches fluos qui ne sont pas le signe d'une végétation luxuriante et abondante, mais bel et bien de multiples fêtes de villages aux animations variées et et et et variées.

DSCN3163   DSCN3168DSCN3164     DSCN3166

Y'a du beau, y'a du gros, y'a du lourd ! Le mieux serait peut être de tout mélanger en une seule journée qui ne durerait au final que deux heures. Genre la symbiose de toutes les activités : manger de l'anguille en faisant de la randonnée pédestre suivi par des tracteurs-tondeuses qui font la course avec des vaches blondes royales qui écoutent Sangria gratuite.

Je continue en passant par Oloron-Sainte-Marie...
AH ! Oloron-Sainte-Marie, c'est le chocolat Lindt, le lieu de réunion des deux gaves de Pau et d'Ossau qui donne le gave d'Oloron, le Festival du film Web amateur, le Trésor d'Oloron,... Mais c'est aussi cette petite rue intrigante toute en escaliers et qui se prénomme...

Oloron-Sainte-Marie, escalier du Jaloux (64)

Parait-il qu'avant que ne soit construit la mairie, le terrain était occupé par d'immenses jardins découpés en parcelles. La légende dit qu'un homme surveillait depuis sa fenêtre son épouse lorsque celle-ci allait ramasser les légumes.

On continue en entrant dans la vallée d'Aspe avec Bedous, etc... Bon , eh : on va pas faire l'inventaire des villages à chaque fois non plus.
Je passe Lescun et son toujours magnifique cirque. J'harpente les routes goudronnées en suivant la direction de "Lhurs - Anapia". J'arrive au parking situé à 1011 mètres d'altitude très très précisément. Il s'agit pas de déconner avec ça !
Je me gare. Il y a déjà quelques voitures ainsi que des tentes. Je sors de la bagnole. J'ouvre le coffre. Je chausse les chaussures de rando. Je mets les bières, le rosé et la bouffe dans le sac. Je pars... "Le vol de nuit s'en va... Direction Bahia... Buenos Aires ou Cuba..." comme le chante si bien Nicolas Peyrac.

SAUF QUE NOUS,
C'EST BEAUCOUP PLUS SIMPLE :
C'EST DESTINATION
LAC DE LHURS !

 

C'est parti pour 12 km de randonnée.
Prenons le sentier qui mène au lac et déjà, une minute plus tard, un jeu s'offre à nous !

JEU
Dans cette photo ci-bas, une vache s'est cachée dans les fougères.
Retrouve-la et gagne ton poids en disques 45 tours de "Je pars" de Nicolas Peyrac.
DSCN3169

Tu vois, lectrice/teur, c'est dans ces moments là que je pense à la chanson d'Alain Souchon, "Voir sous les jupes des filles". Ouais baby, tu vois, j'y pense là, comme ça. Sauf que je change le titre pour chanter : "Voir dans la tête des vaches".
Oui, voir et surtout comprendre : mais qu'est-ce que cette vache fait-elle seule, là, au milieu des fougères ? A quoi pense-t-elle ? Envisage-t-elle d'autres possibilités ? A-t-elle trouvé son paradis ici, au milieu du vert qui l'entoure et qui l'amène à ne voir rien d'autre que ces cryptogames vasculaires... Ouais, c'est le nom scientifiques de la fougère ? Que pense-t-elle de la mort de Lauren Bacall ?
Va savoir. Je l'interpelle. Elle se retourne mollement en mâchonnant je-ne-sais-quoi d'un air de dire : "Mais qu'est-ce que tu viens m'emmerder toi ? Tu vois pas que je me suis foutue là pour être peinarde ?!"
Il est vrai qu'elle est très bien camouflée et que si les vaches avaient été préposées pour faire, par exemple, la guerre du Vietnam... mais cela peut être une autre guerre hein je suis pas raciste. De toute façon, les guerres, y'en a partout.
DONC OUI, si cette vache avait été appelée pour faire une guerre de camouflage, sûr qu'elle aurait été récompensée à son retour à la vie civile... Si toutefois, on l'aurait retrouvée.

CECI ÉTANT DIT :
CONTINUONS !

 

Oui, continuons car cela ne fait que deux minutes que nous sommes partis et la randonnée est prévue pour durer 2h30 s'il n'y pas trop de circulation sur la route, d'après ce connard de Bison Futé-y'm'énerve !
La montée commence tranquillement par un chemin assez large. Puis, tout d'un coup, comme ça, sans prévenir, le large chemin devient sentier étroit, jonché de racines casse-gueule pour s'en aller s'aventurer dans les bois de Bresme et de Larrangus. A partir de là, c'est pas pour me vanter, mais ça grimpe fort. Je re-croise ces enfants accompagnés de leurs parents qui semblaient dithyrambiques tout à l'heure au parking de partir en montagne. Leurs discours a changé : les pieds traînent, le bâton de marche les gène, "ça va monter tout le temps comme ça ?". Je les dépasse en gardant mon rythme de pas et de souffle.
Je sors de la forêt. De majestueuses montagnes à la roche grise et aux sommets tranchants apparaissent. C'est le massif de Lhurs.

DSCN3174     DSCN3171
DSCN3172

Le petit sentier traverse le flanc d'une pente. La vache, c'était pas comme ça quand j'étais venu en juin.

lhurs neige  DSCN3176
Ça, c'était en juin 2013                                                       Ça, c'est en août 2014

C'était ici que j'étais resté coincé pendant 1h30 à attendre que le brouillard se lève afin de pouvoir récupérer le sentier que je ne voyais nulle part.
Altitude : 1570 m. Aujourd'hui, il n'y a plus un centimètre de neige et ce qui formait une sorte de plateau plat a laissé place à une véritable gorge dans laquelle s'écoule le maigre ruisseau de Landrosque, provenant du lac de Lhurs.

Écoute, je suis stupéfait ! Dire qu'il y a un an, un mois, 25 jours et 2 heures, je m'étais arrêté là pour boire un coup de rosé sur un tas de neige qui, une fois disparu, laisse place à ce vallon escarpé... Là, je dis : Chapeau bas dame nature !
Je continue. Encore une petite montée assez abrupte à flanc de montagne. Mes pas jonglent entre les racines d'arbres qui ont souffert de la grêle tombée hier. Quelques minutes plus tard, j'atteins le point de vue sur la vallée d'Aspe.

lhurs nuages
Ça, c'était au mois de juin 2013

DSCN3304
Ça, c'est au mois d'août 2014

C'est un peu pour cela que j'ai voulu retourner sur ce sentier et refaire cette randonnée. C'était magique cette mer de nuage sur la vallée, mais je me demandais ce qui se cachait en-dessous. J'aurais été déçu si, une fois les nuages retirés, j'avais retrouvé un point de vue unique sur un hypermarché ; mais ce n'est pas le cas.

Aujourd'hui, la vue sur la vallée est ainsi :
DSCN3307

Un petit village de vallée d'Aspe se prélasse tranquillement sur le versant de la montagne. Je regarde la carte et constate qu'il s'agit de Lescun. C'est à ce moment précis  -, pas plus tard, pas plus tôt,-  que je me rends compte que j'ai vraiment un sens de l'orientation complètement nul. Pour fêter cela, je décide de faire une petite pause bière.

J'entre à présent sur une sorte de plateau qui serait plutôt une vallée. La neige a complètement disparu. La dernière fois, j'avançais sur des hauteurs neigeuses insoupçonnées ; aujourd'hui, ce sont des gros rochers qui entravent le sentier enfin apparent. Un problème se pose : que vais-je bien pouvoir faire de ma canette de bière en ferraille ? Pas une poubelle en vue dans cet horizon montagneux dégagé.

Une seule solution...

NON EH OH J'DÉCONNE HEIN EH OH !
Je n'ai pas laissé ce détritus sur un de ces nombreux tas de pierre qui jalonnent les derniers mètres qui me séparent du lac de Lhurs et que l'on appelle plus communément des cairns. Y'en a partout ! C'est comme Bison Futé, ça m'énerve ! A l'origine, les cairns, c'est fait pour te guider quand il n'y a pas de marquage. Mais,ici, on a l'impression que chaque promeneur a eu envie de laisser son empreinte, son tas de pierres. et pourquoi pas une dune aussi, merde alors ?!
Aaaah, le lac, je le vois à présent là-bas, au loin...

DSCN3185
J'avance doucement, un peu essoufflé, mais le regard conquis par cette belle vision d'espace ouvert. Un panneau rappelle qu'il est obligatoire de garder son chien en laisse car des troupeaux de brebis sont en présence ici. D'ailleurs, le berger et son Border collie sont en place pour suivre l'évolution du troupeau sur le flanc de la montagne.


NB : J'ai foutu de la musique sur cette vidéo car le vent n'en finissait pas de se foutre dans le micro.

 

Mais comment donc font-elles pour aller pâturer dans des endroits aussi vertigineux ?

DSCN3188

DSCN3195

 

Je poursuis ma progression en direction du lac.

lhurs lac neige
Ça, c'était au mois de juin 2013

DSCN3196Ça, c'est au mois d'août 2014

Alors, bon, eh forcément : s'il n'y a plus de neige, on peut facilement évoluer dans les alentours et se lancer dans un tour du lac. Il n'y en a pas pour longtemps puisqu'à cette époque il revêt une superficie d'environ 1,5 hectares.

 

TOUR DU LAC DE LHURS

DSCN3201

DSCN3205

DSCN3208

DSCN3214

 DSCN3211

 

STOP !

Cette vue, ce silence seulement tintés par le son des cloches lointaines du troupeau de brebis flanqués sur les flancs d'altitude me semble être l'endroit parfait pour marquer une pause.
Je jette le sac, je m'allonge face à l'étendue d'eau que je domine. Je sors le nécessaire : une petite bière, pain, saucisson, pâté, chips, rosé.

lac de lhurs 5
Ça, c'était au mois de juin 2013

DSCN3218
Ça, c'est au mois d'août 2014

Profitons de cette pause pour faire un petit brife rapide.
Le lac de Lhurs a donc une superficie d'environ 1,5 hectares, variable suivant les saisons comme on peut le voir avec l'apparition/disparition des pierres grises qui le bordent. C'est le plus à l'Ouest des lacs de haute montagne des Pyrénées. Il culmine à une altitude de 1691 mètres très précisément. J'ai recompté en venant.
Dominé par la Table des Trois Rois (2421 m), le pic des Trois Rois (2444m) et les pics de Peneblanque (2385m), il se love dans le magnifique cirque surplombée par la cabane de berger de Claveranne (1787m). Ouverte toute l'année, mais occupé par le berger et son troupeau durant la saison des estives, elle peut accueillir jusqu'à 6 personnes. Elle possède une cheminée et des couchages à l'étage, ainsi qu'une source d'eau potable à l'extérieur.
En partant du parking "Lhurs-Anapia" qui se trouve en plein coeur du magnifique cirque de Lescun et, répétons-le, à une altitude de 1011 m très précisément, il te faudra compter environ 2h15 de marche avec de fortes pentes. Perso, j'ai mis 1h15, mais c'était parce que j'étais pressé d'arriver pour boire une bière et me poser dans l'herbe grasse tout l'après-midi en en pensant à rien.

Enfin, à rien...
On peut quand se prendre un peu la tête sur la naissance du monde, la vie, les fleurs tout ça ! Par exemple, cette chose étonnant lorsque l'on regarde de plus près un globe et sa rondeur...

10306543_315782165255029_8480957356805262045_n

Et des pourquois : pourquoi dit-on "à vos souhaits" à quelqu'un qui éternue ? Léonard de Vinci était-il la Joconde ?  Pourquoi les jeunes mariés vivent-ils une "lune de miel" ? Peut-on connaître le caractère d'une femme d'après son animal favori ? Pourquoi se voit-on dans un miroir ? Qui a déclenché la première ruée vers l'or ? A quand le premier karaoké sous-marin ?
Je profite du manque de neige pour regarder la végétation, les fleurs, les habitations environnantes...

DSCN3235   DSCN3236

Je les trouve magnifiques ces chardons d'altitude. Il est interdit de cueillir faune et flore dans le parc, mais j'en aurais bien fait un bouquet pour offrir à... à... A qui cela peut faire plaisir un beau bouquet de chardons ? C'est pas facile. Mais avec un peu d'humour. Un nouveau slogan : "Dites-le avec des chardons !".
Quant au berger croisé tout à l'heure, il a regagné sa cabane. Peut être pour regarder les infos. On peut voir sur le toit de l'édifice qu'il possède une antenne satellite ; ainsi que des panneaux voltaïques.
Après m'être bien allongé dans l'herbe grasse et confortable pendant près de deux heures, je décide de prendre un peu plus de hauteur ; histoire de voir le lac de Lhurs d'encore plus haut tout en approchant au plus près le pied des montagnes qui le dominent.

 

UN PEU PLUS HAUT

DSCN3255

Lac de Lhurs, cabane du Pouey (64)     Lac de Lhurs, cabane de berger de Claveranne

DSCN3261

DSCN3215            DSCN3241

Panorama sur la Table et pic des Trois Rois (2421m et 2444m),
la cabane du Pouey, la cabane de Claveranne (1781m),
les Pics de Peneblanque (2385m),
le Dec de Lhurs (2176m),
le Grand Billare (2318m),la Marère (2221m),

et la Table et pic des Trois Rois à nouveau.

 

Et puis... le temps passe... Il n'est pas loin de 17h30; Je n'ai pas envie de redescendre, mais il va pourtant bien falloir prendre le chemin du retour. Tout simplement parce que je n'ai pas de tente, ni de sac de couchage ; de plus, je n'ai plus rien à bouffer, ni à boire.
Je regagne donc la proximité du lac. Au même moment où je descends, je vois les brebis changer de versant montagneux. Le troupeau quitte le versant de Peneblanque pour se diriger tranquillement vers celui de la Table des Rois ; c'est à dire là où je me trouve.

DSCN3262

DSCN3229

DSCN3264

Un peu plus bas, soudain, c'est l'invasion. Je me confonds littéralement au troupeau qui passe à mes côtés dans un long tintement continu de cloches. Je m'immobilise.

DSCN3272

DSCN3278

 Je ne sais pas combien il y a de tête dans ce troupeau, mais ça déboule de partout. Le mieux aurait été que j'aille demander au berger qui trônait sur une petite butte avec son chien, mais j'ai préféré rester sauvage et demeuré au milieu des bêtes.
Tiens, d'ailleurs, cela permet de faire une allusion à celui qu'on sait pas qui c'est et dont on parlait au début de ce billet. Non, pas Siensien, ni Robin Williams, mais...

Le troupeau poursuit son chemin dans les alpages... ça se dit "Alpage", même quand on est dans les Pyrénées ? Peut être faut-il dire "Pyrénéages" ?

                                          PAUSE-DICO
Voyons ce que dit "Le ch'tit Larousse". Oui parce que j'ai toujours un dictionnaire avec moi quand je vais en montagne.
ALPAGE
nom masculin ; (de alper, passer l'été dans les alpages, du latin Alpes, les Alpes)
- Pâturage d'été, en altitude, dans les Alpes et, par extension, dans les autres massifs montagneux.
- Opération qui consiste à mettre un troupeau dans un pâturage d'altitude.
- Saison passée par les troupeaux dans les pâturages d'altitude.


BREF !

Les brebis poursuivent leur petit bonhomme de chemin.

DSCN3273

Cette prise de vue ne te fait penser à la photo de la pochette de l'album "Abbey Road" de ces connards de Beatles...

beatles-abbey-road

Mais si bien sûr ! Et puisque nous sommes à 1691 m d'altitude dans les montagnes au milieu des brebis, cela semble l'endroit parfait pour se livrer à une analyse plus pousser de cette pochette.

 

ANALYSE DE LA POCHETTE D'ABBEY ROAD
par Jénorme qui plane à 1691m
DSCN3183

Alors bon, qu'est-ce qu'il se passe sur ce cliché pris par le photographe Iain Macmillan le 8 août 1969 dans un quartier résidentiel au nord de la capitale britannique ?
1) Tout d'abord, notons que si les The Beatles ont gardé cette photo plutôt que l'une des dizaines d'autres prises le même jour, c'est parce que leurs jambes formaient un V parfait (dixit le photographe).

2) Ensuite, bien sûr, tout le monde a remarqué que Sir Paul McCartney est pieds nus et qu'il porte sa cigarette de la main droite alors qu'il est/était gaucher. Ce petit détail n'a pas manqué de choquer les plus fidèles adeptes du groupe britannique qui e sont alors lancés dans les pires théories conspirationnistes. La base de toutes : les Beatles auraient tout fait pour garder secret la mort d’un des membres du groupe. Paul McCartney serait décédé trois ans plus tôt, en 1966, dans un accident de voiture. Tous les indices sont réunis pour le prouver.
   a) John Lenon, en tête du cortège, est vêtu de blanc, en référence à l’au-delà, comme s’il allait faire office du prête qui dicte la messe des funérailles.
   b) Ringo Starr, qui le talonne de près, revêt un costume noir, preuve qu’il est en deuil.
   c) Paul McCartney, quant à lui, est le seul à avoir les yeux fermés et à se balader pieds nus, référence certaine aux morts enterrés en Inde.
   d) Il reste donc celui qui ferme cette marche funèbre, George Harrison qui pourrait bien représenter le fossoyeur ou le croque-mort.
Pas de doutes possibles : cette pochette est bien une allégorie de la mort de Paul McCartney, remplacé sur la photo par un sosie. Il s’appellerait même William Campbell, acteur américain qui ressemble vraiment comme deux gouttes d’eau au bassiste des Beatles.
Autre fait qui soutient cette thèse : la plaque d’immatriculation de la coccinelle qui se trouve à gauche de l’image confirme ces hypothèses.  En effet, on peut lire “LMW 28 IF”,  l’acronyme de “Living McCartney Would be 28 IF” que l’on peut traduire par “SI McCartney était vivant il aurait eu 28 ans” (à cette époque là il en avait 27), ou de “Linda McCartney Weeps” (Linda était l’épouse de Paul à cette époque-là et “to weep” signifie pleurer). En plus, le choix de la voiture ne peut être anodin car si en France, on surnomme cette vieille Volkswagen ”la coccinelle”, en anglais on l’appelle la Beetle car (la voiture scarabée), nom qui se prononce comme le groupe mythique. 

1_1-810x810Pour rassurer ses fans et contredire ces fabulations, Sir Paul McCartney se réappropriera la pochette de Abbey Road pour son album intitulé Paul is live (en réponse à la théorie Paul is dead), sorti en 1993, où il posera sur le même passage piéton, seul cette fois-ci et accompagné de son chien. Une coccinelle similaire est garée au même endroit et on peut lire sur la plaque d’immatriculation”51 IS”. L’âge de Paul McCartney lors de la sortie de ce nouvel album.
(cf : KOMBINI)

3) Au départ, pourtant, les Beatles ont failli se retrouver au pied de l’Everest pour réaliser cette pochette. En effet, le nom pressenti pour l’album devait être Everest, en référence à la marque de cigarette que fumait Geoff Emerick, ingénieur qui a travaillé pendant longtemps avec les Beatles. Et afin de correspondre au titre, une photo au pied de l’Himalaya avait été envisagée. Néanmoins, il abandonne l’idée, le spot étant jugé un peu trop loin pour une simple photo.
Paul McCartney se rabat donc sur cette idée de traverser le passage piéton situé juste en face du studio EMI ; là même où ils ont enregistré pratiquement la totalité de leurs chansons. Sur la photo, ils tournent le dos au studio et semblent vouloir aller de l’avant. À l’époque, leur séparation se préparait. Abbey Road, sorti en septembre 1969 sera ainsi leur onzième album et aussi le dernier enregistré car si un an plus tard sort Let it Be, celui-ci avait été enregistré avant.

MAAAAAAAIIISSS, ce n'est pas tout !

4) Si tu regardes très très attentivement la photo ou la pochette ou un mug sur lequel est imprimée la photo de cet album, ou un paillasson, ou un poster, ou un verre dans lequel tu bois, peut être, du Jack Daniel's,...
BREF !
En arrière plan, on peut également voir un homme étrange. "Qui est-il ? D'où vient-il ? Formidable robot des temps nouveeeeeaaaaaaaaauuuuuxxxxx, c'est Goldorak le grand ; le grand Goldorak." Oui tout le monde se souvient de cette chanson de Noam, première version du générique du dessin animé japonais Goldorak. Mais ça n'a rien à voir avec notre sujet initial.
En arrière plan, nous voyons un homme. Il a les mains posées sur ses hanches. Il semble faire la poule ou le canard. Pourquoi ?
Eh bien, pour toi lectrice/teur,  Jeuxactu.com a retrouvé cet humain.

the-beatles-photo-50b765298f4f3La pochette de ce disque, vendu à plus de 30 millions d'exemplaires, est en fait le premier photobombing pop rock de l'Histoire. Et qu'est-ce que le photobombing, hein ?
Eh bien, c'est l'art de ruiner les photos des autres en faisant l'idiot en arrière plan. Ainsi, sans le savoir, Paul Cole -, c'est le nom de cet homme qui semble imiter le canard ou la poule en arrière plan,-  a été photographié sur l'une des pochettes les plus célèbres de l'histoire de la musique.

Cet Américain en vacances avec sa femme à Londres en 1969 s'est trouvé à Abbey Road au moment où la photo a été prise. Il se souvient juste d'avoir vu "une bande de types loufoques" traversant le passage clouté à répétions. Ce n'est qu'un an plus tard qu'il tombe sur la pochette de l'album alors que sa femme, organiste dans une église, se voit demander d'interpréter un titre des Beatles pour un mariage.

"J'ai vu le disque près de son orgue", explique Paul Cole. "Je lui ai dit : "C'est les quatre dingos ! Et je suis dessus !"
Malgré sa présence sur ce disque culte, Paul Cole admet ne pas aimer les Beatles. "Je n'ai jamais écouté "Abbey Road". J'ai vu les Beatles à la télé et j'ai entendu plusieurs de leurs chansons. Mais ce n'est pas mon truc. je préfère la musique classique."   JEUXACTU.COM

 CONCLUSION DE L'ANALYSE
En 1969, il était seul. En 2014, ils sont trop nombreux. Abbey Road est devenu un lieu de pélerinage pour les fan du groupe britannique ; à tel point que des problèmes de trafic et de sécurité se posent. Embouteillages, touristes s'attardant dans la rue, chauffeurs impatients et habitants excédés: la situation a atteint aujourd'hui les limites du supportable, selon des autorités locales.
Tout ça pour dire qu'à l'heure où, en France, des gens s'entassent sur les autoroutes, en Angleterre, c'est sur un passage piétons que les embouteillages se forment.

 

Voilà, grâce à cette analyse, nous avons pu parlé de siensien, de montagnes, de passage-piétons, embouteillages, Bison Futé,...
La boucle est bouclée. il ne me reste plus qu'à quitter à mon grand regret ce lieu où j'aimerai bien encore passer quelques heures à méditer, à ne penser à rien, ou à m'auto-raconter des conneries.

 

ALLEZ ON DESCEND !

 

Dernier regard sur le lac et l'âne qui reste accroché à son rocher.
DSCN3284

"Ce rocher, c'est mon nouveau pote de fin de journée
auprès duquel je peux me gratter et me frotter",
doit-il se dire en chantant car ça rime !

 

Dernier regard sur les brebis.
DSCN3285
QUI ME SUIVEEEEEEEENNNNNT BORDEEEEEELLL !!!!!

 

Dernier regard sur l'âne sans le lac.
DSCN3286
Mais toujours avec son rocher préféré,
Nouveau compagnon pour la soirée
Avec lequel il pourra discuter.

 

Dernier regard sur le lac sans l'âne.
DSCN3300

Mais je suis sûr que là-bas au loin, il est encore aux côtés de son rocher.



Dernier regard sur le pic du Midi d'Ossau,
également appelé Jean-Pierre dans la région, qui me nargue du haut de ses 2884 mètres.
DSCN3306
Avec une pensée pour cet homme qui s'est tué quelques jours auparavant en pratiquant le base-jump en se lançant de la dite montagne. A quoi a-t-il pu penser une dernière fois lorsqu'il a constaté que son parachute ne s'ouvrirait pas pendant que le sol ne rapprochait... Et peut-on seulement pense dans un moment pareil ?

 

Dernier regard sur le sentier de retour à emprunter
pour regagner le parking et la voiture.

DSCN3310

Je descends complètement décontracté. Content de cette belle randonnée et de cette belle journée.

MUSIQUE DANS LA TÊTE...
Avec ce vieux GUTS qui nous livre une sorte de version étrange de "Summertime" que Mike Brant (qui ne faisait pas de base-jump, mais qui avait repéré le chanteur Noam pour qu'il enregistre le générique de Goldorak) avait également reprise.

And the living is easy.

 

 

DANS NOTRE PROCHAIN EPISODE

Nous parlerons soit de la Bretagne et, notamment de la Baie de l'Enfer ; ou de la Nationale 7 et de ses restos-routes ouvertes et abandonnés ; ou du lac d'Arlet. On verra bien...