"Non, mais un chat qui te vend tes pneus, c'est n'importe quoi, t'es d'accord ? On peut se tutoyer, ça vous emmerde pas ?"
Ce sont les premiers mots que j'ai entendus lorsque je suis arrivé sur les coups des 23h46 à la buvette située au col de Labays, non loin de l'arrivée de la dixième étape du Tour de France 2015 qui avait lieu le lendemain.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Le Tour de France...
Ces quelques mots déclenchent chez certains tant de passion et, chez d'autres, tant de questionnements.
Sport, suspense, échappée, paysages, exploits, populaire, flamme rouge, dopage, bordure, caravane, étape, pot belge, gruppetto, col, maillot à pois, sprint, chaleur, chute à l'arrière du peloton, montagne, maillot jaune, villages, vélo... car oui, le Tour de France, c'est avant tout du cyclisme. On ne peut pas faire le Tour de France en bateau, ou en pédalo. Par contre, on peut le faire à pied, en voiture, en short, et même en moonwalk. Mais revenons à la bicyclette, encore appelé vélo, voire même pourquoi pas, cyclisme.
Cette année, la 102ème édition du Tour de France est partie de Hollande ; non pas pour rendre hommage au Président actuel de la République française, mais plutôt pour faire un clin d'oeil à base de coup de coude à la nation batave adepte de la bicyclette.

Au programme de ce tour 2015,
3360 km à parcourir du 4 au 26 juillet
:
carte du tour
Carte : Le Tour.fr

À regarder celle-ci, on peut se dire :
 1) Ils passent plus de temps à l'étranger qu'en France
 2) Ils sont plus souvent dans l'avion que sur le vélo
 3) Ça fait pas tellement le tour de la France ce parcours, ils passent même pas par l'Alsace, ni par le Poitou-Charente, ni par la Bourgogne, ni par le Languedoc-Roussillon, ni par la Lorraine.

C'est vrai, tu as raison. Bientôt, peut être, le Tour de France partira du Qatar. Après tout, le Paris-Dakar a bien lieu en Argentine.
Par contre, comme nous pouvons le voir sur la carte ci-haut, le Tour de France, cette année, passe par les Pyrénées-Atlantiques, et plus précisément par les Pyrénées, et plus précisément par La Pierre-Saint-Martin. C'est même la première étape de montagne de la Grande Boucle 2015. Cette étape a lieu le 14 juillet. Rendez-vous est pris !

 

DE NOS JOURS,
MAIS LE 13 JUILLET 2015

C'est donc en ce 13 juillet de l'an de Grâce 2015 que Maître Arnaud, Grego et moi-même prenons la direction du Col de la Pierre-Saint-Martin, situé à 1760 mètres d'altitude.

La Pierre-Saint-Martin,
c'est une station de ski et une station d'été.
La Pierre-Saint-Martin, montagnes, neige (64)         La Pierre-Saint-Martin, montagnes (64)
Faut juste pas se tromper d'activité suivant la saison

 

La Pierre-Saint-Martin,
ce sont des paysages de karst impressionnant et un panorama sublime.
La Pierre-Saint-Martin, roches panorama (64)
Etonnant paysage lunaire rappelant que La Pierre-Saint-Martin est un haut lieu de la spéléologie

 

La Pierre-Saint-Martin,
ce sont des troupeaux en liberté et des gouffres très dangereux.
La Pierre-Saint-Martin, panneau
     La Pierre-Saint-Martin, panneau (64)
Car oui, La Pierre-Saint-Martin possède les gouffres les plus profonds au monde Mesdames Messieurs !


Voilà, ça, c'est dit !

La route du col qu'emprunteront les coureurs demain est fermée depuis deux jours. Nous passons donc par une voie détournée qui nous amène à Bedous, puis à Osse-en-Aspe. De là, une route étroite, sinueuse, pentue et à flanc de ravin doit nous amener au col de Labays. Nous l'appelons sympathiquement la Route de l'Enfer. Elle propose beaux panoramas sur la vallée d'Aspe, puis sur la vallée de Barretous. Cette montée s'étend sur 20,9 km avec un dénivelé de 940 m proposant parfois des pentes jusqu'à 10%.

 

En clair, nous ne sommes pas arrivés,
mais nous sommes déjà dans le vif du sujet...

Après ces 20,9 km d'ascension vertigineuse, nous atteignons le col de Labays. Comme prévu, nous ne pouvons pas aller plus loin et un panneau nous rappelle que nous ne pourrons pas redescendre dans la vallée avant 21 heures le lendemain. C'est donc ici que nous bivouaquerons.
Je jète la tente dans un fossé pendant que Maître Arnaud et Grégo aménagent le Kangoo version couchette. Ceci étant fait, nous allons faire un petit tour sur la route qu'emprunterons les coureurs demain : le col de la Pierre-Saint-Martin !

DSCN6169
Des supporters sont déjà en place : tonnelle, fauteuils, glacière, fanions, maillots jaunes, gros pot de peinture blanche, pinceaux, manche à balais pour on-sait-pas-quoi-faire. Ils attendent tranquillement les coureurs qui ne passeront que dans 19 heures.

 

 

 



DSCN6170Le balisage de la buvette du col de Labays est assurée par une pause efficace d'un pack de 24 sur le panneau. Sinon, si on n'aime pas la bière, on peut toujours aller discuter avec des Hollandais ou regarder l'étape du tour dans leur camping-car.

 

 

 

De leurs côtés,
Maître Arnaud et Grégo s'assurent de la bonne tenue du goudron.
tour Arnaud
          tour Grégo

OK, tout est en place !
On peut retourner boire l'apéro et pique-niquer à côté des voitures garées un peu plus bas.

 

QUELQUES HEURES PLUS TARD,
MAIS TOUJOURS LE 13 JUILLET 2015

La nuit a étendu son grand manteau noir obscur et ténébreux et blablabla. Il fait nuit, quoi !
Même à l'approche d'un évènement aussi médiatique et populaire que le Tour de France, la montagne a repris ses droits naturels. Le silence, les animaux nocturnes, des bruits incongrus, comme une brise dans les arbres ou un froissement de feuilles.
Nous avançons sur le col de Labays pour rejoindre la buvette entrevue tout à l'heure. Finalement, les sons de la nature laissent place aux sonorités humaines, composées de rires, de chants, d'esclaffements et de dialectes divers.

Premier arrêt au col de Labays
DSCN6171
        DSCN6182

Il y a du monde ! C'est convivial ! Faisant partie d'une association dont j'ai-oublié-le-nom-j'ai-bu-trop-de-vin, les jeunes tenanciers de la buvette ont pris la guitare pour entonner un chant béarnais, repris en choeur par des Norvégiens et des Américains. Si, c'est possible. Enfin, c'étaient pas les mêmes paroles que chacun chantait, mais bon.
Nous quittons la buvette pour emprunter le col de la Pierre-Saint-Martin. D'après les rumeurs, il y a une autre buvette un peu plus loin. Dans la nuit. Pas un bruit. Sur le bord de la route, quelques camping-cars sont positionnés, mais aucune lumière n'en sort.
Nous passons sous le panneau des 3 km ; ce qui veut dire qu'il restera aux coureurs 3 kilomètres avant d'atteindre la ligne d'arrivée au col de la Pierre-Saint-Martin. Non, je préfère préciser parce que, imagine, ce serait dégueulasse de la part des organisateurs de poser un panneau "Arrivée dans 3 km" alors qu'il en resterait 40, hein, vois-tu, d'accord ?! Le cycliste  - dopé ou pas, je ne fais pas de politique- , il est là, il en chie, ça fait 30 bornes qu'il grimpe sur un dénivelé de 600 mètres, il fait 40°, il en peut plus, mais, soudain, il voit le panneau "Arrivée dans 3 km". Alors, il est content il se dit "Ouais, je vais en mettre un coup, il ne reste plus beaucoup de bornes, je vais tout lâcher tu vas voir plein les yeux pour pas un rond, maillot jaune, giclette et tout ça !" Et il mouline, il mouline, les mollets brûlent, il peine à respirer, le coeur bat à 200 pulsations/secondes ! Oui, Mesdames Messieurs, j'ai bien dit 200 pulsations/seconde !!! Il sait que c'est bientôt la fin de cette saloperie d'étape ! Il veut se faire voir, il veut faire un  temps ! Putain qu'il est long ce col !!!! Et puis PAF, trois kilomètres plus loin, HOP un autre panneau : "Non, en fait, on déconnait : il reste encore 40 km !"' Hein ? Bon, alors : c'est pas sympa, ça merde !
BON BREF : ici, sous le panneau des 3 km, ça grimpe fort, à plus de 5,5%. Je ne sais pas trop ce que cela représente, mais c'est sûrement à cet endroit qu'il y aura quelques attaques demain.

 

Reconnaissance du parcours

 

Nous quittons à présent la route pour prendre une petit chemin sur la gauche. Au loin, au milieu de l'obscurité pyrénéenne, de la lumière, des ombres et du bruit. Normalement, si nous étions en hiver, à cet endroit précis, il y aurait de la neige. Mais vu qu'il fait nuit, il n'y en a pas. Tu me suis ?
Apparemment, nous serions à Braca, l'espace nordique (plutôt sudiste en cette saison) de la station de la Pierre-Saint-Martin.

Second arrêt à Braca
DSCN6178
            DSCN6181
La tente-buvette se rapproche de nous
à moins que ce ne soient nous qui nous nous rapprochons d'elle.

Là aussi, il y a du monde ! Des jeunes se sont lancés dans un grand Paquito ; cette "danse" qui consiste à s'asseoir par terre, les uns derrière les autres, bras levés pour faire circuler au-dessus des têtes qui de un enfant, qui de une femme, qui de un siensien, qui de un mouflon, qui de un aspirateur, qui de... je dis n'importe quoi !
On prend une bière, on s'asseoit. Nous regardons les gens danser, je participe un peu. C'est bon enfant. C'est sympa, et puis nous ne savons pas trop où nous sommes puisque l'obscurité nous entoure. C'est la nature, c'est la montagne. Cette fabuleuse impression d'être retiré du monde, d'être loin de tout, de toutes ces infos, de ce débat "Pour ou contre la Grèce dans l'Europe ?", le mercato tout ça... Ouais, c'est chouette jusqu'à ce que... putain... le DJ de la buvette décide de passer... mais pourquoi !!!!!... "Les sardines" de Patrcik Sébastien !
Pour Grégo, c'est trop ! Pour Maître Arnaud, c'est l'horreur. Ils ne peuvent finir leur bière. Grégo lance même un grand "Mais pourquoi bordel, même ici, on est obligé de se taper ça !!!!!!?????" à la foule prise de démangeaisons danseuses sébastienesques.
On se barre pour regagner la tente jetée dans le fossé et la voiture canapéisée.

 

LE LENDEMAIN, 14 JUILLET
Si nous regardons un peu le calendrier des évènements qui ont eu lieu un 13 juillet, on ne trouve pas grand chose, hormis la naissance de l'acteur Michel Constantin en 1924. Apparemment, en France, il y a aussi une loi qui a été votée en 1965 permettant aux femmes de travailler sans l'accord de leur mari.Mais ça, personne n'en parle... 1965...
Tweet-de-Baptiste-Giabiconi-le-14-juillet-2015_exact1024x768_pMais aujourd'hui, 14 juillet, il y en a des choses à fêter et à célébrer, comme le rappelle anachroniquement le mannequin Baptiste Giabiconi... Respect mec !
Bon, ça arrive de faire des erreurs, hein, on est des zhumains, on n'est pas des animals.

 

 

 

 

M'enfin, rappelons quand même aux plus ignorants d'entre nous que le 14 juillet célèbre les feux d'artifices et surtout le jour où eut lieu en 1789 la prise de la Bastille entraînant la fin de la Monarchie. Et là, tu me dis :
TOI : "- Mais qu'est-ce que la monarchie ?
Et là, je te répondrai :
MOI : "- Tu vois ce que c'est que le capitalisme avec ces enflures de milliardaires qui se font du blé en exploitant les ouvriers, eh ben c'est pareil sauf qu'ils n'ont pas de longue perruque blanche frisée."

Le 14 juillet, c'est également le jour de la première étape de montagne pour ce Tour de France 2015.
Il est 9 heures. Le jour est levé depuis longtemps, mais on a loupé ça. Ça commence. Il faut espérer qu'on ne loupera pas le passage des coureurs. En attendant, devant la tente jetée et le Kangoo aménagé, ce sont surtout des passants qui passent. C'est une sorte de procession incessante qui s'est installée, peut être, depuis quelques heures sur ces derniers kilomètres du col de Labays. Et chacun de ces passants avancent sans bruit vers le sommet avec un sac dans le dos, une baguette de pain dans la poche, une glacière au bout du bras droit et un siège pliable dans la main gauche. C'EST UNE SECTE ???!!!! Ils me font penser à ces "doubles humains" créés dans "L'invasion des profanateurs" (1978) de Philip Kaufman.
Pourtant, nous rejoignons cette file humaine. Nous prenons le pas en espérant ne pas nous faire remarquer car nous n'avons pas de glacière, pas de pain, ni de siège dépliant. Par contre, nous avons chacun un sac à dos avec des trucs dedans. Peu à peu, en rejoignant cette file humaine, les informations du programme de la journée tombent.

LES INFOS DU JOUR

"Il va faire chaud aujourd'hui.", "Ça sent l'échappée !", "Va y avoir du chasse-patate !", "Faut espérer que l'anglais ait pas salé la soupe !", "Vu comme il tricote, ça serait pas étonnant !", "Ah, ça, dès qu'il met les mains sur les cocottes, ça sent la giclette !", "Ben après un mec comme Quintana, faut qu'il lui suce la roue !", "Par contre, Pinaut, tu vas voir qu'il va faire l'élastique pendant toute la montée", "Du moment qu'il passe pas par la fenêtre !"

BORDEL : mais qu'est-ce qu'ils racontent tous ces gens ???? 
La première phrase d'accord, mais après ?

Heureusement, un peu plus loin, nous rejoignons un autre groupe beaucoup plus rationnel et compréhensible.

 

LES INFOS DU JOUR 2, LE RETOUR

"Apparemment, les coureurs passeraient vers 16h00. Ça nous laisse le temps de monter un peu plus haut pour rejoindre un endroit où on les verra bien.", "La caravane devrait circuler 1h30 avant.", "T'as pris des oeufs durs ?"

Bon, apparemment, le gros de l'animation devrait se situer vers 14h30. Il est 9h30.
Ça laisse du temps, par exemple, pour se questionner sur le rapport qu'il peut y avoir entre le Tour de France et la chanson d'Alain Bashung datant de 1986, extrait de son album "Passé le Rio Grande", et qui a pour titre : "L'arrivée du Tour".

EN AVANT MUSIQUE !

Ah ouais, pas facile non plus. C'est pas pire que le groupe de tout à l'heure qui parlait de "giclette", d'"élastique", de "soupe", de "tricot" et je ne sais tout quoi, mais quand même. "Majorettes", "Culs de jatte", "Tomahawk", "garde mobile"... Lui aussi, à l'époque, il avait du suivre une file humaine comme celle que nous avons rejoint tout à l'heure. Il manque Bashung...


Une fois que ça c'est fait, eh bien on peut faire... on peut... par exemple... euh... ben... euh... tiens, ben... euh, là... Ça... non... Ben rien !
Alors nous rejoignons la buvette du col de Labays où nous retrouvons à peu de choses près les mêmes personnes qu'hier à 2 heures du mat. Sauf qu'ils n'ont plus le même entrain, et pas tout à fait les mêmes yeux. Un peu comme dans "L'invasion des profanateurs" quand les doubles humains... ah non, merde, je l'ai déjà dit.

Tour invitésNous regardons le journal local qui annonce, pour le Tour de France, les venues exceptionnelles de Sloane et de Bernard Mabille à Pau.
Rappelons quand même pour les plus ignorants d'entre nous que Sloane a chanté "Besoin de rien, envie de toi" avec Peter en 1984 et que Bernard Mabille, un jour, a raconté cette blague sur RTL : blague !
De là à penser que ces deux personnalités pourraient s'unir et former un duo "Sloane Mabille", il n'y a qu'un pas. Non ? Ah bon.

 

 

C'est la magie du Tour de France et, malheureusement, nous ne serons pas à Pau puisque, rappelons-le, il nous est formellement interdit de circuler à présent et ce jusqu'à 21 heures sur tout le massif de La Pierre-Saint-Martin. Pour un peu, on se croirait sur l'arche de Noé, mais sans animaux. Il y a beaucoup d'humains, par contre.
Mais pas tant que ça, finalement, quand on voit à la télévision, ces traditionnelles images d'étapes de montagne.

DSCN6184             DSCN6188

En même temps, il n'est que 10 heures, mais c'est inquiétant. Et si les coureurs passaient sur un col complètement déserté par le public. Pas de drapeaux, pas de banderoles, pas de couleurs, pas de spectateurs qui courent déguisés en capote ou en catcheur ou en poule à côté des coureurs, pas de klaxon, pas de camping car... Ce serait triste, non.

De notre côté, nous avons bien étudié le profil de l'étape e de la portion pentue où nous nous trouvons. Nous prenons de suite la direction du lieu où, pour nous, la vue est la plus intéressante et où la pente est la plus virulente.

tour profil
Carte : Le Tour.fr

Tout se met en place très tranquillement sur la route du Tour. Mais c'est bizarre tous ces gens avec glaciaire-pain-sac-siège qui ont disparu. Comme me disait Aurélie l'autre jour encore : "Les espèces qui disparaissent, elles disparaissent où ?"

Mais ohlalalalallalalalla, je te coupe Aurélie, que se passe-t-il ???? Sur la route du Tour, tout de suite, en direct, nous rejoignons Jénorme car les coureurs ont plus de cinq heures d'avance sur l'horaire prévue. Non, je ne parlerai pas de dopage, mais avouez que c'est quand même étrange de voir que les coureurs du Tour de France en viennent à finir une étape avant même d'être partis...

Jénorme, c'est à toi !!!!

 

Ouais bon eh oh, on s'occupe comme on peut, hein !? Tu me fais marrer, c'est pas toi, chère lectrice/teur qui va te faire chier quatre heures sur une montagne, en plein cagnard à attendre de voir passer l'espace de trois secondes des mecs sur un vélo.

ALLEZ, OH : POSITIVONS !!!
Non, ne soyons pas positifs, non !
Positivons, j'ai dit !

Regardons autour de nous. Que se passe-t-il sur la route du Tour quand le Tour n'est pas là... Mais t'es où ? T'es pas là ! Mais t'es où ? T'es pas là !


Y'en a qui continuent de repeindre les routes

avec des mots qui n'ont rien à voir avec le code de la route.
DSCN6186      tour, route matinale

          Y'en a qui font d u vélo !
DSCN6185

Y'en a qui soutiennent la Colombie !   
DSCN6193


Y'en a qui se déguisent en indien !
DSCN6190     DSCN6191

D'autres en... en... ben... euh, voilà !
DSCN6195

 

Si nous faisons un état de la course à Midi, je peux te dire qu'il y a énormément de cyclistes amateurs qui grimpent le col de la Pierre-Saint-Martin que les coureurs professionnels emprunteront tout à l'heure. Ce peloton interminable se compose de jeunes qui se font applaudir, de clubs régionaux, de gens déguisés, de femmes qui sont vivement encouragées, des cyclistes avec des enfants dans une carriole à l'arrière, des moins jeunes, des vieux, des gens en VTT, d'autres en VTC ; ceux qui vont vite, ceux qui n'en peuvent plus, ceux qui demandent où est la buvette... Beaucoup, beaucoup de vélos !
Et puis il y a aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup de voitures accréditées avec des gens qui portent fièrement des lunettes de soleil dedans. Des voitures sponsorisées RTL-RMC-BFM-EUROPE 1-FRANCE BLEU- RMC et par des assurances, des stores roulants, du papier peint, des monte-charges, du PQ... Tout cela passe sous nos yeux anonymes.
C'est pas que je ne comprends pas ou que je suis envieux, mais, en même temps, est-ce que tous ces gens qui sont dans ces voitures voient quelque chose de la course ? Est-ce qu'ils comprennent où ils sont ? Est-ce qu'ils voient autre chose que des gens sur le bord de la route ? Est-ce qu'ils comprennent quelque chose au cyclisme ?
En même temps il ne faut pas se leurrer : le Tour de France est une des plus grande compétition sportive après les J.O. et la coupe du Monde de football. Ceci a un prix : payer les infrastructures, l'organisation, les dirigeants, la mise en place. Alors, bien sûr, toutes ces voitures avec sponsors ou sans sponsors, qui passent en ignorant le public parce qu'ils se sentent privilégiés d'être dans une voiture climatisée qui parcourt les routes du Tour, oui, ces gens là sont nécessaires pour que vive le Tour. Deux vitesses : ceux qui restent sur le bord de la route et ceux qui sont dans les voitures. MAIS le Tour de France reste cette fête populaire, accessible à tous et gratuite.

 

TOUT DE SUITE,
PARCE QU'ON A LE TEMPS AVANT QUE LES COUREURS ARRIVENT :
DES CHIFFRES !

Villes départ, coût : 60 000 euros
Ville arrivée, coût : 100 000 euros
(prix variable selon la taille de la ville)
Retombées économiques pour ces villes : hébergements, commerces, tourisme
Budget moyen d'une équipe : 8 à 10 millions
Somme remportée par le maillot jaune : 450 000 euros

 

Contrairement aux deux autres grands évènements sportifs, la Grande Boucle est l'unique épreuve de cette envergure aux mains de propriétaires privés, et non d'une fédération. C'est le groupe Amaury Sport Organisation qui en est le propriétaire. Le chiffre d'affaires du Tour a été multiplié par 10  en trente ans. Celui-ci se chiffre à 100 millions d'Euros, provoquant une rentabilité supérieure à 20%. Celui-ci est généré à 60% par les droits télé, à 30% par les partenaires et à 10% par les collectivités locales.
Pour plus d'informations précises sur ce sujet, tu peux lire cette enquête de Nicolas Richaud des Échos : "Le Tour, cash machine d'A.S.O.".

On parlait de monarchie tout à l'heure...
N'empêche que nous nous demandons comment toutes ces voitures vont tenir sur les parkings de la station de La Pierre-Saint-Martin. Bon, eh oh, c'est leur problème.
Pendant ce temps, les bas côtés de la route se sont bien remplis.

Ça commence à ressembler à quelque chose.
DSCN6205
         DSCN6207

Il faut dire qu'il est 15 heures
et que c'est l'heure du passage de la caravane !

 

Ouais ok, on recommence !

C'est l'heure du passage de la caravane !

DSCN6196

DSCN6197           DSCN6198

DSCN6200          DSCN6203

DSCN6204

Sur la dernière photo, l'homme que tu vois n'est pas à poil parce qu'il a confié ses fringues à ce char vantant les mérites d'une lessive hyperactive. Non, il n'a pas pu le faire car les chars publicitaires qui composent la caravane du Tour passent très très vite. Musique à fond, couleurs, cris, danses, et ça jette des bonbons, et des stylos, des bobs, des T-Shirt, des dosettes de café, des porte-clés, des madeleines,...
Les spectateurs se précipitent pour ramasser ces breloques souvenirs, puis comparent leurs prises. C'est un peu comme une pochette surprise : qu'est-ce que ce char va lancer ?
Å côté de nous, un groupe d'hommes éloquents est venu se poser. Nous ne sommes pas critiques, mais nous avons de suite senti qu'ils n'étaient pas bien fins. Ils avaient amené avec eux deux  gros sacs de courses remplis de bouteilles d'eau glacée. Leur idée, leur but : asperger les conducteurs et les femmes qui se trouvent sur les chars de la caravanes. L'homme que tu vois sur la photo ci-dessus est l'un d'eux. Des fois, tu te demandes...
Tu te demandes ce qui pousse les gens à venir sur le Tour de France. Applaudir les coureurs ? S'immerger dans l'ambiance de cette fête populaire ? Rencontrer des gens ? Pique-niquer en famille et entre amis ? Ou tout simplement venir entre potes avec un gros sac de courses de bouteilles d'eau pour voir celui qui aspergera le plus de miss, ou de mascottes, ou de conducteurs de chars.
Je ne sais pas. Ces gens étaient des petites gens ; des agriculteurs du coin, je pense. Ce n'est pas insultant. Peut être qu'inconsiemment, ils prenaient leur revanche sur ces grandes firmes qui les exploitent le reste de l'année en achetant leurs produits à des prix dérisoires.
Pour avoir un véhicule-char sur la caravane, il faut verser la somme de 50 000 euros minimum, mais les marques investissent  300 000 euros en moyenne. Mais d'après Jean-Baptiste Giraud pour Economie matin, "chez Cochonou, les ventes liées au Tour de France représentent plus de 20% du chiffre annuel, soit 70 millions d'Euros."
Tiens, au fait, il n'y avait pas de véhicule "Cochonou" dans la caravane cette année ?
Explications par le journal Le Monde.

cochonou"Par trois fois les célèbres 2 CV aux carreaux rouges n’ont pas pu démarrer. Par trois fois – en Normandie, en Bretagne et dans les Hautes-Pyrénées – les voitures siglées Cochonou n’ont pas pu prendre le départ de la caravane publicitaire du Tour de France. L’entreprise de charcuterie n’est pas la seule à avoir été contrainte à un repos forcé : l’enseigne de grande distribution Carrefour, a également vu ses véhicules immobilisés. Résultat : sur trois étapes, les badauds n’ont pas pu recevoir leur bob promotionnel, ni leur sachet de « minisaucissons secs ».
La raison de ces actions ? Des agriculteurs en colère et qui entendent bien le faire savoir. Les branches départementales de la puissante Fédération nationale des exploitants agricoles (FNSEA), ainsi que les Jeunes agriculteurs, deux structures proches, veulent dénoncer les pratiques des deux entreprises françaises qui, selon les agriculteurs,
« ont un double discours » et participent « à l’étranglement » des éleveurs.

Problème : ces actions brouillent la campagne nationale de la FNSEA qui a lancé une opération « les agriculteurs aiment le Tour » en partenariat avec Amaury Sport Organisation (ASO), grand ordonnateur de la compétition. D’ailleurs, la gêne est perceptible à la Fédération qui ne souhaite pas prendre position sur le sujet et renvoie vers les responsables des FDSEA, les sections locales, qui ont participé aux actions en question.(...)
Concernant Cochonou, c’est l’utilisation de viande étrangère qui est soulignée. « Cochonou utilise très peu de produits français dans l’élaboration de leurs saucissons. La matière première ne vient pas d’ici mais d’Allemagne », accuse Christian Fourcade, responsable de la FDSEA des Hautes-Pyrénées. « Cochonou surfe sur une image franchouillarde pour vendre ses produits mais ils ne jouent pas le jeu. La viande est transformée en France mais provient de l’étranger », affirme M. Andrieux." (...) 
ABEL MESTRE

 
La caravane est passée. Très vite. C'est surprenant ce déluge de sons, d'odeurs, de bruits soudain pour revenir à un silence constant. C'est comme un mirage. Les spectateurs reprennent leur place sur le bord de la route ou vont chercher de l'ombre sous les quelques arbres plantés dans les dévers.
Je m'en vais faire un tour un peu plus haut, le long de la route pour tenter de recueillir des informations sur l'état de la course. Certaines personnes ont amené un transistor, d'autres camping-caristes ont la télé branchée sur France 2, d'autres encore ont l'oreillette raccordée à leur téléphone-portable pour écouter l'évolution de la course. Apparemment, il y aurait deux coureurs en tête, Fédrigo et Van Bilsen, avec sept minutes d'avance sur le peloton.
Je regagne ma place.
Une heure plus tard, nous entendons les hélicoptères ; signe que les coureurs ne sont pas très loin. Les spectateurs sortent des bois, se lèvent du bitume pour prendre place.

DSCN6206

La tension monte. Les coureurs ont attaqué la montée du col de La Pierre-Saint-Martin. Ils sont à cinq kilomètres du lieu où nous avons pris position. Petit à petit, une haie de spectateurs se forme sur la route. Les hélicos approchent, approchent...

DSCN6209

Un homme avec sa radio annonce au fur et à mesure les évolutions de la course : "Bardet lâché !", "Pinot lâché !", "Péraud lâché !", "Fédrigo et Van Bilsen repris !". Les motos avec sirène passent. Une voiture du Tour nous fait un état de la course au mégaphone. Klaxons, sirènes, gyrophare, ça s'agite !!!!!!

DSCN6210

"Rodriguez lâché !", "Ohlalalala, Niballi à l'agonie ! C'est fini pour lui !", "Contador peine... Lâché aussi !", "Putain, ça fait du trie !"
Les hélicos sont au-dessus de nous.
"Valverde attaque !", "Froome et Quitana le suivent !".
Un spectateur positionné sur une butte non loin de nous alerte : "Ils arrivent !"
Des motos encore, des hauts-parleurs, des mots que l'on ne distingue pas ! Ça va vite !
"Froome a attaqué !!!!!!!!".
Réactions dans l'assistance.
"Y'a que Quintana qui arrive à le suivre... Non, il est laché aussi !"
La voiture rouge de Christian Prudhomme passe à notre hauteur, puis les caméras-moto-télé. Les coureurs sont là.

Enfin :
le coureur en tête,
Christopher Froome, est là !
DSCN6211

Il mouline. Un style étrange. La tête baissée.
Il est suivi quelques secondes plus tard par le meilleur grimpeur du monde,
le Colombien Nairo Quintana, beaucoup plus posé.
DSCN6212

Ensuite, un équipier de Froome, Ritchie Porte,
qui a décidé de faire toute la montée du col avec la tête tournée vers l'arrière !
Il est suivi par Valverde.
DSCN6213
            DSCN6215

Puis c'est le premier Français qui arrive quelques secondes plus tard :
Tony Gallopin, copieusement encouragé par les spectateurs.
DSCN6216

Puis l'un des grands perdants du jour pour l'instant,
l'Espagnol Alberto Contador !
DSCN6217
Puis le vainqueur du Tour 2014, à la dérive aujourd'hui,
Vincenzo Nibali.
DSCN6221
Et les petits Français qui avaient brillé l'année dernière :
Romain Bardet et Jean-Christophe Péraud.
DSCN6222
                DSCN6223

Et les coureurs passent les uns après les autres au milieu de la foule !
DSCN6226

DSCN6227        DSCN6228

C'est aussi ça l'avantage d'assister à une étape de montagne, le spectacle dure plus longtemps ; même si, tout de même, pour rappeler cette phrase que l'on connaît tous : "L'amour, c'est comme le Tour de France, on l'attend longtemps et il passe très vite."

La voiture-balaie fait son apparition. Devant elle, un dernier coureur australie devant lequel passe amicalement un spectateur déguisé en kangourou.
Fin de l'étape pour nous. Nous rejoignons les voitures pendant que l'on nous annonce la victoire écrasante de Christopher Froome sur les autres concurrents.