Dans notre épisode précédent, nous avions vu qu'il y avait plusieurs routes possibles pour rejoindre Corsier-sur-Vevey, Suisse, en partant de Sallanches, France. Tout ça était bien joli, mais il nous restait à répondre à la question originelle : "Mais qu'est-ce qu'on va faire à Corsier-sur-Vevey maintenant qu'on y est ?"
C'est une excellente question à laquelle je te répondrai simplement : "Lis la suite."
Quand soudain, en voilà-t-il pas...

 

Nous avons vu les calmes et reposantes rives du lac Leman avec leur fourchette géante plantée dans l'eau et leurs sièges aménagés dans les rochers pour contempler les eaux bleues du plus grand lac alpin d'Europe centrale. Nous avons rencontré des citadins venus chercher un peu de verdure pour apéritiver ou barbecuter, toujours au bord du lac. Et puis, nous avons également croisé les statues de Gogol et Chaplin,... Ah PAF ! Voilà, direct, le nom est lancé : Chaplin. Charlie Chaplin. Ou Charles Spenser Chaplin. Ou Charlot. Mais je n'aime pas trop ce dernier attribut. Gardons Charles Charlie Chaplin.

Nous avons quitté le lac Leman pour monter sur les hauteurs de Corsier et atteindre Corsier-sur-Vevey en suivant les intrigants panneaux "Chaplin's world".
Après avoir atteint un mur haut sur lequel trône une intrigante pancarte "Attention chien méchant, sonnez SVP", nous passons la barrière de péage, séparant la route du parking du musée. Très grand parking sur une culture de places goudronnées disposées en terrasse... J'ai rien compris à ce que je viens d'écrire, garons la voiture.
Flavie et moi même nous dirigeons à présent vers l'accueil du musée dédié au cinéaste-acteur-réalisateur-producteur-musicien-scénariste qu'était Charles Spencer Chaplin, ou Charlie Chaplin.
Inauguré le 16 avril 2016, le musée s'est installé dans l'ancienne demeure de la famille Chaplin, le Manoir de Ban, ici même où le cinéaste trouva refuge à partir de 1953 et ce jusqu'à sa mort le jour de Noël 1977 après qu'il eut été expulsé des Etats-Unis.


Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée (Suisse)

Construit en 1840, le Manoir de Ban ne fut pas que la propriété de la famille Chaplin. Construite par Philippe Franel sur commande de Charles-Emile Scherer, industriel saint-gallois, elle fut la propriété de quelques douze propriétaires. Citons, par exemple,  -même si ce n'est peut être pas cela qui nous intéresse le plus ici et maintenant- un notable de Saint-Gall, un célibataire rentier, un maître horloger, un industriel et dramaturge Wilhem Imperatori (dont la femme recueillit des réfugiés durant la Seconde Guerre Mondiale), un diplomate américain et... la famille Chaplin.

Après avoir emprunté le chemin de gravier blanc et être passés devant un majestueux cèdre libanais, nous entrons par la grande porte dans la belle batisse style coloniale, victorien.

Dans le hall,
une première statue en cire nous accueille.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, entrée et statue Chaplin

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, entrée et statue Chaplin (Suisse)

C'est la première statue de cire que nous voyons, mais ce ne sera pas la dernière puisque le musée a été créé par Philippe Meylan, architecte et entrepreneur suisse, et Yves Durand, muséographe québécois, en partenariat avec le Musée Grévin. Il y aurait apparemment quelques 36 statues réparties dans tout le musée, manoir et studio compris. Aucune dans le parc apparemment. Pas encore...
Il s'agit d'une statue de Charlie Chaplin âgé, avec des cheveux blancs. Bon, perso, je trouve qu'elle n'est pas très ressemblante. À moins que l'on se soit planté de musée et que ce soit la demeure d'un autre artiste que nous visitions. Mais je n'arrive pas à savoir qui cela peut être. Leslie Nielsen ? Roger Gicquel ? Guy Lux ? Christian Marin ?

BON EH OH, on va pas commencer à critiquer dès les premiers mètres !!!!
Derrière la statue de cire de l'artiste âgé, nous découvrons une grande photo noir et blanc de sa dernière femme, Oona, avec qui il vécut ici durant 33 ans. Cette première mise en scène pose la base de ce qu'est le Manoir : une "aventure" dans la vie intime de la famille Chaplin en Suisse en parcourant les 19 pièces du lieu.
Au rez-de-chaussée, le vestibule, le salon, le bureau, la salle de bain et sa bibliothèque, la salle à manger.
À l'étage, les quinze chambres des membres de la famille Chaplin.

Nous commençons par le rez-de-chaussée. Les pièces de cette partie du manoir sont consacrées à l'espace collectif de la famille. Nous suivons un mur sur lequel sont écrites différentes dates résumant la vie de Charles Spencer Chaplin, de sa naissance à son décès. En "quelques lignes" succinctes, voici quelques dates importantes.



LA VIE DE
CHARLES SPENCER CHAPLIN
EN "QUELQUES DATES"


16 avril 1889 : naissance de Charles Spencer Chaplin à Londres, dans l'East Lane, fils de Charles Chaplin senior et Hannah Harriet Pedlingham Hill, artistes de music hall.

18 juin 1896 :
Charles Chaplin et son demi-frère sont placés à l'école de Hanwell, Londres. Il s'agit d'une workhouse dont le rôle est apparenté à de l'assistance sociale.


Septembre 1898 :
La mère de Charles Chaplin est transférée à l'asile de Cane Hill, Londres. Durant la convalescence de leur mère, les enfants Chaplin sont envoyés chez leur père qu'ils connaissaient à peine. Alcoolique, il meurt deux ans plus tard d'une cirrhose à l'âge de 38 ans.


1899-1900 :
Charles Chaplin est membre de la troupe de danseurs Eight Lancashire Lads et se produit dans les music-halls britanniques.


9 mai 1903 :
Hannah, la mère de Charles Chaplin, est décrétée folle, puis est retransférée à l'asile de Cane Hill. Charles Chaplin vit seul et dort dans la rue en attendant le retour de son frère parti dans la Marine. Même si elle quittera l'asile quelques mois plus tard, , elle rechutera de manière permanente en mars 1905. Chaplin écrira dans son autobiographie à propos de l'état de santé de sa mère : "Nous ne pouvions rien faire d'autre qu'accepter le triste destin de notre mère."


6 juillet 1903 :
Charles Chaplin se produit pour la première au Royal County Theatre. à Kingston-Upon-Thames. dans le rôle de Sam, le marchand de journaux, dans Jim, A romance of Cockayne, puis il entame une tournée dans le rôle de Billy, le groom, dans Sherlock Holmes.

Octobre 1907 :
Il s'essaie à un numéro solo au Forester's Music Hall, à Londres, mais ne rencontre pas le succès escompté.


21 février 1908 :
Après que son frère cadet Sydney lui ai obtenu une audition, Charles Chaplin signe un contrat avec la troupe de music-hall itinérante de Karno. Il y incarne notamment un gentleman éméché. Karno n'était pas convaincu par le potentiel de l'acteur, le trouvant "pâle, chétif et trop timide pour faire quoi que ce soit au théâtre."

Charlie Chaplin 1909Avril 1910 : Il est l'acteur principal de la nouvelle comédie Jimmy the Fearless qui connaît un grand succès et attire l'attention de la presse sur le jeune artiste. (Photo : Chaplin is for the ages)

 

3 octobre 1910 : La troupe Karno entame une grande tournée de 21 mois en Amérique du Nord durant laquelle les critiques le considèrent comme "l'un des meilleurs artistes de pantomime jamais vu". De retour en Angleterre, la troupe repartira à nouveau en tournée ; ce qui le ravit au plus haut point.

25 septembre 1913 :
Charles Chaplin signe un contrat d'un an pour rejoindre la Keystone Film Company de Sennet, avec un salaire hebdomadaire de 150 dollars pour jouer dans des films comiques. Même si l'acteur trouve les films de la Keystone "grossiers", il apprécie les perspectives d'une nouvelle carrière. Il ne jouera dans aucxun film avant février, mais il en profite pour se familiariser avec la réalisation cinématographique.


2 février 1914 :
Il fait ses débuts à l'écran dans le court-métrage "Making a living" ("Pour gagner sa vie"). Il y joue une sorte de dandy en redingote étriquée, chapeau haut-de-forme et grandes moustaches tombantes. Chaplin déteste ce film.


7 février 1914 :
Le film "Kid auto races at Venice" ("Charlot est content de lui") de Lehrman sort en salles avec Charles Chaplin arborant pour la première fois son célèbre costume de vagabond.

4 mai 1914 : Charles Chaplin réalise son premier film "Caught in the Rain" ("Un béguin de Charlot" ) et connait un franc succès. Par la suite, il réalise pratiquement tous les court-métrages de la Keystone dans lesquel il joue ; soit pratiquement un film par semaine, ce qui fut "la période la plus excitante de sa carrière" à ses yeux.

14 décembre 1914 :
Après avoir demandé à Sennet un salaire hebdomadaire de 1000 dollars que ce dernier refuse, Charles Chaplin signe un contrat à l'Essanay Film Manufacturing Company pour 1250 dollars par semaine, ajouté à une prime d'embauche de 10 000 dollars.


15 février 1915 :
Charles Chaplin sort son second film sous l'égide Essanay Film, "A night out" ("Charlot fait la noce"). C'est son premier film avec Edna Purviance avec qui il tournera dans 35 films. Ils vivront également une aventure jusqu'en 1917. C'est en travaillant avec Essanay qu'il trouvera, approfondira et entretiendra les thèmes chers au monde de Charlot.


26 février 1916 :
Charlie Chaplin signe un contrat avec la Mutual Film Corporation pour un salaire annuel de 670 000 dollars ; ce qui en fait l'une des personnes les mieux payées au monde. Quelques jours plus tard, il s'installe dans les Studios Lone Star, 1025 Lillian Way, à Los Angeles.


17 juin 1917 :
L'émigrant ("The Immigrant") sort en salle et Charles Chaplin signe un contrat avec la First National pour huit films pour un million de dollars et le partage à parts égales des bénéfices nets.


Janvier 1918 :
Les Studios Chaplin sont inaugurés sur La Brea Avenue, à Los Angeles sur un terrain de 20 200 m2 avec les meilleurs installations et équipements possibles.


14 avril 1918 :
Le premier film de Charlie Chaplin dans ses nouveaux studios sort. Il s'agit de "Dog's Life" ("Une vie de chien"), décrit par le critique français Louis Delluc comme "la première œuvre d'art totale du cinéma".

Charlot fait la bombe    the immigrant     dog's life

5 février 1919 : Déçu par le fait que First Nationale ne lui donne pas plus de fonds après la sortie de "Charlot soldat", il s'allie à ses collègues Douglas Fairbanks, Mary Pickford et D. W. Griffith pour fonder une nouvelle société de distribution : la United Artist. C'est une révolution pour l'industrie cinématographique car les quatre fondateurs pouvaient personnellement financer leurs œuvres et avoir un contrôle total sur elles. Mais Chaplin doit encore réaliser six films pour la First avant de voler de ses propres ailes.

Août 1919 :
Après une tragédie personnelle pendant laquelle sa femme Mildred Harris -un mariage plus ou moins forcé et discret-  mit au monde leur enfant qui mourra trois jours plus tard, Chaplin divorce et commence le tournage du film "The kid" avec le jeune Jackie Coogan. Tout comme "Charlot et le masque de fer", "Jour de paye" et "Le pèlerin", "the kid" est produit par la First Nationale.

charlot masque de fer      Jour de Paye      Le_Pelerin   le kid

6 février 1912 : Sortie en salle de "The Kid". Succès immédiat, il est distribué dans plus de 50 pays. C'est l'un des premiers films à associer drame et comédie que beaucoup considère comme inspiré de l'enfance de son auteur.

Novembre 1922 :
Début du tournage "L'opinion publique" avec United Artists. Le public boude le film car il voulait voir Charlot. Chaplin retire le film des salles le plus vite possible.


Février 1924 :
Inspiré par une photographie de la ruée vers l'or du Klondike de 1898 et par le récit de l'expédition Donner de 1846-1847, Charles Chaplin débute le tournage de "The gold Rush" ("La ruée vers l'or"). Il engage Lita Grey pour être le rôle féminin du film. Plus de 600 figurants, décors extravagants, effets spéciaux, quinze mois de tournage pour un coût d'environ un million de dollars.


26 novembre 1924 :
Chaplin épouse Lita Grey au Mexique. Comme pour son premier mariage, cette union résulte d'une grossesse imprévue qui força le réalisateur à épouser la jeune femme qui n'avait que 16 ans. Selon la loi californienne, cette relation aurait pu être qualifiée de viol sur mineure. D'où une cérémonie discrète au Mexique.


22 décembre 1924 :
Georgia Hale remplace Lita Grey pour jouer le rôle féminin de "La ruée vers l'or".


5 mai 1925 :
Naissance de Charles Spencer Chaplin, premier fils de Charlie Chaplin et de Lita Grey.


25 août 1925 :
"The gold Rush" ("La ruée vers l'or") sort en salles. Il dévient l'un des plus gros succès du cinéma muet avec cinq millions de dollars de recette avec des scènes inoubliables, comme celles des petits pains.

11 janvier 1926 : Début du tournage de "The circus" ("Le cirque")

30 avril 1926 :
Naissance du second fils de Charles Chaplin et Lita Grey : Sydney Earl Chaplin.


Janvier 1927 :
Lita Grey entame une procédure de divorce contre Charles Chaplin pour cruauté extrême. Chaplin arrête le tournage de "The circus". Le divorce sera prononcé en août et le studio Chaplin reprendra ses activités en septembre après avoir cessé les tournages pendant quelques mois. Lors de celle-ci, les documents de Lita Grey accusant Chaplin d'infidélité, de violence et d'entretenir des "désirs sexuels pervers" sont publiés par la presse.


Décembre 1928 :
Charles Chaplin commence le tournage d'un nouveau film muet "City Lights" ("Les lumières de la ville") alors que le cinéma sonore et parlant se répand de plus en plus.


16 mai 1929 :
Lors de la 1ère Cérémonie des Oscars, Charlie Chaplin reçoit un Oscar d'honneur "pour sa polyvalence et son génie à jouer, écrire, mettre en scène et produire Le Cirque" sorti en janvier 1928.


5 octobre 1930 :
Charles Chaplin termine le tournage de "City lights" ("Les lumières de la ville"), puis travaille sur la partition musicale du film avant de présenter de présenter le travail final en avant-première le 30 janvier 1931 à Los Angeles. Dès le lendemain, il décide de prendre seize mois de vacances et arrête de tourner. Il visite l'Europe de l'Ouest, présente le film à Londres, à Berlin (où les caricaturistes s'amusent de la ressemblance de moustache entre Chaplin et Hitler), à Paris (où il reçoit la Légion d'Honneur), en Suisse, en Algérie, à Singapour,... Il se rend également au Japon où il est témoin "de l'incident du 15 mai 1932 durant lequel des officiers nationalistes tentèrent un coup d'État, assassinant le premier ministre du Japon Tsuyoshi Inukai. Le plan initial incluait notamment de tuer Charlie Chaplin afin de déclencher une guerre avec les États-Unis". (
WIKIPEDIA)

le cirque      la ruée vers l'or     les lumières de la ville

Juin 1932 : Charlie Chaplin est de retour à Hollywood où il rencontre Paulette Goddard en juillet.

11 octobre 1934 :
Chaplin commence le tournage de "Modern Times" ("Les temps modernes").

5 février 1936 :
"Modern Times" ("Les temps modernes") est présenté en avant-première à New York. On découvre pour la première fois la voix de Charlot lors d'une chanson en "charabia". Les critiques sont plus mitigées, désapprouvant la signification politique du film.


Mai 1936 : Paulette Goddard, 26 ans, et Charlie Chaplin,47 ans, se marient discrètement à Canton, en Chine.

Octobre 1938 :
Charlie Chaplin commence à travailler sur "The great dictator" ("Le dictateur") auquel il consacrera deux années à l'écriture du scénario pour commencer à tourner le 9 septembre 1939 alors que la Seconde Guerre Mondiale vient d'éclater.

le dictateur15 octobre 1940 : "The great dictator" ("Le dictateur") est présenté en avant-première à l'Astor et au Capitol, à New York. Il s'agit du premier film anti-nazi et du premier film parlant de Charlie Chaplin. Il se termine par un discours face caméra de six minutes pendant lequel l'acteur sous les traits du héros expose ses opinions politiques personnelles ; ce qui, pour Charles Maland, marquera le début du déclin de la popularité de Chaplin à une époque où le cinéma évitait les thèmes politiques controversés.

 



4 juin 1942 : Paulette Goddard et Charlie Chaplin divorcent.

30 octobre 1942 :
Charlie Chaplin rencontre  Oona O'Neill, fille du dramaturge Eugène O'Neill.


23 décembre 1942 :
Après une relation intermitente avec l'actrice Joan Barry, cette dernière fait irruption chez Charlie Chaplin et le menace avec un revolver. J. Edgar Hoover, directeur du FBI, exploite cette affaire pour atteindre la réputation de l'acteur. Plusieurs procès s'en suivent, tous rapportés par la presse. Chaplin est finalement accusé de "turpitude morale" par le procureur. Il est condamné à payer une pension à la fille que Joan Barry dit avoir eu avec lui, malgré des preuves sanguines démontrant le contraire.


16 juin 1943 :
Charlie Chaplin, 54 ans, épouse Oona O'Neill, 18 ans. La controverse s'amplifie sur les moeurs de l'acteur. Ils resteront mariés jusqu'à la mort de Chaplin et auront huit enfants : Géraldine, Michael, Josephine, Victoria, Eugen, Jane Cecil, Annette et Christopher.


21 mai 1946 :
Charles Chaplin débute le tournage de "Monsieur Verdoux", inspiré de l'affaire Landru, après avoir acheté le scénario à Orson Welles.


Avril 1947 :
"Monsieur Verdoux" sort dans les salles. Le film critique le capitalisme. Il est hué lors de la première et certains demandent son interdiction. C'est un échec critique et commercial aux États-Unis. Pour Chaplin, il reste "le plus intelligent et plus brillant des films" qu'il ait réalisés. Cet accueil mitigé n'est pas seulement du au film. L'image publique de Chaplin s'est détériorée suite aux nombreuses affaires du début des années 1940. De plus, il est accusé d'être communiste suite à ses actions politiques durant la Seconde Guerre Mondiale et son rapprochement avec des sympathisants communistes. Dans le contexte de "Peur rouge" de l'époque, le FBI est bien déterminé à lui faire quitter le pays. Chaplin nie être communiste et refuse de se taire, se présentant comme pacifiste allant à l'encontre du gouvernement américain et de ses violations sur les libertés publiques.

19 novembre 1951 :
Après trois ans de préparation, Charles Chaplin commence le tournage de "Limelight" ("Les feux de la rampe"). Ce film, largement autobiographique, fait référence à l'enfance de Chaplin, à la vie de ses parents et à sa perte de popularité aux États-Unis.

chaplin-expulse-amerique17 septembre 1952 : La famille Chaplin quitte New York à bord du Queen Elysabeth pour aller présenter "Limelight" à Londres. Le surlendemain, Charlie Chaplin apprend que son visa de retour pour les États-Unis a été révoqué. La famille débarque à Londres le 23. (Photo : Histoire en questions)

 


23 octobre 1952 : Présentation du film "Limelights" ("Les feux de la rampe") à l'Odeon, à Londres. Il est ensuite présenté à Paris le 30 octobre. Le lendemain, il y reçoit le grade d'Officier de la Légion d'Honneur.

les feux de la rampe       a king in new york       la comtesse de Hong Kong

5 janvier 1953 : La famille Chaplin s'installe dans le Manoir de Ban, à Corsier-sur-Vevey, en Suisse.

10 avril 1953 :
Chaplin renonce à son visa de retour pour les États-Unis.


18 septembre 1953 :
Le Studio Chaplin est vendu.

18 juillet 1954 :
  Chaplin rencontre le Premier ministre chinois Zhou Enlai. Dans le cadre de la Conférence sur la paix en Indochine à Genève, Chaplin rencontra le Premier ministre chinois Zhou Enlai. Savez-vous pourquoi il voulait le rencontrer? Chaplin répond dans son autobiographie: "Je voulais connaître le fond de la pensée de cet homme. Bien sûr, je n'accepte pas toutes ses idées politiques. Mais il est très intéressant... vraiment, très intelligent." (Sources : Chaplin's world)


1er mars 1955 :
Chaplin vend ses dernières actions de United Artists.


7 mai 1956 :
Charles Chaplin commence le tournage de "A king in New York" qu'il achève le 28 juillet pour le présenter le 12 septembre 1957 à Londres avant sa sortie en salle en Europe le 1er décembre.


Septembre 1964 :
Charles Chaplin publie "My autobiographie" ("Mon autobiographie").


5 janvier 1967 :
Charles Chaplin présente "The countess from Hong Kong" ("La comtesse de Hong Kong") à Londres. Ce sera le dernier film du réalisateur et un échec commercial.


16 avril 1972 :
Charles Chaplin reçoit un Oscar d'honneur à Hollywood sous une ovation de plus de douze minutes, la plus longue de toute l'histoire des Oscar. Cela faisait vingt ans qu'il n'était pas retourné aux États-Unis.


Septembre 1972 :
Charlie Chaplin reçoit le Lion d'Or au festival de Venise en septembre alors que le film "A king from New York" sort aux Etats-Unis en décembre, soit 15 ans après sa sortie en Europe.


4 mars 1975 :
Charles Chaplin est fait chevalier par la Reine Elysabeth et devient Sir Chaplin lors d'une cérémonie au Palais de Buckingham.


25 décembre 1977 :
Le jour de Noël  -un jour qu'il détestait-, à 4 heures du matin, Charles Spencer Chaplin décède au Manoir de Ban, à Corsier-sur-Vevey, en Suisse. Il avait 88 ans. Il est enterré au cimetière de Corsier le 27 décembre.


2 mars 1978 :
Le cercueil de Charlie Chaplin est dérobé et une rançon de 400 000 dollars est réclamée à la famille pour lui restituer. Le cercueil avec le corps de Chaplin sera retrouvé dans un champ à Corsier le 17 mai 1978.


27 septembre 1991 :
Oona O'Neill décède à CorsierèSur-Vevey, en Suisse.

2000
 : Développement du projet de musée par Chaplin Museum Development.
2008 : Propriété des enfants de Chaplin jusqu'en 2008, le Manoir de Ban devient la propriété de la société luxembourgeoise Genii Capital, qui veut en faire un musée, hommage à Charlie Chaplin.
2013 : Début des travaux d’aménagement du musée Charlie Chaplin.
2014 : Accord avec la Compagnie des Alpes / Grévin pour l’exploitation du musée.

16 avril 2016 : Ouverture du musée Chaplin's world dans le Manoir de Ban, à Corsier-sur-Vevey, en Suisse.

CHRONOLOGIE :
KRONOBASE et WIKIPEDIA



Bon ben écoute, voilà pour quelques dates rapides qui ne font que résumer la vie de Charlie Chaplin. On peut remarquer une profusion créatrice dans la période 1910-1940, puis une vie personnelle plus tourmentée après la Seconde Guerre Mondiale avec, notamment, cette "chasse aux sorcières" dont l'artiste fut victime.
Nous suivons toutes ces dates écrites sur le mur du couloir pour arriver à l'éntrée de la salle à manger. Ici, tout est en place pour nous donner l'impression que la famille Chaplin va arriver dans quelques minutes pour passer à table. 
Le couvert est mis pour dix personnes, soit le nombre exact de membre de la famille. Les deux parents étaient chacun assis en bout de table alors que les enfants se posaient sur les côtés.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salle à manger (Suisse)

Bon, bien évidemment, la famille ne viendra pas aujourd'hui, ni les autres jours pour manger devant nous... On n'est pas au Musée de la Mer de Biarritz avec les soigneurs donnant à manger aux otaries tous les jours à 15h30. Par contre, une petite vidéo de quelques minutes passent en boucle en bout de table pour nous montrer comment se passait les scènes de déjeuner au Manoir.
Pour Géraldine Chaplin, sa fille, "c'était un papa fixe pour qui l'éducation avait beaucoup d'importance. Quand nous avions des bonnes notes à l'école, tout allait bien. Il était strict, il était victorien. Cette maison, d'ailleurs, est complètement victorienne. Les livres qu'il possédait étaient des livres de gentilhomme bourgeois victorien. (...) Nous avions un maître d'hôtel, Gino. Il ouvrait la porte, disait "Madame est servie", on passait à table, il fermait la porte." (Source : Le matin vidéo)

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salle à manger, bibelots (Suisse)Au fond de la salle, une petite vitrine expose des objets personnels de la famille.

 

 

 

 

Nous passons dans une autre pièce, le salon. Deux fauteuils, un canapé, une horloge comtoise, un magnifique lustre, un grand miroir, une cheminée. Il y a également un piano Steinway sur lequel sont apposées des photos et plusieurs partitions des musiques composées par Charlie Chaplin, dont celle pour le film "La comtesse de Hong Kong". À partir du milieu des années 1950, Charlie Chaplin se concentra sur la resonorisation et la réédition de ses anciens films ainsi que sur la protection de ses droits d'auteur. Il faut savoir que le réalisateur a composé les musiques de ses films sans savoir lire une partition. Une question demeure à propos de ce piano : certains disent que Charlie Chaplin l'aurait acheté pour que la célèbre pianiste suisse d'origine roumaine Clara Haskil puisse jouer lorsqu'elle venait au Manoir. D'autres, comme Eugène Chaplin  -l'un des fils de Charlie Chaplin-  dit que c'est la pianiste elle-même qui l'a offert à son père.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salon, piano (Suisse)


Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salon, violon (Suisse)Au fond de la pièce, une vitrine en verre suspendue protège un violon, mais pas n'importe quel violon puisqu'il s'agit de celui que Charlie Chaplin s'est acheté avec son premier salaire alors qu'il n'avait que 16 ans.
Il aimait également jouer de cet instrument aux invités qui venaient rendre visite à la famille.
Juste en-dessous de la vitrine, un sofa -qui n'est pas celui d'origine car il aurait entravé le passage des visiteurs du musée-  et une petite table pour prendre le thé jouxtent ces objets.

 

 

 

 

 

 

Nous poursuivons la visite en changeant de pièce pour accéder au bureau.
Différents objets sont présentés : un canapé, une cheminée, des fauteuils, une grande bibliothèque et le grand bureau. Plusieurs documents sont posés, sous verre, sur ce dernier : extraits de scénario, de partitions ("A king in New York"), contrats,... Chaplin avait une secrétaire à qui il dictait ses scénarios.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, bureau          Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, bureau (Suisse)

"Je ne pense pas que ce sont des livres qu'il avait choisi, mais il voulait créer ici une vie que lui n'avait jamais eue. Et c'est Chuuut, papa travaille. On ne pouvait pas faire de bruit alors on allait dans le parc et on s'amusait comme des fous. Dans la maison, il n'y avait pas de bruit. Nous entendions juste le bruit de la cheminée qui était tout le temps allumée. Hiver, été. Papa disait : "C'est mon seul luxe !". Bon... Il aimait regarder le feu. Il se mettait devant le cheminée et il regardait le feu et il se perdait je-ne-sais-pas-où. Dans ses souvenirs, je pense.", Géraldine Chaplin

Un écran télé diffuse en boucle les essais du dernier film que devait réaliser Charlie Chaplin. Un dessin fait par l'artiste lui-même présente le projet. Il s'agit de "The Freak".

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, bureau, dessin pour The Freak

"L'histoire relate les aventures d'une femme-oiseau, qui chute sur le toit de la demeure d'un professeur-écrivain dans un coin perdu de Terre de Feu, en Amérique du sud. Enlevée, elle est emmenée à Londres où elle est exhibée devant une foule et forcée d'accomplir des miracles en guérissant des malades (rien ne dit s'il s'agit de vrais ou faux malades). Parvenant à s'échapper, elle est alors poursuivie et capturée. Libérée, elle veut retourner dans ses montagnes chiliennes, où elle avait grandi dans une grotte après la pousse de ses ailes vers l'âge de 6?ans. Sur le chemin du retour, elle tombe dans l'Atlantique et meurt." L'OBS

The freak, essaisÀ 80 ans, Chaplin avait commencé à travailler sur ce scénario vers 1969 avec sa fille Victoria, en ayant à l'esprit de lui confier le rôle principal. Mais, le mariage imprévu de Victoria et l'âge déjà avancé de Chaplin ont constitué des obstacles qui empêchèrent la réalisation du film.

 

 

 

 


Dans le fond de la pièce, sous verre également, on découvre les ailes qu'avait fait confectionné Chaplin pour le tournage.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, le bureau, melon et canne (Suisse)Sous ses grandes ailes blanches, sont exposés le chapeau melon et la canne traditionnels d'un des personnage mythique de Charlie Chaplin : Charlot. Un personnage qu'il a interprété dans plus d'une soixantaine de courts-métrages à partir de 1910.
Charlot apparaît pour la première fois dans la comédie Charlot est content de lui, court-métrage d'Henry Lehrman en 1914. En moins de trois ans, il fait de Charlie Chaplin le comique le plus populaire au monde.

 

Comment est né ce personnage que nous connaissons tous ?
"La légende rapporte que différents acteurs de la troupe de la Keystone inspirèrent ses attributs vestimentaires : pantalon flottant et tombant de Fatty Roscoe Arbuckle, les souliers taille 45 de Ford Sterling, redingote noire étriquée sur un veston boutonné de Billy Gilbert, chapeau melon trop petit du père de Minta Durfec. Il arbore une moustache en brosse à dents et porte des cheveux noirs frisés. Sa démarche en canard est associée à son pantalon flottant, ses chaussures trop grandes et sa canne souple en bambou. Cette allure lui vaudra la réputation de « vagabond » misérable et roué, asocial et obstiné, révolté et sentimental." WIKIPEDIA

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, bureau, lampe (Suisse)C'est également dans cette pièce que l'on peut voir des extraits écrits de son autobiographie ou encore des notes diverses sur des papiers, suspendues à un lustre.
Charlie Chaplin a laissé plus de 200 000 pages d'archives (manuscrits, lettres d'amour, lettres à sa mère, à son frère...).

 

 

 

 
Nous quittons le bureau pour entrer dans une petite pièce sur la gauche. C'est la salle de bain dans la quelle se trouve une statue de cire d'Albert Einstein. Nous restons un peu interloqués dans un premier temps en nous demandant ce que le célèbre physicien fait ici, dans le manoir de la famillle Chaplin.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salle de bain

Ami proche de la famille, il fut présent à l'avant-première des Lumières de la ville, diffusé en 1931 à Hollywood. Une anecdote rapporte que lors des applaudissements de la foule à leur passage, il y aurait eu ce dialogue :
EINSTEIN : "- Ce que j'admire le plus dans votre art, c'est son universalité. Vous ne dites pas un mot, et pourtant, le monde entier vous comprend.
CHAPLIN : "- C'est vrai. Mais votre gloire est plus grande encore : le monde entier vous admire, alors que personne ne vous comprend."

Nous traversons le couloir d'entrée pour arriver dans des pièces organisées et fournies de documents papier, visuels et audiovisuels.
Dans la première, nous retrouvons un petit inventaire des faits de propagande dont fut victime Charlie Chaplin et qui l'amena à venir habiter définitivement la Suisse et Corsier-sur-Vevey.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, pièce polémique (Suisse)Pour moi, cela reste un mystère. Comment un artiste comme Chaplin a-t-il pu être "banni" des États-Unis ?
Pour le comprendre, replongeons-nous dans l'histoire du pays, au temps de la chasse aux sorcières, ou Peur rouge, ou maccarthysme, de 1950 à 1954.

"En 1947, la chasse aux sorcières du sénateur américain McCarthy prend pour cibles des personnalités d'Hollywood. Parmi elles, un immigrant anglais donneur de leçons qui s'enrichit sur le sol américain sans en prendre la nationalité, selon les dires de l'époque : Charlie Chaplin.
La Commission des activités anti-américaines ouvre un dossier et le tout-puissant patron du FBI, John Edgar Hoover, place le créateur de Charlot sur écoute. Ses mœurs, ses films, ses sympathies, sa fortune… tout fait de lui un suspect." FRANCE 2, 13h15

Charlie Chaplin ne reviendra aux États-Unis que 20 ans plus tard, en 1972, pour recevoir un Oscar d'honneur "pour l'effet incalculable qu’il a eu en faisant des films de cinéma la forme d'art de ce siècle".
Quant à McCarthy, il sombrera dans l'anonymat et mourut alcoolique en 1957.
Sur un côté de la pièce, une statue de cire grandeur nature de Winston Churchill jouant avec un chapeau rappelle les liens qu'entretenait le cinéaste avec le Premier Ministre britannique, notamment lorsque ce dernier était lui rendre visite dans ses studios à New York en 1929 alors qu'il était chancelier.

Dans la pièce à côté, des photos et un petit film nous montrent la vie au quotidien des Chaplin à Corsier-sur-Vevey. Les promenades dans la ville, la participation aux évènements locaux et la venue de différentes personnalités du cinéma et autres dans le manoir. Citons l'écrivain Blaise Cendrars, la journaliste Llian Ross, la pianiste Clara Haskil qu'il avait rencontré lors d'un concert qu'avait donné la pianiste à Corsey-sur-Vevey, le 6 novembre 1953.
Nous y découvrons également des images de Charlie Chaplin faisant une apparition impromptue sous le chapiteau du cirque Knie, installé à Corsier, en juillet 1953, puis le 10 octobre 1954.

Nous passons maintenant à l'étage en empruntant le grand escalier en colimaçon. L'ancien propriétaire Grafton Winthrop Minot, diplomate américain, et son épouse Anne de Lancey, ont acquis la maison en 1946 et ont décidé de la baptiser "Manoir de Ban". Quelques années plus tard, Madame Minot se tue sur la septième marche de cet escalier, ce qui a amené à faire croire ensuite que la maison était hantée. (Propos rapportés par Eugène Chaplin).

Nous entamons la visite du premier étage, beaucoup plus intimiste puisque c'est ici que se trouvaient les différentes chambres des membres de la famille. Un long couloir aux murs bleus recouverts de photos de la famille Chaplin au Manoir nous amène à la première pièce située sur notre gauche. Nous entrons, solennellement.
Deux statues de cire représentant Oona et Charlie Chaplin sont disposées face à un écran de projection sur lequel sont diffusés des films de famille.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salon de projection (Suisse)

Juste derrière eux, on découvre la caméra avec laquelle Oona filmait ses petits moments familiaux.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, salon de projection, caméra d'Oona (Suisse)

À l'origine, cette pièce était la chambre d'Oona Chaplin. C'est également ici qu'elle est décédée le 27 septembre 1991 des suites d'un cancer.


Juste à côté, nous entrons dans une autre pièce : la chambre à coucher de Chaplin.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, la chambre (Suisse)

Au-dessus de son lit (qui n'était pas le sien), des photos de son visage sont mises côte à côte, montrant l'évolution physique de l'homme Chaplin.
Une télé est disposée au pied du lit diffusant les images des informations lors du décès du réalisateur.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, la chambre, buste de Clare Sheridan (Suisse)Au-dessus, un buste de Chaplin réalisé par la sculptrice-écrivain-journaliste britannique Clare Sheridan trône discrètement.

 

 

 

 

 

 

 

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée, la chambre, carteJuste à côté du lit, en hauteur, "une carte de Londres et du quartier tel qu'il se présentait durant l'enfance de Chaplin, acquise au hasard de l'un de ses incessants retours sur les lieux. Il l'a toujours conservée et placée bien en vue, tant dans sa résidence américaine que suisse." (Chaplin's World)

 

 

 

 

 

Nous continuons notre vagabondage. Sur notre droite, il y a la salle de bains. Malheureusement, ce jour là, elle est en travaux et donc inaccessible.
Les deux dernières pièces de l'étage sont consacrées l'une aux différents voyages effectués par Chaplin à travers le monde ; l'autre aux amis du réalisateur.
Pour la première, une grosse valise de voyage trône au centre de la pièce sur les murs de laquelle est apposée une grande mappemonde reprenant tous les lieux où s'est rendu Charlie Chaplin.
Pour la seconde, un mur de portraits photo en noir et blanc exposent les visages des différentes personnalités que Charlie Chaplin a rencontrées et côtoyées. On y retrouve Dali, Ghandi, Truman Capote, Jean Cocteau, Orson Welles, Buster Keaton, Marlon Brando, Arthur Rubinstein, Gary Cooper, Coco Chanel, Herbert Von Karajan,...

Le second étage se trouve sous les toits du manoir. La charpente est apparente et laisse place à un grand espace dans lequel se trouve une exposition temporaire.

Nous redescendons au rez-de-chaussée pour sortir du manoir. Au sous-sol du manoir qui ne se visite pas, Charlie Chaplin archivait les négatifs de certains de ses films. Comme beaucoup étaient composés de nitrate et que le nitrate est une matière extrêmement inflammable, aucun studio ne voulait les garder.


Avant de rejoindre le Studio, nous décidons de faire le tour du grand jardin en suivant le petit chemin de gravier.
"Le parc de Champ de Ban s'étend sur près de 14 hectares, descendant en pente douce jusqu’aux berges de la Veveyse et du ruisseau de Nant. Le domaine comprend :
 - un parc d’agrément de 6,1 hectares couvert de pelouse naturelle et parsemé de bouquets d’arbres séculaires : hêtres, érables, ormeaux, épicéas, séquoia, cèdres…
- un verger attenant à la ferme, une serre de 1965 attenante au garage, un jardin potager, que Charlie Chaplin aimait cultiver, une cour, une fontaine, une piscine et un court de tennis
- une forêt en terrasses de 7,5 hectares essentiellement composée de feuillus. Dans la partie sud du domaine, la zone forestière était anciennement occupée par un vignoble." WIKIPEDIA
De tout cela, aujourd'hui, il ne "reste" que quatre hectares de jardin que le visiteur peut parcourir à sa guise et à son rythme. Quelques grands et beaux arbres. Une belle pelouse bien entretenue. De temps à autre, une table de jardin avec des chaises. Et au loin, toujours en vue, la façade du manoir.

Corsier-sur-Vevey, Chaplin's world, maison musée

"Je m'assieds parfois sur notre terrasse au coucher du soleil et je contemple la vaste étendue de pelouse verte et le lac au loin, et par-delà le lac, la présence rassurante des montagnes, et je reste là, sans penser à rien, à savourer leur magnifique sérénité."  CHARLES CHAPLIN, "Histoire de ma vie"

chaplin manoir de ban        manoir_de_ban_1957
Photos : Actualités voyages

Après avoir fait le tour du jardin, nous retrouvons l'entrée du Manoir. Il est temps de se diriger vers le troisième lieu de visite du musée : le Studio.

 

DANS NOTRE PROCHAIN ÉPISODE

Nous finirons la visite de ce magnifique et nostalgique musée dédiée à Charlie Chaplin en nous rendant dans un lieu extraordinaire...