Eh oui, c'est la fin de l'année, les vacances approchent, les fêtes, la famille, réveillon, repas, huîtres, saumon, foie gras, dinde, tout ça.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

D'ailleurs, en parlant de foie gras, huître, saumon, dinde tout ça, j'avais l'intention cette année de préparer un repas de réveillon un peu spécial et que j'aurais baptisé "Toutenun !" (prononce "Tout en un !"). La recette ? Simple ! Basique même, comme dirait OrelSan.

Oui : une recette simple et basique, pour aller au plus vite afin de satisfaire ceux qui n'aiment pas les réveillons, ou n'aiment pas leur famille, ou n'aiment pas les deux ; ce qui n'est absolument pas mon cas.
DONC pour ceux qui n'aiment pas passer deux heures à table avec leur famille, mais qui veulent quand même becqueter les aliments nutrionnels essentiels du repas de Noël, j'avais prévu de leur préparer la recette "Toutenun !" (prononce toujours  "Tout en un !") qui consistait à tout mettre dans un seul plat. Mais attention : en restant présentable et gastro ! On n'est pas chez les Romanos, ni les biafrais, là, merde ! Cela se serait appeler l'huître fourrée au foie gras sur son lit de bûche saumonée. Cependant, comme j'ai eu quelques problèmes pour fourrer l'huître, j'ai laissé tomber, j'ai pris la voiture et je suis parti dans la Nièvre du samedi soir rejoindre la famille et les amis.

AVANT CELA
Non, je n'ai pas parlé de la mort de Johnny. Non pas que je m'en foutes, non pas que j'étais trop triste. De toute façon, je fais ce que je veux et nous ne sommes pas toujours obligé d'avoir un avis sur tout.
Toutefois cependant pourtant encore que si bien même que puisque alors, j'ai suivi ses funérailles à la télé. Oui. C'était un excellent interprète et, c'est étrange mais c'est la vie  -ou plutôt la mort-  beaucoup disent aujourd'hui que c'était quelqu'un d'extrêmement généreux.
J'ai donc suivi ses obsèques à la télé, mais en faisant une grande tournée. Non pas des Stades de France et de Navarre, ou des salles de concert, ou des festivals comme le faisait l'artiste, mais une grande tournée des bars de Bayonne dans lesquels il était possible de trouver une télévision diffusant l'évènement. Car oui, on dira ce que l'on voudra, mais le jour où un artiste français (ou belge) ou même une autre personnalité politique, artistique, sportive ou belge parviendra à soulever les foules pour qu'elles se déplacent sur les Champs-Élysées le jour de ses funérailles, eh bien ce jour-là et cette personne là ne sont pas nés. Qui aujourd'hui, toi lectrice/teur, vois-tu obtenir un tel élan populaire pour ses obsèques ? Michel Sardou ? Non, il est bien trop con. Zinedine Zidane ? Et pis quoi encore !? Jacques Chirac ? On l'aime bien, mais les habitants de Mururoa moins. Line Renaud ? Bon, elle est sympa, mais sa cabane au Canada, ça va bien deux secondes. Michel Drucker ? Il serait capable de ressusciter pour commenter lui-même la cérémonie et s'autointerviewer après. Le général de Gaulle ? Oui ben, on va pas le déterrer exprès.
BREF : il semble bien que nous aillons assister en ce samedi 9 décembre 2017 à un évènement populaire unique. C'est donc pour cela qu'à évènement populaire unique, réunion populaire pour y assister DONC tournée des bars de Bayonne pour voir ce qu'il se disait sur l'artiste, l'homme, le déroulé des funérailles et tout ça.
Voici quelques brèves récoltés aux comptoirs des endroits parcourus.

HOMMAGE (ou pas)
À JOHNNY SMET
Bayonne, obsèques de Johnny (64)

La configuration des lieux étaient simples : un bar, une salle, un comptoir, une télé en hauteur diffusant les images de la cérémonie sur TF1 ou France 2. Des gens étaient là, soit pour boire un verre tranquillement entre couples ou amis, soit seuls, soit pour discuter. Des phrases qui volent...
    

"Il y a du monde, mais il y a des trous."

"Et ces fausses filles là, ça les ferait chier de pleurer un peu ?"

"-Y'a pas beaucoup de fleurs.
                        -Y'a pas pas beaucoup de loups non plus."            

             "Elle est pas morte Line Renaud ??" 

"Non mais Macron et sa femme, qu'est-ce qu'ils font là ?"

      "CONNARD DE LELOUCH !"        
                                                                          "Une bombe dans l'église et t'as plus de culture française !"

                     "- Ils pourraient passer du Johnny dans l'église plutôt que leurs chants à la con.
- Oh ! Tu respectes un peu."     

"Ohla, Jean Reno, il a mangé !" 

"Il fait combien dans l'église à ton avis ?"

"Ça va en faire des photos de merde
de son cercueil sur les réseaux sociaux."

      "Ça me gague le discours de Macron !!!"

"Il y a des gens qui sont venus avec leur couverture de survie."  

"Ouais, bon... euh... non mais il faut admettre... que... bon... on aime ou on aime pas...
mais...euh...allez, un blanc s'il te plaît... mais... ohla, ils pleurent tous là...
N'empêche que... c'est joyeux quand même... et... un blanc s'il te plaît...
je sais pas...Les gens, le monde, le froid..."

"Tu peux me ramener à Saint-Pierre après ?"  

"Elle est pas là l'autre conne là, comment elle s'appelle déjà, oh j'sais plus !"

"- Ah, Michael Youn, il dort.
- Il a du se prendre une grosse timbale hier."

"T'as regardé le match hier ?"                     "C'est un sosie ou c'est lui ?"

"Et tes volets, tu les as poncés ?"                         "Depardieu, j'adore par contre."  

"Drucker, Line Renaud...
Ils ne mourront jamais eux ?!"

                                           "Tu te souviens de Gabriella Sabatini ?"

"Bon allez, salut les Johnny !!!"

"Putain, arrêtez avec Victor Hugo !"

"C'EST LA MIENNE !!!!!!!"

"Texto-texto-texto."                                            "Sylvie Vartan, double menton."

"Bernard Montiel, j'ai jamais rien compris à sa carrière."
                                       "La peau de Johnny à la fin, c'était du plâtre."

                               "C'est beau l'harmonica quand tu penses à rien."

    "Et là, le cercueil tombe et on se rend compte qu'il est vide."

"- JOHNNY IL AIMAIT TOUUUUT LE MOOOONNDE !!!
- TA GUUEEEEEEUUUUULLLE !!!!"


Voilà pour mon hommage perso.
Revenons à où nous en étions.

 

 

APRÈS CELA
Cette année, les vacances de Noël commencent tard puisque le calendrier a fait en sorte que le 24 décembre tombe un dimanche. Mais cela ne t'a pas empêcher d'aller faire tes achats toute la semaine et même tout le mois. Alors peut être que malgré ces multiples démarches quotidiennes, tu n'as pas encore trouvé tous les cadeaux nécessaires pour les bonnes personnes.
PAS DE PANIQUE !!!!! Il ne reste plus que quelques heures, mais Tonton Jénorme est là et il a dressé pour toi la liste ultime des cadeaux que tu pourras acheter afin de ravir petits et grands si ta liste n'est pas complète.

Voici notre nouvelle rubrique :

1, 2, 3...
ACHÈTES !!!!

Cadeau de noël enfants        Cadeau de noël hi tech
Pour les enfants précoces                                     Le cadeau Hi-tech

Cadeau de noël jeu
      Cadeau de noël jeu
Les jeux de société

Cadeau de noël peluche                  cadeau de noel, tranches de lard parfument voiture                Cadeau de noël
Le peluche tendance, mais loupée      Le parfumeur de voiture non halal    le jeu créatif, mais dangereux

Cadeau de noël star jesus          Cadeau de noël tapis mortadelle
Cadeau anti Star Wars                                 Un tapis Mortadelle


Cadeau de noël
          un pull
Un cadeau pas cher                                      Un pull bien chaud

Voilà ! Ne me remercie pas, je suis là pour ça, aucun problème.
DONC : les achats de Noël, c'est fait !

 

Comme chaque année, je m'en vais rejoindre famille et amis dans ma Nièvre natale afin de célébrer ces festivités de fin d'année. Pour cela, il me faut rallier Bayonne à Nevers. Nous avons déjà emprunté pas mal de routes et autoroutes diverses pour effectuer ce trajet. Cette fois-ci, j'ai décidé d'emprunter le chemin le plus court ; soient 700 kilomètres au compteur avec un parcours me faisant passer par Bayonne, Bordeaux, Angoulême, Limoges,... bon, là, normalement, j'aurais du poursuivre jusqu'à Chateauroux, Déols, Issoudun, Bourges, Nevers... mais finalement, après Limoges (ville de la porcelaine encore une idée cadeau !), sur l'A20, encore nommé l'Occitane, à hauteur de la sortie n°23A, j'ai finalement pris la direction de La Souterraine parce que le nom m'interpellait.
C'est vrai "La Souterraine", qu'est-ce que ce nom pouvait bien cacher ? Pourquoi nommer une ville ainsi ? Quelles en sont les raisons ?
Quelques kilomètres après avoir quitté L'Occitane (que l'on appelle l'A20), j'arrivais à proximité de la ville. Saches tout d'abord que les habitants de La Souterraine sont les Sostraniens. Eh oui, on n'y pense pas assez, mais c'est ainsi. C'est la seconde ville la plus peuplée du département de la Creuse derrière Guéret avec 5300 habitants. La vache, y'a pas grand monde quand même pour une ville peuplée. En même temps, c'est la Creuse, mais nous n'allons pas tomber dans les clichés du style "Ouais, La Creuse, c'est le trou du cul du monde !", "Ohla, tu vis dans la Creuse, mais y'a rien là-bas ?!" ou encore "Même les corbeaux, ils volent à l'envers pour pas voir la Creuse !" STOP !!
Moi, j'aime la Creuse parce que, justement, c'est clair, naturel, vierge. Et puis, ce que tu dois y chercher, c'est à toi de le trouver... ou l'inverse. Ça fait un beau slogan touristique ça ! Emprunt de mystère et de curiosité ! La Creuse, à vous de chercher ce que vous venez y trouver... ou l'inverse.
Tiens, des autocollants existent déjà et des T-Shirts sont en vente !

 

j-aime-la-creuse         la creuse t shirt
Photos : Stickers express et  J'aime la Creuse

Ouais, moi, j'aime la Creuse. Du coup, après n'avoir trouvé aucune explication sur pourquoi La Souterraine s'appelait La Souterraine et pas Le Tunnel, ou Le Parking, j'ai continué. Oui, j'ai continué à traverser la Creuse, d'Ouest en Est.
La magie de la route fait que quelques fois les ponts-et-chaussées ont la bonne idée de planter des panneaux touristiques qui te montrent ce qu'il y a à voir dans une ville, un village ou un lieu vers lequel tu passes. Sur ces panneaux, un dessin sommaire et un nom de ville sur fond marron peuvent éveiller ta curiosité. Et si tu as le temps, pourquoi ne pas faire un petit détour pour en savoir plus.
C'est ce que j'ai fait en suivant la Nationale 145 jusqu'à approcher la ville de Gouzon.

panneau toulxQuelques mètres avant la sortie, un de ces panneaux marrons indiquait le village de Toulx-Sainte-Croix avec de gros rochers superposés au-dessus, tu vois, là, t'sais, comme ça, là, t'sais, y'a des rochers et puis... Bon, avec une photo de Google Street view, ce sera plus clair   U+21A3.svg

 

 

 

Je sors de la Nationale 145. Je suis la direction de Toulx-Sainte-Croix puisque les rochers dessinés se trouvent au-dessus de la mention "Toulx-Sainte-Croix" DONC forcément si sur le panneau, les rochers sont au-dessus du nom Toulx-Sainte-Croix, cela veut dire que les rochers se trouvent à Toulx-Sainte-Croix. On est d'accord ? OK ? Hein ? Y'a pas de problème ? C'est logique ? EH BIEN NON !
Ces rochers ne se trouvent pas à Toulx-Sainte-Croix. Charmant village médiéval au demeurant même pas crachin et brouillard, il est bâti sur une colline granitique à 655 mètres d'altitude qui permet d'embrasser un panorama à 360° sur sept département différents sauf par temps de crachin et de brouillard comme c'est le cas aujourd'hui. Attention : cela ne veut pas dire qu'à part ça, il n'y a rien à faire à Toux-Sainte-Croix. Non ! Le village aurait été... oui, c'est pas sûr... aurait été un important village gaulois dont les habitations couvertes de chaume étaient défendues par une triple enceinte de murs de pierres. Celle-ci est contestée par les géologues estimant que estiment que le chaos pierreux de la montagne de Toulx est d'origine naturelle. Toutefois, le village serait tout de même ensuite devenu gallo-romaine, comme le certifierait plus volontiers la découverte de médailles de cette époque et en ces lieux.
Toulx-Sainte-Croix, c'est également une église romane à clocher séparé, les vestiges de la chapelle Saint-Martial, des sarcophages mérovingiens et une antenne sismique.
OK, très bien, c'est intéressant, mais moi, je suis venu voir des rochers en équilibre. Et là, je n'en vois pas.
Après une petite recherche internétienne, je constate que les rochers cherchés se trouvent non pas à Toulx-Sainte-Croix comme c'était marqué sur la panneau routier là, bordel alors, on met n'importe quoi !!!!!... mais quelques cinq kilomètres plus loin au lieu dit "Les pierres Jaumâtres".
Alors bon : petit nota bene perso quand même. Euh, moi, j'aime bien voyager, j'aime bien faire de la bagnole, bouffer du gasoil tout ça, c'est mon kiff ! J'aime bien aussi découvrir les régions, les départements, les curiosités locales. J'aime bien être surpris par le côté aléatoire de la route qui, souvent, me rappelle en mémoire ces mots de Jack Kerouac : "Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoi qu'on fasse, au fond, on perd son temps, alors autant choisir la folie."... Ah non, merde, c'est pas celle-la. Je recommence.
J'aime bien être surpris par le côté aléatoire de la route qui nous ramène qui, souvent, me rappelle en mémoire ces mots de Jack Kerouac : "Rien derrière et tout devant, comme toujours sur la route." Ouais bon, finalement, c'est pas terrible. On s'en fout.
Toujours est-il que j'aime bien la route, les paysages, l'aléatoire, les surprises, mais prévenez qu'il faut encore faire cinq bornes pour voir ces rochers suspendus, merde. Je viens de me taper 520 bornes là, et il faut encore que je fasse des détours pas prévus alors que je ne suis même pas arrivés à Nevers, objectif principal, qui est encore à 140 bornes si je ne me perds pas.

BON EH ALLEZ :
C'EST LA VIE, C'EST CHOUETTE,
C'EST LA LIBERTÉ !!!!


Je quitte Toulx-Sainte-Croix pour rejoindre une petite route transversale au doux nom de Départementale n°67. Non, rien à voir avec la Route 66 qui traverse les États-Unis d'Ouest en Est (ou l'inverse) sur une distance de 3945 kilomètres. Ici, pas de Mémorial Lincoln, ni de baleine bleue de Catoosa ; pas de Cadillac Ranch, ni de motel ou d'ancienne station service. L'Hôtel El Rancho de Gallup, ce n'est pas ici. Pas de grande lignes droites, mais des virages serrés sur asphalte réduit en largeur. Des champs à perte de vue... enfin je l'imagine car le brouillard est trop dense. De plus, le petite crachin tombant m'amène à faire fonctionner les essuie-glaces faisant un boucan d'enfer. GRUUUIIIIIINNNNKKKKK ! On dirait que l'on égorge un cochon dans le coffre.
J'arrive à hauteur des Pierres Jaumâtres.Nous sommes ici dans le pays de Boussac. Coincé entre le Berry au nord, et les montagnes de la Marche au sud, le pays de Boussac se dote de hauteurs plus ou moins fractionnées qui constituent la terminaison septentrionale de la "montagne" limousine". Les rivières de Creuse et de la Petite Creuse, à l'ouest et à l'est, encadrent ces altitudes modestes qui se prolongent plus vigoureusement en direction du sud-est, vers le plateau de Millevaches.
Millevaches... Chaque fois que je lis ou que j'entends ce mot, je ne peux m'empêcher de repenser à cet extraordinaire court-métrage de Pierre Vinour, réalisé en 2000, "Millevaches(experience)".


Retour aux Pierres Jaumâtres.
Le panneau certifiant de l'endroit est à terre, dans le fossé. Nous en sommes pas en saison touristique. Un grand établissement sur ma gauche propose plusieurs services : bar, brasserie, restauration, crêperie et du fondu creusois. Juste derrière ce grand chalet, un mini-golf a pris place sous un parcours d'accrobranche alors qu'il est également spécifié qu'il existe aussi un lasergame. La vache : quelle(s) activité(s) en si peu de place ! Bien sûr, nous sommes en décembre et tout est fermé.
Je vais me garer sur le parking situé un peu plus loin. il n'y a là qu'un vieux camping-car marron immatriculé dans le 47. Deux femmes approchent. Il lui appartiennent. Leur chien aux yeux clairs, ressemblant à celui qui se fait emplâtrer dans le film "Mary à tout prix" vient me saluer en silence.
MOI : "- Bonjour, c'est bien les rochers suspendus ?
ELLES : "- (sourires) Suspendus ???? En équilibre oui, mais pas suspendus. Nous en revenons. Vous n'avez qu'à suivre le chemin, c'est très bien indiqué. Bonne balade."

Je me lance.
Effectivement, la balade commence par un petite escalier en pierres naturelles jouxtant le mini-golf acrobatique du Chalet des Pierres Jaumâtres. Un panneau en fonte prévient :

Les Pierres Jaumâtres, panneau (23)

Ce seront les seuls mots présents sur le site, conservant ses mystères. À toi d'inventer les histoires, de te poser des questions sans avoir de réponses immédiates.
Le maigre sentier devient un beau chemin ​délimité par deux murets de pierres sèches couverts de mousses, et accompagné d'un alignement de chênes. Et puis, ​ il s'immisce dans des boisements épais constitués de châtaigniers, de merisiers, de quelques conifères et de hêtres. Une trame de murets quadrille les sous-bois.

Les Pierres Jaumâtres, allée, insta (23)

Après quelques mètres de promenade agréable, j'entame une petite ascension menant sur une butte sur laquelle je vois déjà au loin la présence de quelques formes granitiques imposantes au travers des arbres défeuillés en cette saison hivernale.

Les Pierres Jaumâtres, allée (23)


C'est ici que commence
le mystérieux chaos
des Pierres Jaumâtres.

Les Pierres Jaumâtres, ensemble

Comme il n'y a pas de panneau explicatif sur le pourquoi-du-comment-tout-ça... en même temps, quand ils font des panneaux, ce n'est pas attribué au bon endroit alors on peut les comprendre que les autorités locales aient décidé de ne plus en mettre du tout ! Oui Ok, j'arrête.
Comme il n'y a pas de panneau explicatif sur ce lieu, eh bien, je décide de faire une vidéo sans information, prise directe, one shot, une prise, pas de texte, impro, on s'démerde !

Ben oui. Je dis que des conneries, ou presque. Maintenant que ça c'est fait, nous allons pouvoir reprendre notre visite en y ajoutant des informations recueillies par la suite sur plusieurs sites internet.

 

LES PIERRES JAUMÂTRES
Les Pierres Jaumâtres, la faille (23)

Nous sommes ici dans le Limousin ; quelque peu effacé par la nouvelle distribution régionale française qui a fait "fondre" cette magnifique région dans un gros bordel de "Nouvelle Aquitaine", comprenant également les anciennes Aquitaine et Poitou-Charente. Aaaah, ça m'énerve ça !!!!
Nous sommes également dans le département de la Creuse, souvent dénigré pour son dépeuplement et son manque d'attrait ; ce qui est complètement infondé.
Premièrement, la Creuse n'est pas le département le plus dépeuplé de France. Il est deuxième, juste derrière la Lozère.
Secondement (si, si, ça s'dit !), la Creuse a plus d'un tour à ses flèches pour séduire touristes et autres badauds désireux de nature. La Creuse, ce sont de belles forêts, des lacs, des rivières, des cascades, des territoires vierges de toute urbanisation pour le plus grand plaisir de la faune. La Creuse, ce sont aussi des châteaux, une culture littéraire romantique, des musées, un savoir-faire, des bases de loisirs,...

Les Pierres Jaumâtres font partie de ces lieux emprunts de poésie et de légendes, façonnés par le temps et les éléments naturels.
Tout d'abord, d'où vient ce nom pas banal ? Pierres Jaumâtres. Jaumâtres. Ne s'attend-on pas à découvrir des pierres d'une couleur jaune, mais pas trop. Jaumâtre : un jaune fané, terne, peut être.Hein ? Hein ? Ben non. Rien à voir. On oublie ces comparaisons rapides et inappropriée.

REPRENONS.
Les Pierres Jaumâtres ​représentent la plus forte concentration de pierres curieuses de la région et s'il est un mystère auquel la science n'apporte pas de réponse, c'est bien celui lié à l'origine du mot Jaumâtre. Ces pierres ont ainsi suscité bien des légendes, dont les plus célèbres sont celles du Veau d'Or et de la Reine des Fades . Littéralement, "jaum" serait à rapprocher de la racine germaine galm, qui signifie pierre tandis que mâtre désignerait les déesses gallo-romaines, ensuite associée aux fées, appelées fades dans la région.
D'après les légendes locales, les amas rocheux étaient fréquentés par de mauvaises fades qui y gardaient jalousement un trésor. Un champ près de là s'appelle encore "Champ des Demoiselles​​".
Pour d'autres, le mot Jaumâtre est à rapprocher du gaulois jo-mahr, qui signifie "faire couler le sang". Une version retenue au début du XIXème siècle par Jean-François Barailon, politique et historien. Ce dernier prétendait que ces pierres avaient été sculptées par des druides gaulois pour y célébrer des cultes "mystérieux et sanglants". Cette théorie, populaire à l'époque, sera réfutée par Prosper Mérimée (CF :GEOCULTURE).

Les Pierres Jaumâtres, ensemble

Une autre légende court sur le lieu.
"Il y a fort longtemps, bien avant le temps des celtes et de barbares, une tribu de géants vivait sur le Mont Barlot, à l'emplacement actuel du site des Pierres Jaumâtres. Il y avait sur cette colline une forêt immense composée de grands chênes, de peupliers et de saules pleureurs, dans laquelle vivaient aussi de petits lutins, fervents défenseurs de la nature.
La tribu des géants, dont la seule occupation était la chasse et la fête, ne prenait guère attention à la nature et n'hésitait pas à tout saccager sur son passage. Un jour même, leur chef décida d'aller voir ce qu'il y avait au-dessus des nuages. Il fit alors abattre toute la forêt pour construire une échelle. Cela ne plaisait pas du tout aux lutins qui décidèrent de faire appel aux dieux pour se venger. Quand ces derniers virent que les géants tentaient aussi de pénétrer dans leur royaume céleste au-dessus des nuages, pris de colère, ils changèrent en pierres les géants qui tentaient d'escalader l'immense échelle. Les énormes rochers tombèrent au sommet du mont, et composèrent ce que l'on appelle aujourd'hui les Pierres Jaumâtres."  DETOURS EN LIMOUSIN

Voici pour le côté légendaire du lieu. Mais, bien évidemment, il y a toujours une autre approche, beaucoup plus rationnelle et réaliste pour tenter d'expliquer le pourquoi d'une présence rocheuse aussi originale soit elle.

​Sur ces hauteurs du Mont Barlot culminant à 591 mètres d'altitude, la nature a mis en scène une quarantaine de blocs granitiques aux formes émoussées appelés "Tor ou pierres branlantes", c'est à dire des empilements de boules granitiques de dimensions plurimètriques, correspondant à des noyaux de roche très massifs qui ont résisté à l’érosion intensive au Quaternaire froid, entre -100 000 et -10 000 ans. Sous l'action des pluies, du gel et du vent, les parties décomposées de la roche ont été déblayées entraînant un étrange empilement de blocs rocheux plus résistants. Ces boules granitiques accumulent ainsi les jeux de superposition, paraissant défier toutes les lois de l'équilibre.
Des cannelures, des sillons verticaux et des vasques ont donné à ces blocs des formes étranges qui ont attiré des légendes pour expliquer leurs formations.​

Les Pierres Jaumâtres, le berceau du diable (23)

EN RÉSUMÉ
Longtemps associées aux rites druidiques dont nous avons parlé plus haut, l'origine des Pierres Jaumâtres semble donc bien être uniquement naturelle. L'activité volcanique qui, plus à l'est, a donné au Massif Central ses paysages, est ici demeurée souterraine. Confiné dans une poche, le magma s'est refroidi sous forme de granite. L'érosion du sol par l'eau, abondante dans la région, a alors dégagé une arène sableuse d'où ont émergé des blocs plus résistants, lentement modelés par le vent et la pluie.

Les Pierres Jaumâtres, les pains de sucre (23)

plan les roches jaumatresOn peut discerner trois regroupements rocheux dans des clairières tapissées de bruyères, au cœur d'un " théâtre boisé ". Ces pierres curieuses qui ont exercé un attrait mystérieux sur les populations locales offrent des contours polis résultant d'une longue érosion "en boule". La pluie, le gel et le vent tracent d'étranges dessins sur le sommet des blocs : des sillons verticaux et des cannelures, des bassins de dimensions variables, des vasques naturelles.
Carte : DREAL Nouvelle Aquitaine

 

 

 

 

 

 

Chacune des pierres a un charme particulier et pourrait être une sculpture aux formes changeantes selon l'angle de vue. Au cours des siècles, les plus impressionnantes d'entre elles ont reçu différents noms.
Au sud-ouest une lourde pierre en équilibre instable, a été surnommée "la Bascule" ou "la Balance" et trois imposants blocs rocheux, marqués par de profondes stries verticales, sont appelés "l'Oratoire" ou "les Pains de sucre".

Les Pierres Jaumâtres, la bascule (23)

Les Pierres Jaumâtres, rocher-champignon, insta 23)

"La Boussaquine" est une pierre longue de 14 m tombée obliquement. Située au nord et en bordure du plateau, elle regarde Boussac et l'originalité de sa silhouette fait qu'on lui a attribué parfois le nom de "Grenouille".

Les Pierres Jaumâtres, la grenouille, insta (23)

Les Pierres Jaumâtres, la grenouille, profil nord (23)         Les Pierres Jaumâtres, la grenouille, de face, insta (23)

​Au sud-est, une petite pierre creusée comme une assise a reçu le nom de "Siège".  Les noms des pierres les plus surprenants proviennent de divinités celtes : Tarann (Dieu du tonnerre, l'Oratoire), Hésus (Dieu de la guerre, la Boussaquine) et Teutates (Dieu des arts, la Bascule).
J'aurais bien aimé te montrer quelques photos de ces étonnants rochers, mais, malheureusement, ayant laissé mon appareil photo dans la voiture et n'ayant plus de batterie pour mon smartphone, il n'y aura aucune image concrète de ces rochers sur ce blog. Pour imaginer un peu ce qu'ils peuvent être, laissons nous bercer par les mots de George Sand car, oui, le site a été une source d'inspiration pour ​les auteurs romantiques.
George Sand a ainsi visité les Pierres Jaumâtres à deux reprises.
En octobre 1841, elle a été séduite par la singularité du paysage et le caractère surnaturel des blocs rocheux. Sa perception des lieux ainsi que la description du monde rural apparaissent dans son roman champêtre "Jeanne " publié en 1844.
"Ce lieu est austère, découvert et imposant, sous un ciel vaste et jeté au sein d'une nature pâle et dépouillée. (...)
Ces blocs posés comme des champignons gigantesques sur leur étroite base, ce sont les menhirs, les dolmens, les chromlechs des anciens gaulois, vestiges de temples cyclopéens... autels effroyables où l'on égorgeait les prisonniers et les esclaves pour apaiser les farouches divinités.
Des civettes et des cannelures creusées dans les angles semblent révéler leur abominable usage, et avoir servi à faire couler le sang..."
GEORGE SAND

De quoi entretenir les légendes.
Elle reviendra en septembre 1845 aux Pierres Jaumâtres pour faire un " pique-nique " en compagnie de Chopin et de Pierre Leroux.

Le jour disparaît lentement. Le peu de lumière blanche devient de plus en plus grise. Le brouillard de plus en plus épais. ​La bruine reste fine.
À certains endroits, parfois en escaladant des blocs de granit, il est parait-il possible observer de magnifiques panoramas sur la Creuse.​ Pas cette fois-ci.

 

Je repars en direction du parking, ravi de cette balade impromptue.