Et notre tour de Bretagne continue. Go, Go, Goldorak ! Tu te souviens de cette version du générique de Goldorak ? C'était en 1982.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...


Il y avait eu une première chanson-générique sortie en 1978, interprétée par Noam. C'était la première fois que l'on voyait débarquer en France un de ces dessins animés japonais appelé manga. La chanson de Noam était un peu molle du cul, mais la version qui la remplaça quatre ans plus tard, titrée "Et l'aventure continue" chantée par Lionel Leroy, fut beaucoup plus trash et donna un coup de jeune à la série qui, pourtant, ne vieillissait pas.

♫ Go Go Goldorak Et l'aventure continue ♪
Go Go Goldorak Toujours gagnant invaincu
 ♪ Go Go Goldorak Ton ennemi éternel est battu ♫
Go Go Goldorak Hydargos est sans pitié
 ♫ Go Go Goldorak Rien ne pourra l'arrêter ♪
  Go Go Goldorak Mais à la fin il sera châtié !!!!

Voilà. Si tout se passe bien, tu devrais avoir cet air dans la tête pendant un bon bout de temps. Merci qui ? Merci Jénorme !
Juste pour la petite anecdote parce que je ne vais pas te laisser comme ça traîner là avec ces idées là, mais sache pour ta gouverne que Lionel Leroy a également interprété les génériques de Dallas ("Ton univers impitoyaaaaaablllleeeee", oui, tout à fait), Starsky et Hutch ("Les nouveaux chevaliers au grand coeur, mais qui n'ont jamais peur de rien", tout à fait), "Pour l'amour du risque" ("Jonathan et Jennifer, les justiciers milliardaires", ah, ah, ah eh ouais !), Ulysse 31 (je n'ai pas vu les 30 premiers épisodes, mais c'était bien aussi), etc. Saches également que Lionel Leroy est marié à... à... Sheila et que son vrai nom est Yves Martin... Le vrai nom de Lionel Leroy, pas de Sheila ; pusique Sheila, elle, s'appelle Annie Chancelle. C'est étonnant de passer de Yves Martin à Lionel Leroy. Rien à voir. À ce sujet d'ailleurs, pas plus tard que l'autrre jour, je me posais la question sur l'importance des noms avec les prénoms pour avoir de la crédibilité. Par exemple, Bruce Lee. Pour ce qu'il faisait et avoir d'avantage de crédibilité, heureusement que ses parents l'ont appelé Bruce, et pas Guy... Hein ? Hein ? Hein ? T'as compris ? Guy ! My name is Lee, Guy Lee. OK.

Revenons à notre tour de Bretagne
et l'aventure continue.

Le jour se lève doucement sur Camaret-sur-Mer, comme chaque jour. Je ne crois pas qu'il se soit passé une journée à Camaret sans que le jour ne se soit levé.
Nous parlions de chanson qui traîne dans la tête dès le réveil et qui ne te quitte plus de toute la matinée, voire de toute la journée, il faut oublier, yout peut s'oublier, qui s'enfuit déjà... Quelques fois, on peut trouver une explication, soit parce que l'on a entendu la chanson la veille, soit parce que l'artiste qui la chantait est décédé dernièrement, soit parce qu'une personne a prononcé un mot qui t'a rappelé la chanson en question.
Moi, je ne sais pas pourquoi, mais ce matin, à Camaret-sur-Mer, lorsque je me suis réveillé, c'est "Canoé rose" de Viktor Lazlo que j'ai eu de suite dans le crane. Spontanément. Comme si c'était normal de se lever avec cette chanson datant de 1985.

♫  Fermer les volets
et ne plus changer l'eau des fleurs ♪
oublier qui tu étais ♫
♪ ne plus jamais avoir peur
 ♫ Se dire qu'on était pas
vraiment faite pour le rôle ♪

Pourquoi ? J'ai beau chercher, refaire le chemin en sens inverse, repenser à la journée d'hier, aux gens que nous avons croisés, aux lieux que nous avons parcourus, je ne vois pas le rapport. Lazlo ? Non. Canoé ? Non. Rose ? Non.
C'est donc avec cette chanson dans la tête que j'accompagne Mélanie à la salle du petit déjeuner de l'hôtel où nous avons dormi et qui se prénomme "Le styvel". Non, rien à voir avec Victor Lazlo. Par contre, eh oui, le styvel, comme le chanteur Alan Stivel, sauf que cela ne s'écrit pas pareil. Et là, tu ne vas pas y échapper.

Allez Tri Martolod !!!!

 Eh oui, eh oui ! Ah ben,  nous n'allions pas quitter la Bretagne sans écouter un peu d'Alan Stivell !

♫ "Tri martolod yaouank, la la la,
 Tri martolod yaouank o vonet da veajiñ..." ♫
Ce qui veut dire

♫ "Trois jeunes marins, la la la,
Trois jeunes marins s'en allant voyager..." ♫

Ça, c'est fait !
Je ne sais pas où tu en es dans ta tête, mais ça doit être un beau bordel depuis que tu as commencé à lire ce billet. Un peu de Goldorak, enchaîné avec le canoë rose ; tout cela sur fond de musique bretonne. Et attends, c'est pas fini parce que, moi, j'aimerais bien me le retirer du crane ce putain de "canoë rose" !!! J'espère que dans la salle petit déjeuner, il y aura un peu de musique pour me faire penser à autre chose. À moins que tous les habitants de la ville se soient réunis dans la salle du bar de l'hôtel pour entonner comme chaque jeudi la célèbre chanson paillarde...

♫  Le curé de Camaret a les couilles qui pendent ♪
Le curé de Camaret a les couilles qui pendent ♫
♫  Et quand il s'assoit dessus
♪  Ça lui rentre dans le cul ♫
♫  Il bande il bande il ban an de 

Imagine : le matin, tu peines à te réveiller. Tu te dis : "Je vais aller boire un café au bar, ça ira mieux." Et là, face au comptoir, une quinzaine de personnes sous la forme d'une chorale qui reprennent en canon et à tue-tête cette chanson paillarde bien étrange au demeurant ma fois somme toute. Et la tenancière de te dire pour enfoncer le clou : "Ici, c'est un rituel, tous les matins, nous commençons la journée comme ça."

Nous nous installons dans le bar pour petit déjeuner. Pas de chorale en vue, tout va bien. La tenancière voulait nous mettre dans la salle prévue exprès pour le petit déjeuner des pensionnaires, mais nous, nous préférons être avec les clients du bar. Bonne ambiance. Ça parle, ça joue, ça boit, ça rit, ça lit le journal.
"Il faudrait peut être que l'on écrive quelques cartes postales à la famille, aux amis et ne plus changer l'eau des fleurs ?", dis-je à Mélanie.
"Oui, sauf à Hydargos, qui est sans pitié.", me répond-elle.
Je me dirige vers le présentoir à cartes puisque l'hôtle fait aussi point de presse. Je fais tourner le tourniquet et je tombe sur cette carte postale.

carte camaret
Ah, je ne la connaissais pas celle-ci ?!

Mais dis don', j'ai l'impression que Camaret-sur-Mer est un peu une ville portée sur le cul, non ?
Pour aller vérifier cela, une fois la café terminé et la lourde payée, nous décidons d'aller faire un petit tour rapide de la ville.

J'aime bien Camaret-sur-Mer. Son nom vient du breton "kamm" (courbe) et "red" (courant). Pour d'autres, il provient plutôt de Kam-eret, le sillon de galet (ero) et courbe (kam).
Il y a quelque chose qui se dégage de cette ville, entre la solitude et l'entente discrète. Je sais pas trop ce que je raconte, mais une chose est sûre : je n'arrive pas exprimer ce que je ressens à chaque fois que je viens ici. Il y a des contrastes, une géographie à part et toujours cette idée de ville du bout du monde dans laquelle les habitants ont leur autonomie qui peut parfois surprendre. Je n'ai pas d'exemples à te donner. Je me souviens juste que la dernière fois que j'étais venus ici, j'étais allé dans un magasin de souvenirs et la propriétaire était complètement bourrée. Je lui avais demandé si elle avait de ces sortes de boules à neige que l'on agite et elle m'avait répondu qu'il neigeait jamais à Camaret. Je me demande qui a eu en premier cette idée et quelle fut première boule à neige au monde.

Nous quittons l'Hôtel du Styvel pour longer, dans un premier temps, le port de plaisance par le quai. Nous retrouvons les petits commerces. Juste derrière ces façades colorées se trouve le quartier dit des peintres, situé juste derrière l'Office du Tourisme. Une dizaine de galeries et d'ateliers rappellent que Camaret a su attirer quelques grand snoms de la peinture, comme André Derain, Charles Cottet, Eugène Boudin ou Maximilien Luce.

Boudin Camaret 1873         Camaret, charles cottet
Eugène Boudin, 1873                                                         Charles Cottet, 1893

camaret, maximilien luce          Camaret, jim sevellec
Maximilien Luce, 1893                                                                        Jim Sévellec

Quelques écrivains sont également venus par ici pour s'inspirer des lieux. Le plus connus d'entre eux est peut être le poète Saint-Pol Roux qui eut ici un beau manoir et qui est enterré au cimetière de la ville.

saint pol roux"Il achète en 1903 une maison de pêcheur surplombant l'océan, au-dessus de la plage de Pen-Had, sur la route de la pointe de Pen-Hir. Il la transforme en manoir à huit tourelles dont la maison formerait le centre et baptise la demeure Manoir du Boultous. À la mort de son fils Coecilian, tombé en 1914 près de Verdun, il le renomme Manoir de Coecilian dont on peut encore voir les ruines. "Face à la mer, l'homme est plus près de Dieu", disait-il. Les membres du mouvement surréaliste le considèrent comme un prédécesseur."  WIKIPEDIA

Ici, c'est de sa mort tragique dont on parle encore, comme si un poète ne pouvait mourir sans souffrir douloureusement.
"Dans la nuit du 23 au 24 juin 1940, un soldat allemand investit le manoir, tue la gouvernante et blesse grièvement Divine à la jambe d'une balle de révolver. Il sera souvent dit et écrit que le soldat viola Divine ; elle-même l'atteste par écrit, mais le réfute par la suite. Saint-Pol-Roux échappe à la mort. Le soldat allemand s'enfuit, effrayé par le chien de la maison, est arrêté, condamné à mort par un Conseil de guerre et fusillé. Saint-Pol-Roux, qui, blessé lui-même, est hospitalisé à Brest, a négligé de mettre ses inédits en lieu sûr. Lorsqu'il retourne à Camaret et trouve le manoir livré au pillage et ses manuscrits déchirés, dispersés ou brûlés, il ne se remet pas de ce choc. Transporté le 13 octobre à l'hôpital de Brest, Saint-Pol-Roux « le Magnifique », « mage de Camaret », atteint d'une crise d'urémie, y meurt de chagrin le 18 octobre."  WIKIPEDIA

Aujourd'hui, il ne reste que quelques ruines du manoir qui fut bombardé en août 1944 par les avions alliés et complètement incendié.

Demi-tour pour prendre la dilection plein nord. Toujours en longeant le port.


CAMARET-SUR-MER

Camaret-sur-Mer, le port, le matin

Camaret-sur-Mer, le port, le matin (29)

Le port de plaisance Camaret s'abrite derrière une digue naturelle, le "sillon".Ce dernier réalise une avancée dans la mer d'Iroise, permettant par la même occasion de protéger les bateaux des marées. Il est l'un des principaux ports de plaisance du Finistère et une excellente base pour partir à la découverte de la splendide pointe de Crozon.
C'est au XIXème siècle qu'il fut agrandi et que fut aménagé le front de mer avec ses quais.

Nous pénétrons sur le sillon -une levée de galets naturelle- et sur lequel ont été construits quelques monuments incontournables de Camaret-sur-Mer. Citons la Tour Vauban, la chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour et le cimetière des bateaux

Camaret-sur-Mer, chapelle et sillon (29)

Camaret-sur-Mer, chapelle, tour Vauban et sillon (29)

 

Nous nous arrêtons dans un premier temps au cimetière des bateaux.

CIMETIÈRE DES BATEAUX
Camaret-sur-Mer, cimetière d'épaves, le Maïtena (29)

Camaret-sur-Mer, cimetière d'épaves, La Salle et le Rosier-Fleuri (29)          Camaret-sur-Mer, cimetière d'épaves, Notre-Dame-des-Neiges (29)

Camaret-sur-Mer, cimetière de bateaux (29)         Camaret-sur-Mer, cimetière de bateaux

Étrange impression, partagé entre le catastrophisme de laisser ainsi choir de tels bateaux, et le respect pour ces "aventuriers des mers". Cette situation de délabrement maitrisé est pleinement voulue. Il rappelle en mémoire les grandes heures de Camaret-sur-Mer au temps de la pêche à la langouste, mais aussi son déclin à partir des années 1950. En 1931, on dénombrait alors près de 150 petits sloops et environ 70 de plus grande taille. Oui,  Camaret-sur-Mer était le plus grand port langoustier de France, voire même d'Europe.
À l'origine, en 1892, François-Joseph Keraudren fonde son chantier naval sur lequel il construit de multiples bateaux, allant de la simple gabare au gros langoustier thonier conçu pour la pêche lointaine. Son chantier s'agrandit chaque année vu le volume de travail. Son fils reprend l'activité en 1935 jusqu'en 1969. D'autres chantiers viennent se greffer à son activité. Mais, à partir des années 1950, la crise de la pêche à la langouste se fait sentir. La famille Keraudren déposent des bateaux désaffectés et abandonnés sur leur chantier. D'autres bateaux hors d'usage sont également abandonnés ici sur le sillon. Pour plus de détails, tu peux te rendre sur le site très complet de Jean-Yves Cordier, "Le cimetière de bateaux du Sillon de Camaret".
Alors pourquoi un tel déclin de la pêche à langouste à Camaret ? Eh bien ceci est du essentiellement aux différentes interdictions de pêche dans leurs zones économiques exclusives décidées par les gouvernements y ayant autorité. Les zones de pêches s'étant déplacées vers le Marco et al Mauritanie.

Juste en face du cimetière des bateaux, en face, nous passons devant la chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour.

 

CHAPELLE NOTRE-DAME-DE-ROCAMADOUR
Camaret-sur-Mer, le port (29)

Oui, je sais, on ne la voit pas très bien parce qu'il y a des mats de bateaux devant, mais bon, j'ai oublié de la prendre en photo de plus près. Bon, on voit quand même qu'elle est légèrement jaune ; ceci est du à la pierre de Logonna avec laquelle elle est construite. T'inquiètes, l'intérieur est très intéressant aussi.
Première chose à savoir... enfin si tu veux, je ne t'oblige pas non plus, mais il ne faudra pas te plaindre après que tu n'étais pas au courant. DONC première chose à savoir, si la chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour s'appelle ainsi, ce n'est pas parce qu'elle a été construite à Rocamadour, dans le Lot, puis déplacée à Camaret-sur-Mer comme ça, sans raison, pour déconner. Non ! Si Notre-Dame-de-Rocamadour s'appelle ainsi, c'est parce que le socle de pierre sur lequel la chapelle a été construite au bout du Sillon, le Roc’h a ma dour (du celte Roc'h = rocher, am a= au milieu, et Dour = eau, soit le « rocher au milieu des eaux »). Voilà !
Plusieurs édifices ont été construits à cette place. Le premier date de 1183 et était déjà dédié à Notre-Dame de Rocamadour. La chapelle actuelle a été érigée entre 1610 et 1683. Elle connut par la suite bien des mésaventures, comme cette légende rapportant qu’un boulet hollandais tiré de l'un des navires de la flotte anglo-hollandaise, le 18 juin 1694, aurait atteint la flèche lors de la bataille de Camaret.
Plus réaliste et dramatique, un incendie détruisit tout le mobilier et la charpente en 1910. Notons que c'est François Keraudren, dont nous avons parlé plus haut et qui était charpentier de marine, qui a refait la charpente et la chaire. Ce qui confère à l'inérieur de la chapelle une impression de se trouver dans la coque d'un bateau à l'envers.
Entrons et remarquons que beaucoup d'ex-votos sont présents dans l'édifice. Ceci est en partie du au fait que Notre-Dame de Rocamadour est très souvent invoquée par les marins face à un péril en mer. Une réplique de la Vierge Noire se trouvant dans l'église de Rocamadour dans le Lot se trouve dans la chapelle.

Camaret-sur-Mer, chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour, intérieur (29)                Camaret-sur-Mer, chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour, Vierge Noire (29)

Un magnifique autel baroque autel baroque du XVIIe siècle est également présent.
Tu trouveras d'avantage d'informations en te rendant sur le site de Jean-Yves Cordier (eh oui encore !) : La chapelle Rocamadour à Camaret.

Camaret-sur-Mer, Chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour, autel (29)

Camaret-sur-Mer, chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour, bougies (29)


Nous ressortons de la chapelle pour approcher le dernier édifice du sillon. Il s'agit de la Tour Vauban.

 

 TOUR VAUBAN
Camaret-sur-Mer, le port (29)

Oui, je sais, on ne la voit pas très bien parce qu'il y a des mats de bateaux devant, mais bon, j'ai oublié de la prendre en photo de plus près.T'inquiètes, l'intérieur est très intéressant aussi. Enfin peut être parce que nous ne sommes pas entrés.
Construite sur un plan directeur de Vauban entre 1693 et 1696, la Tour Dorée (c'est le nom donné par Vauban) et sa batterie étaient destinées à protéger le mouillage de l'anse de Camaret et à repousser une éventuelle attaque venue de la mer. En somme, l'objectif était de défendre la rade de Brest contre les invasions ennemies et les corsaires.
Les onze pièces d'artillerie de la batterie basse croisaient leurs feux avec ceux de la pointe du Gouin, des lignes primitives de Quélern et des nombreuses batteries côtières. Son originalité provient aussi de l'enduit qui la recouvre, à base de brique pilée, lui donnant cette couleur rouge pas banale.
Lors de la bataille de Camaret, les anglo-hollandais tentent un débarquement sur la plage de Trez-Rouz. Commandées par Vauban, les troupes françaises repoussent les assaillants, l'opération est un échec. La tour n'était pourtant pas terminée. Cette victoire vaudra à Camaret d'être exemptée de fouages jusqu'à la Révolution et d'hériter du titre de "gardienne du littoral armoricain".
Par la suite, la Tour Vauban aura plusieurs rôles : réservoir d'eau potable pendant la Première Guerre Mondiale, puis mis à feu lors de la Seconde Guerre Mondiale pour éviter que les Américains ne la bombardent... Oui car les Américains bombardaient tous les édifices militaires présents sur la côte Atlantiques, considérés comme des refuges et des positions stratégiques nazis. Reconstruite, elle hébergea un petit musée de la Marine jusqu'en 1993 avant d'être inscrite au patrimoine de l'UNESCO pour devenir encore aujourd'hui un centre d'interprétation de l'œuvre de Vauban en Bretagne.

 

Bon, écoute : je crois que nous avons bien fait le tour de Camaret là. Enfin... il y a sûrement plein d'autres lieux et d'autres choses à voir à parcourant plus précisément les petites rues, mais nous n'avons plus le temps car une autre balade nous attend.
Nous retrouvons la voiture, légèrement recouverte de sable fin. Direction la pointe de Pen-Hir.
Normalement, d'après l'idée originale, nous aurions du faire une petite randonnée de 16 kilomètres sur cinq heures. Mais Mélanie, qui était bien décidée à marcher pour découvrir la Bretagne il y a quelques semaines, trouvait soudainement la voiture plus confortable. Dommage, elle avait l'air sympathique cette petite randonnée. Un peu longue, mais sympathique. (CAMARET-SUR-MER - POINTE DE PEN HIR).

Nous quittons la ville par une route montante nous menant directement sur des alignements mégalithiques.

ALIGNEMENTS MÉGALITHIQUES DE LAGATJAR
Camaret-sur-Mer, alignements mégalithiques

Ces alignements mégalithiques couvrent une superficie de quelques 6000 m2, formant le plus important site mégalithique du Finistère. On y dénombrait 600 menhirs en 1778. Entre cette époque et celle de la restauration du site en 1928, et ce malgré son classement aux Monuments Historiques en 1883, beaucoup furent détruits. Ils ne sont plus que 87 aujourd'hui. La restauration effectuée en 1928-1929 par messieurs Bénard-Le Pontois et Chabal permit de sauver le site en redressant certains de ces menhirs. Cependant, par la suite, le site a servi de terrain de foot, puis de camping sauvage dans les années 1930.
J'aurais bien voulu voir ce que donnaient les matchs de foot avec des menhirs dressés au milieu. Étaient-ils comptés dans l'effectif ? Y'a-t-il eu des transferts à la fin de la saison, genre le menhir n°18 quitte l'équipe de Lagatjar pour rejoindre celle de Carnac ? Et à combien de millions la somme grimpait-elle ? le transfert était-il plus cher que celui de Naymar ?
Aujourd'hui, il est redevenu un lieu de promenade, dominé au loin par les ruines du manoir de Saint-Pol-Roux, le poète, qui prononça un discours intitulé Menhirs :
"…ces pierres forment pour moi, solitaire de Lagatjar et leur voisin immédiat depuis un quart de siècle, un clavier gigantesque où la touche noire de l’ombre s’exprime en mineur et la touche blanche de la lumière en majeur…"
Parait-il que les ruines de l'ancien manoir sont impressionnantes, mais nous n'y sommes pas allés non plus (Ruines du manoir Saint-Pol-Roux).

Pierres variées, parfois grossièrement dressées et vaguement taillées, elles ont été installées ici par les premiers peuples armoricains, 3000 à 2500 avant J.C.
Par contre, les origines et la signification de ce type d'alignement, associé par certains chercheurs au druidisme, demeurent obscures.

Camaret-sur-Mer, alignements mégalithiques          Camaret-sur-Mer, alignements mégananilithiques

Un petit panneau nous explique l'hypothétique signification de ce cortège.
"L'ensemble dessine une ligne orientée N 35°E. et S.35° O. d'où partent, à angle droit, deux lignes parallèles. Cette orientation a longtemps été interprétée comme celle d'un observatoire astronomique. Le romancier Georges Gustave Toudouze, passionné par l'histoire de Camaret et familier des lieux puisque sa demeure domine l'anse de Pen-hat à quelques pas d'ici, écrivait : "L'alignement de Camaret répond en orientation à la constellation des Pleïades et plus particulièrement au groupe dit la Poussinière, situation dont le village voisin aurait tiré ce très vieux nom : Lagat-Jar, qui signifie "Oeil de poule"."


Un peu plus loin sur la route de la Pointe de Pen Hir, c'est autre alignement que nous pouvons observer...

Camaret-sur-Mer, alignements d'ancres (29)

C'est ici l'entrée du Musée Mémorial de la Bataille Atlantique... où nous n'irons pas. Non, nous, le premier objectif, c'est d'atteindre la Pointe de Pen Hir. Et la voici !

 

 POINTE DE PEN HIR
Pointe de Pen Hir, le tas de pois, insta (29)

J'adore ce lieu. Là, on se sent vraiment au bout du monde, contrairement à la Pointe Saint-Mathieu où le phare, le sémaphore, l'ancienne abbaye et la route nous rappellent que l'urbanisation n'est pas loin.
Ici, le vent vient du large ! Ici, la vue est infinie ! Ici, la côte est déchirée ! Ici, j'aurais bien aimer boire une bière en regardant le Tas de Pois, mais j'ai oublié d'en acheter.
MELANIE : "- Tu vas boire une bière à 9h du mat' ?
JENORME : "- Devant un tel paysage, dans un tel endroit, je pourrais même me lever à 6 heures pour siroter un calva !"

Sauf qu'à 6 heures du matin, il fait encore nuit et que boire un calva, même avec modération, devant le noir obscure d'une matinée encore ensommeillée, je ne vois pas l'intéret.

NON MAIS REGARDE !!!
Pointe de Pen Hir, Nanie face au Tas de Pois

Pointe de Pen Hir, le tas de pois et bateau

Pointe de Pen Hir, vue sur la pointe des Espagnols

La météo est instable. Le vent apporte tour à tour son lot de nuages, puis de soleil. Ciel gris, ciel bleu. Les ombres se propagent lentement sur les falaises vertigineuses, morcelées. Ici, la nature est toute puissante.
Des gouffres vertigineux s'ouvrent parfois devant nous, entre deux sentiers pas toujours identifiables. Dans ces gouffres, les vagues océaniques viennent frapper bruyamment avant de s'enfuir à nouveau.
Depuis ce promontoire naturel, une petite mise au point s'impose.
Nous sommes sur la presqu'île de Crozon, bout de terre séparant la rade de Brest de la baie de Douarnenez. Au bout du bout de cette pointe occidentale de la Bretagne, deux pointes se déchirent : la pointe du Toulinguet au Nord et la Pointe de Pen Hir au Sud. Elles concentrent à elles deux toutes les curiosités géologiques de l'extrémité de la péninsule armoricaine avec une mosaïque de paysages exceptionnels.

Pointe de Pen Hir, vue sur la pointe du Toulinguet

Pointe de Pen Hir, vue sur la pointe du Toulinguet (29)          Pointe de Pen Hir, vue sur la pointe du Toulinguet
Pointe du Toulinguet au loin

Merveille de la Cornouailles, la falaise de Pen Hir offre un panorama sur la mer d'Iroise. Par beau temps, on peut même apercevoir l'île de Sein, point minuscule au large de la Pointe du Raz.

Pointe de Pen Hir, vue sur l'anse de Pen Hir

Bon, aujourd'hui, ce n'est pas évident.
Découpées dans des affleurements de grès, ces murailles rocheuses surprennent dans un contexte géologique où domine le granite. Sur la presqu'île de Crozon, des couches sédimentaires se sont déposés à l'ère primaire : au fil des millénaires, le sable s'est consolidé naturellement, se transformant en roche dure et compacte. Les mouvements tectoniques ont ensuite fracturé ces grès, comme en témoignent les strates redressées et saillantes de la pointe de Pen Hir.

Pointe de Pen Hir, falaises découpées (29)

Pointe de Pen Hir, falaises (29)          Pointe de Pen Hir, vue sur l'Ouest (29)

FALAISES LANDES ET DUNES
"Les falaises déchiquetées de Pen Hir composent une symphonie d'ocres et de bruns ourlée par endroits d'un ruban de sable blond ou d'un cordon de galets schisteux qui, au contraire, met une touche plus sombre dans le paysage. Au pied des paroies rocheuses, les vasières et les dunes, tapissées d'oyat, de roses primprenelles et de chiendent des sables, constituent des milieux très riches. Le sommet des corniches est le domaine de la lande, où s'épanouissent l'aster maritime, le jonc et le roseau." ÉDITIONS ATLAS

Devant nous, sur la falaise d'en face, une croix de profil domine l'océan du haut de 70 mètres de dénivelé. Une petite crique de sable gris juste en dessous, ouverte vers l'horizon.

Pointe de Pen Hir, croix de Pen Hir et falaise            Pointe de Pen Hir, faille (29)

Nous passons devant l'énorme croix. Il s'agit d'un monument érigé à la gloire des Bretons des Forces françaises libres.

Pointe de Pen Hir, croix de Pen Hir (29)

Inauguré dans les années 1960 par le général de Gaulle, ce monument est construit en granite bleu de Brennilis. Il est destiné à porter témoignage de l'existence des Français libres bretons, qui ont notamment fondé l'association Sao Breiz en Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale.
Au dos de la croix se trouve une inscription en breton. "Kentoc'h mervel eget em zaotra", reprise de la devise bretonne, "plutôt la mort que la souillure".

Nous continuons de suivre le sentier côtier aléatoire pour arriver au point de vue qui caractérise l'originalité de la pointe de Pen Hir.

Pointe de Pen Hir, le tas de pois et bateau (29)

Au large, les Tas de Pois, ou Trois pois, ponctuant l'océan de gigantesques points de suspension. Véritables sentinelles postées au sud-ouest de la pointe de Pen Hir, les Tas de pois sont une spectaculaire chaussée rocheuse de six îlots détachés de la côte. Le plus imposant d'entre eux se dresse à plus de 65 mètres au-dessus de la mer d'Iroise.

Pointe de Pen Hir, le tas de pois

Il y a six Dahouets. Tous ont un surnom : le Grand Dahouët tenant de la terre, Petit Dahouet, Penn-Glaz (tête verte), Chelott, Ar Forc'h (la Fourche) et Bern-Id (Tas de blé). Du fait de leur situation géographique, ces rochers isolés attirent de nombreux oiseaux marins. Ils sont désormais interdits de'accès car protégés par le statut de réserve ornithologique.

Pointe de Pen Hir, le tas de pois

Étonnant paysage. On dirait que ces rochers sont en suspension dans cette mer d'Iroise d'apparence apaisée à cette heure-ci.
Nous regagnons la voiture en longeant la partie sud-ouest de la pointe qui offre encore une belle vue sur la plage de Veryac'h et la pointe de Tavelle.

Pointe de Pen Hir vue sur lanse de Pen Hir au soleil (29)

Nous retrouvons la voiture et le parking. Départ.
Nous repassons devant les alignements de Lagatjar. Nous retraversons Camaret-sur-Mer en sortant par la D8 conduisant à Crozon. Nous passons à hauteur de la plage de Kerloc'h, magnifique étendue de sable fin blanc, faisant face à une autre étonnante pointe que l'on devine au loin en ombre chinoise.

Camaret-sur-Mer plage et pointe des Espagnols (29)

Camaret-sur-Mer, vue sur la pointe de Dinan

Mais qu'est-ce que c'est que ce trou ? Il faut aller voir.
Pour cela, il nous faut traverser la ville de Crozon... un peu rapidement. Bon, parait qu'il y a un grand retable baroque du XVIIème siècle dans l'église Saint Pierre, figurant le martyr de 10 000 soldats romains au mont Ararat. Ils n'y seraient pas tous figurés, mais il y en aurait tout de même 400 répartis sur 29 tableaux.
Et puis, entre nous, Crozon est surtout connu pour être le point de départ de nombreuses randonnées sur les sentiers côtiers et à travers la lande.
C'est pour cela que nous nous rendons sur cette pointe aperçue tout à l'heure et qui porte le nom de pointe de Dinan avec son chaos baptisé "château" parce que relié par une passerelle naturelle. D'où cette vision en ombre chinoise d'une sorte de "trou" sur lequel les vagues se ruent parfois avec une rage titanesque.

Dans un premier temps, je me plante un peu de chemin et nous atterrissons trop au sud... Mais vraiment au sud de la presqu'île pusique nous sommes au Cap de la Chèvre !
La Cap de la Chèvre est un endroit encore plus reculé que la Pointe de Pen Hir. Pour l'atteindre, il faut emprunter une route qui traverse la lande. Quelques maisons bretonnes jalonnent l'itinéraire de façon éparses et incongrue.

Cap de la Chèvre, maison isolée (29)          Cap de la Chèvre, marcheurs (29)

Cap de la Chèvre, mer et végétation (29)          Cap de la Chèvre, maison isolée

Une végétation variée de bord d'océan où se côtoient bruyères, ajoncs, pins maritimes et buissons, conférant au Cap son côté sauvage. Au bout du bout de la route, le sémaphore impose sa haute présence, cernée de grilles et de grillages. À ses côtés, le mémorial de l'Aéronautique navale élevé en 1988 dans un encuvement de canon allemand datant de la Seconde Guerre Mondiale.
Je pensais que nous aurions une belle vue sur la baie de Douarnenez, mais non. En fait, la vue sur la baie prend forme en suivant les différents sentiers qui s'aventurent dans le bas de la seule et unique route reliant Crozon au Cap de la Chèvre. Vu que nous sommes de grosses faignasses aujourd'hui, nous nous contentons de faire demi-tour pour tenter de trouver le bon chemin menant à la Pointe de Dinan.

Nous re-roulons à travers la lande. À un m'ment donné, je décide de prendre subitement sur la gauche, juste comme ça, pour ne pas reprendre la même route. Mais là, encore : échec ! Point de pointe de Dinan, mais un chemin étroit et escarpé qui descend dans un premier temps vers un parking sauvage où des dizaines de Van, de Break et autres voitures aménagées ont pris place ; ceci est souvent le signe de la présence de surfeurs et autres bodyboardeurs.
Que peut-il bien se passer ici ? Un concert ? Un technival ? Un futur aéroport en construction ?
Non, ici, c'est la plage de la Palue. Pas du palud ! De la Palue ! LE sport de surf de la presqu'île de Crozon !
Effectivement, après être descendus de la voiture pour admirer le panorama sur la mer d'Iroise, nous remarquons qu'il y a beaucoup de planchistes.

Cap de la Chèvre, plage de Lostmarc'h et surfeurs bretons (29)(29)

Vu que nous n'avons pas l'intetion de nous jeter à l'eau, nous re-faisons demi-tour pour rejoindre bravement la seconde route principale de la presqu'île : la D308. On va y arriver à cette pointe du Dinan avec son "château". MAIS ATTENTION !!!! Il y a un piège ! Le "château" de Dinan ne se trouve pas exactement sur la Pointe de Dinan au sud, mais juste à côté au nord. Heureusement, vu que nous nous sommes encore plantés de sentier, nous sommes finalement parvenus à trouver ce que nous cherchions.

LE CHÂTEAU DE DINAN
Pointe de Dinan, panoramique (29)

Ce lieu offre une superbe vue sur cette baie séparant la Pointe de Pen Hir de la Pointe de Dinan. Ce qui me marque surtout, c'est la forme de la côte qui nous fait face. Comme ça, dans la réalité, cela ne se voit pas trop, mais quand tu regardes une carte, voici ce que ça donne.

Ceci est la pointe de Camaret-Pen Hir
carte visage 1a
Et attention :
si nous tournons la carte sur la gauche,
que ne voit-on pas qui apparaît...
carte visage 2a
Eh ouais :
le profil du visage de la chanteuse Viktor Lazlo !

Encore une enquête résolue par Jénorme.
Hein ? Mais si, c'est le visage de Viktor Canoé rose Lazlo. Bien sûr. Bon... allez, on continue.

Nous garons la voiture sur un beau parking, bien délimité, avec du bon gravier avenant. Rien que pour ça, cela valait le coup de se perdre et de se retrouver pour finir ici. Beaucoup de panneaux de randonnées indiquent moult directions et objectifs. Nous choisissons celui indiquant "le château de Dinan".
Après quelques minutes de marche bien agréable avec cet air marin frais et tonique venant caresser nos tarins, nous arrivons au bord de falaises assez abruptes, proposant une vue imprenable sur une plage de galets au premier plan, et le Tas de Pois de la Pointe de Pen Hir en fond de champs.

Pointe de Dinan, plage de galets (29)           Pointe de Dinan, la pointe

Une plage de galets... J'adore le son de l'océan se déposant sur les galets, puis se retire dans une sorte de roulement symphonique...

Bon, j'en fais peut être un peu trop avec "mes roulements symphoniques", mais j'aime ce son silencieux.... Bon, j'en fais peut être un peu trop avec ce "son silencieux", mais j'aime la... Oh pis merde ! Cela me fait penser à l'introduction d'Oxygène, partie 4 de Jean-Michel Jarre.

Ah non, rien à voir. Bon, eh oh !
Toujours est-il que ce son me rappelle celui que j'aimais entendre lorsque j'allais à Etretat sur la grande plage de galets, le soir, lorsque la nuit était tombée. Et puisque l'on parle d'Etretat et lorsque nous tournons la tête pour tenter d'apercevoir la plage de Kerloc'h, nous découvrons la falaise "mangée" par les vagues et qui, elle aussi, comme à Etretat, a pris une forme particulière qui n'est pas sans rappeler non pas un pingouin d'Oxygène, partie IV, mais plutôt un éléphant. Eh oui, que veux-tu : je vois des formes partout.

Pointe de Dinan, éléphant de pierre (29)

Eh, hein, je ne rêve pas : on dirait bien un éléphant qui trempe son trompe dans la mer d'Iroise !

Face à nous,
là-bas au loin,
le Tas de Pois.
Pointe de Dinan, vue sur la pointe de Pen Hir

Et, au premier plan, tu vois ce que je vois ? Eh oui, c'est bien lui ; le canoë rose. Enfin, d'ici, il a plutôt l'air noir, mais bon.
Nous restons un moment silencieux face à ce paysage en regardant la barque de ce pêcheur solitaire évoluant tranquillement sur l'étendue plane de la mer d'Iroise. Le temps passe... Ah, au fait, nous étions venus ici pour voir ce pont naturel appelé "chaos du château" ? Mais il est où ? Nous regardons autour, à côté, au-dessus, en-dessous... Et puis, là-bas, un peu plus loin...

Pointe de Dinan, la pointe (29)

Il se trouve dans le renforcement, mais d'ici, nous le voyons pas. Un panneau indique qu'il faut marcher encore une demi heure pour l'atteindre. Malheureusement, la journée est déjà bien avancée et si nous faisons le calcul, nous allons prendre du retard pour la suite de l'aventure.
Nous décidons donc de regagner la voiture sans nous rendre sur ce site naturel qui avait l'air merveilleux.
Le parking, lui, est toujours aussi beau. Nous montons dans la voiture. Je démarre. Nous partons. Au revoir Pointe de Dinan. Au revoir Crozon. Au revoir presqu'île de Crozon. Direction Douarnenez, pointe du Raz et plus si affinités.

 

DANS NOTRE PROCHAIN ÉPISODE

Mélanie et Jénorme poursuivront leur périple breton en s'attaquant cette fois-ci à la baie de Douarnenez, considérée comme une des plus belles baies du monde. Puis ce sera une nouvelle fois le Bout du Monde avec la Pointe du Raz, puis...