J'vais pas y aller par quatre chemins : il pleut encore et toujours alors quand il y a un rayon de soleil provisoire et éphémère, comme on dit chez moi : "Faut y prendre !"
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...


"Faut y prendre !" ; ce qui veut dire : "Y faut pas y laisser passer !", ou encore "Profites !", ou encore "Vas-y fonce !". En clair, on ne sait pas ce qu'il peut se passer après.
C'est ainsi que j'avais vu dans le journal local... Oooh, ça s'dit plus, ça !!!
C'est ainsi qu'en parlant avec le voisin... Non plus, on ne se parle pas entre voisin !!!
C'est ainsi qu'en regardant internet et un réseau social bien connu, je suis tombé sur l'annonce d'un évènement ; et cet évènement était "Samedi 2 juin 2018, Transhumance à Lourdios-Ichère". PAF !

Cela fait maintenant dix ans que j'habite dans le Pays Basque et jamais au grand jamais, je n'ai assisté à une transhumance.
Certains peuvent dire :
CERTAINS :"- Ben écoute, moi, ça fait 52 ans que je vis en Bretagne et je n'ai jamais vu une transhumance non plus."
Ok d'accord, mais à la grande différence entre le pays basque et la Bretagne, c'est que le pays basque ne se trouve pas loin des Pyrénées ; et qui dit Pyrénées, dit montagnes ; qui dit montagnes, dit estives ; qui dit estives dit... Oh merde, c'est trop long !
BON BREF : comme les montagnes ne sont pas loin, forcément les troupeaux de brebis, de vaches et de chevaux sauvages non plus. Et qui dit montagnes et troupeaux, dit Transhumance.
Pour ceux qui ne connaissent pas ou n'ont jamais entendu ce mot, rappelons que transhumance vient du latin trans (de l'autre côté) et humus (la terre, le pays) ; ce qui donne transhumus... Ah merde, presque ! La transhumance, c'est le moment de la migration du bétail des pâturages d'hiver aux pâturages d'été dans le but de l'engraissement du troupeau et de sa reproduction.
Alors, bon, de suite, j'en vois certains arriver avec leurs gros sabots :
CERTAINS : "- Ah ben la transhumance, c'est un peu comme la migration donc un peu comme l'immigration, les réfugiés, tout ça, qui traversent la mer Méditerranée pour débarquer en Europe."
Non. Mais non enfin ! Rien à voir ! Avec la transhumance :
1) nous parlons d'animaux, et non d'humains
2) le mouvement se fait dans les montagnes, et non sur la mer Méditerranée où plus d'une soixantaine de migrants ont encore été malheureusement retrouvées noyées samedi dernier.
Malgré le départ de Zidane du Real Madrid, l'ouverture prochaine de la Coupe du Monde de foot, la météo pluvieuse, l'augmentation du prix de l'essence, le glyphozate et autres actualités à la une, la fuite d'une grande partie des populations d'Afrique se poursuit devant les ravages des différentes guerres locales. En mars 2017, on estimait à plus de cinq millions le nombre de gens ayant fui rien que la Syrie en sept années de conflit. En 2017, au moins 3119 migrants ont trouvé la mort en tentant de fuir leurs pays par la Méditerranée.
Que faire alors ? Aller combattre les fascistes sur place ? Accueillir les migrants ? Laisser faire ? Construire un grand mur de 10 mètres de haut tout le long des côtes méditerranéennes ? Faut-il "faire un tri pour garder les migrants intéressants", comme le proposait l'insipide Charles Aznavour qui se préparait à entamer sa antépénultième tournée d'adieux avec des prix de place défiants toute concurrence ? Faut-il ne retenir et naturaliser uniquement les héros d'un jour, comme ce fut le cas pour Mamoudou Gassama le 26 mai dernier ?
Tiens, ça me fait penser aux deux excellents dessins du pote Marco Large :

dessin marco               Dessin marco

Ce à quoi j'avais ajouté :
soutien

Pour tenter de faire un lien pas forcément subtil, notons qu'à Lourdios-Ichère, les bergers-éleveurs sont inquiets de la réintroduction de l'ours -un migrant venu de Slovénie-  dans les montagnes pyrénéennes, et notamment dans la vallée d'Aspe. Notons également que l'ours brun est apparu dans les Pyrénées il y a plus de cinq millions d'années...

BREF ALORS EH OH  !
J'avais donc décidé de me rendre à cet évènement régional qu'est la Transhumance de Lourdios-Ichère, goutte que goutte... euh... coûte que coûte ! Peu importe s'il y avait un beau match à Roland Garros ! Tant pis s'il y avait la finale du Top 14 ! Qu'importe la météo ! Qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il vente ! Rien ne pourra m'arrêter ! De toute façon, comme souvent en ce moment, Météo France ne sait pas trop sur quel pied danser pour annoncer le temps à venir pour le samedi 2 juin 2018.

TOUT DE SUITE,
UN POINT MÉTÉO WEEK-END !
météo
Alors, il fera soleil en même temps qu'il pleuvra pendant que quelques orages serviront avec de forts coups de vent.

Tout ceci est à prendre au conditionnel puisque Météo France pense être sûre de ses prévisions avec un indice de confiance de 2 sur 5 ; ce qui équivaut à peu près à la phrase : "On n'en sait rien, foutez-nous la paix !"

 

Toujours est-il que la veille, il avait fait beau dans le pays basque ; ce qui m'avait permis de créer et m'adonner à une nouvelle activité sportive : le baignoirsleigh ! Ben quoi ? C'est pas plus con que le Cooper's Hill Cheese-Rolling and Wake, ou le Chessboxing (mélangeant habillement boxe et échecs) ou encore le discofoot.

 

Donc alors : le Baignoirsleigh, qu'est-ce que c'est quoi ?

LE BAIGNOIRSLEIGH
Jénorme te présente le premier bobsleigh en bois

Mélange subtil de baignoire et de bobsleigh, le baignoirsleigh (ou bobgnoire) a été inventé par Jénorme le 1er juin 2018 dans la petite commune de Cherchebruit (64). Pour le pratiquer, il faut se munir d'une baignoire en bois, puis la placer en haut d'une belle pente bien inclinée à 90°. Une fois cette manoeuvre réalisée, il ne reste plus au concurrent qu'à se faire pousser dans l'inclinaison en espérant qu'il ne se fera pas trop mal ; voire même qu'il s'en sortira sain et sauf.
Pour cette première et ultime descente, Jénorme s'était également muni d'une bouteille de vin rouge au nom motivant, "Jamais renoncer", un petit côte du Roussillon rouge de 2016.

Jénorme te présente le premier bobsleigh en bois (64)        Vin de compétition

Jénorme te présente le premier bobsleigh en bois

Il n'y a pas d'images de cette seule et unique descente, mais Jénorme serait encore en vie quelque part dans les montagnes.
Certains disent même l'avoir vu le soir même dans un camion-friterie de Dax, soit à plus de 77 kilomètres de sa piste de baignoirsleigh.

IMG_20180601_214133

Ah que j'aime ces ambiances de bord de route à la tombée de la nuit, entre chien et loup. Une bonne fricadelle avec de la sauce samouraï et quelques bonnes grosses frites belges : le tout arrosé d'une Jupiler bien fraîche.

PAUSE PUB

Oui, c'était une bien belle journée.
Tiens, puisque l'on parle de baignoire, tu savais que l'inventeur du jacuzzi s'appelait Roy Jacuzzi, qu'il était italien et que ses six frères et lui-même s'étaient rendue aux États-Unis au début des années 1900 afin d'appliquer leurs connaissances en hydraulique et en dynamique des fluides au secteur aéronautique et agricole américain. Et c'est en 1968 que Roy Jacuzzi intègre une pompe d’hydrothérapie portable et miniaturisée à une baignoire, inventant ainsi la première baignoire d’hydromassage, la "Roman Bath".
Alors pourquoi ne pas intégrer cette idée au baignoirsleigh ? On remplit la baignoire d'eau, on pose des jets hydromassants sur le côté et comme ça, devant le stress de la descente, on se relaxe tout de même ; ce qui créé une sorte de mélange assez paradoxal, mais, finalement, n'est-ce pas cela la vie ? Hein ? Hein ? Hein ?


De quoi on parlait déjà au début ?

Ah oui.

 

LE LENDEMAIN
Il est 6 heures du matin. Le jour se lève sur Cherchebruit qui, pour l'occasion, devient Trouvelamélodie.
Aux premières lueurs sombres d'une nouvelle journée  -moment que l'on pourrait appeler entre loup et chien-, un oiseau lance les premières notes. Puis un autre le reprend, puis deux, puis trois, puis... on ne peut plus compter. Une harmonie, une symphonie désorganisée, un concert de sifflements se met en place...

Une nouvelle journée peut commencer. Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, ce moment reste magique. Et qu'avait-on dit que je ferai aujourd'hui déjà ?

AH OUI :
LA TRANSNHUMANCE À LOURDIOS-ICHERE !!!

C'est parti !
Pour rejoindre Lourdios-Ichère depuis Saint-Pée-sur-Nivelle, il faut emprunter quelques petites routes sinueuses traversant les villes et villages d'Espelette, Combo-les-Bains, Louhossoa, Hélette, Lacarre, Musculdy,... C'est le pays basque intérieur ; celui riche en élevage et complexes agricoles. J'arrive ensuite dans la Soule avec Gotein-Libarrenx, Trois-Villes, Tardets,... avant de bifurquer dans la belle vallée du Barétous et ses villages de Montory, Lanne et Arette. Une petite route sinueuse et étroite me fait passer ensuite du Barrétous à la vallée d'Aspe pour atteindre enfin Lourdios-Ichère.
C'est la première fois que je viens ici. De prime abord, l'impression donnée est que le village est cerné par les estives, très vertes en cette année 2018 où il ne cesse de pleuvoir. Lourdios-Ichère semble être un village de bout du monde, avec une route en impasse ; ce qui est faux puisque les D241 et D341 permettent de rejoindre soit Sarrance, soit La Pierre-Saint-Martin.
Je me gare sur les hauteurs sud-ouest du village, puis décide de rejoindre la place du village à pied. C'est là où débuteront les festivités dès 10 heures. Je longe le Gave de Lourdios, cours d'eau prenant sa source à Osse-en-Aspe.

Lourdios-Ichère, ruisseau (64)          Lourdios-Ichère, ruisseau

J'arrive sur la place du village où, déjà, un troupeau de brebis est en place, ainsi que la buvette, des stands d'animation et quelques personnes.

Lourdios-Ichère, transhumance, place depuis le pont (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, troupeau sur place (64)

Tout se met en place tranquillement aux sons des bêlements, des discussions et des commentaires de Didier Hervé, directeur de l'IPHB, qui sera notre guide pour les différentes animations de la matinée.

Lourdios-Ichère, transhumance, présentation (64)Coiffé d'un élégant béret béarnais, il passe parmi les gens micro en main, pour nous parler de Lourdios, des gens, des éleveurs, des traditions et autres anecdotes.
La transhumance de Lourdios-Ichère donne le coup d'envoi de la saison pastorale en Béarn. Les bêtes partent pour trois mois d'estive. Il faut savoir que les trois vallées béarnaise que sont l'Aspe, l'Ossau et le Barrétous comptent 210 estives et 250 bergers transhumants.

 

Et le moment est venu de se demander : Mais qu'est-ce que c'est qu'une estive ? Un champ ? Un morceau de montagne ? Un ravin ? Un plat cuisiné ?
"ESTIVE : Dans les Pyrénées, les estives sont des pâturages d'altitude. Elles sont constituées de prairies naturelles permanentes. On parle d'estive lorsque la surface du pâturage est d'un seul tenant et supérieure à 10 hectares." WIKIPEDIA

Ok super, j'y vois plus clair à présent.
Revenons sur le programme de cette transhumance de Lourdios-Ichère. Plusieurs évènements et rendez-vous. Passage de cloches sur les brebis, concours du plus beau bélier, fabrication de fromage, conception de cloches en bois, marquage des brebis, montée des troupeaux vers la place de l'église, discours de Jean Lassalle, bénédiction des troupeaux, chants béarnais, repas avec les bergers, concert, bal et exposition à l'Ecomusée du village.
Pour l'instant, nous attendons l'arrivée d'autres troupeaux. Petit à petit, la place se remplit de mouvements, de sons et de couleurs.

Lourdios-Ichère, transhumance, troupeaux sur place (64)

Lourdios-Ichère, Transhumance, rassemblement des troupeaux et patou (64)          Lourdios-Ichère, transhumance, sur la place (64)

Lourdios-Ichère, troupeaux sur place

Une fois que presque tout le monde est là, les activités peuvent commencer. Tout d'abord avec une démonstration de fabrication de fromage.

FABRICATION DE FROMAGE

Lourdios-Ichère, transhumance, fabrication de fromage (64)             Lourdios-Ichère, transhumance, fabrication de fromage Lourdios-Ichère, transhumance, fabrication de fromage         Lourdios-Ichère, transhumance, fabrication de fromage

Plusieurs étapes sont nécessaires.
1) LA TRAITE DES VACHES OU DES BREBIS. Ben oui parce que pour faire du fromage, vois-tu, il est important d'avoir la matière premières, c'est à dire le lait.
2) LA PASTEURISATION : Elle vise à débarrasser le lait de certains micro-organismes en le chauffant à 72° pendant 15 secondes.
3) LE CAILLAGE : étape essentielle à la fabrication du fromage, le but est de laisser coaguler le lait grâce à l’action de la présure (enzyme issue de l’estomac de la vache) et de ferments lactiques.
4) LE MOULAGE : maintenant, il faut mouler le caillé suivant la forme que l'on veut donner à son fromage.
5) L'EGOUTTAGE :  égoutter le caillé permet de le séparer du petit lait afin de prolonger sa conservation. Les fromages frais et fromages blancs peuvent être consommés à l’issue de cette dernière étape.

 

MARQUAGE DES BREBIS
Lourdios-Ichère, transhumance, marquage brebis (64)

Chaque éleveur a ses couleurs afin de reconnaître ses animaux. Ben oui... Voilà... Tout simplement...

 

 POSE DE CLOCHE
Lourdios-Ichère, transhumance, pose des cloches (64)

 Jean-Jacques Cauhapé, éleveur, nous montre la technique ; tout en expliquant l'importance des différents sons et teintes. Les plus grosses cloches sont pour les meneuses, qui vont conduire le troupeau, elles ont été minutieusement sélectionnées. Et lorsque le troupeau est récalcitrant, c'est la brebis meneuse qui est ainsi matée, pour montrer au reste du troupeau qu'il vaut mieux rester dans le rang.

 

CONCOURS DU PLUS BEAU BELIER
Lourdios-Ichère, transhumance, concours du plus beau bélier, insta (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, concours du plus beau bélier        Lourdios-Ichère, transhumance, concours du plus beau bélierLourdios-Ichère, transhumance, concours du plus beau bélier        Lourdios-Ichère, transhumance, concours du plus beau bélier


Et puis les premiers passages de troupeaux

se font dans le bas du village...

Les chevaux
Lourdios-Ichère, Transhumance, passage des chevaux

Les vaches
Lourdios-Ichère, Transhumance, passage des vaches (64)

 

C'est au tour des multiples brebis,
encadrées par les bergers-éleveurs et leurs chiens.
Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, centre village (64)         Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, voiture (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, pont (64)       Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis

Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, pause (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, pont       Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, vers l'église (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, montée des béarnaises 64)        Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis et rivière (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, montée des brebis, proche église

Après quelques minutes d'un défilé fourni et incessant de troupeaux de brebis et de vaches sur la route principale de Lourdios, tout le monde a rejoint la place de l'église. Une buvette a été installée, quelques marchands de fromages locaux sont là pour faire goûter leurs produits et la sono se met en place pour les différents discours et chants béarnais.

Lourdios-Ichère, transhumance, vue sur la place de l'église

Lourdios-Ichère, transhumance, place de l'église, rassemblement brebis (64)          Lourdios-Ichère, transhumance, place de l'église (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, vue sur la place de l'église

L'ancien maire du village, l'extravagant député Jean Lassalle, prononce un discours mettant en avant la richesse du terroir local, tant agricole que culturelle.

Lourdios-Ichère, transhumance, place de l'église, discours Jean Lassalle (64)

De leurs côtés, les animaux attendent tranquillement la montée définitive vers les estives, grands espaces de liberté solitaires. Certains posent pour la photo.

Lourdios-Ichère, transhumance, béarnaise

Lourdios-Ichère, transhumance, place de l'église, petit berger (64)      Lourdios-Ichère, transhumance, patou et troupeau (64)

Lourdios-Ichère, transhumance, patou et troupeau

Le patou m'intrigue. À aucun moment il n'a lâché ses brebis, comme s'il faisait parti du troupeau. Également "Montagne des Pyrénées", le patou dérivé du mot "pastre" = berger en vieux français, est un chien de berger comme on l'entendait dans les temps anciens. Son but n'est pas de rassembler le troupeau comme d'autre chiens, mais le protéger contre les animaux errants ou sauvages, ainsi que des inconnus même simplement de passage. Il est là pour s'interposer entre le troupeau et l'intrus. Sa forte corpulence et ses aboiements rauques et puissants font le reste. Le patou considère comme une agression le fait de traverser le troupeau qu'il protège. Ce n'est pas un chien d'attaque, mais de dissuasion. 
Né en bergerie, le chien entre très tôt en contact avec les moutons. La relation avec les brebis se fait ainsi de façon progressive et réciproque jusqu'à une totale acceptation. Le chien de protection dort, vit et mange avec le troupeau.

 

Après les différents discours et quelques chants béarnais, le curé du village vient bénir les troupeaux.

Lourdios-Ichère, transhumance, bénédiction des troupeaux

Lourdios-Ichère, transhumance, bénédiction des troupeaux (64)           Lourdios-Ichère, transhumance, bénédiction des troupeaux

Il n'est pas loin de 14 heures. Les gens se dirigent vers la salle de repas afin de déjeuner en groupe avec les bergers et autres acteurs de la vie locale.
Certains troupeaux ont rejoint les estives..

Lourdios-Ichère, transhumance, troupeaux dans les estives           Lourdios-Ichère, transhumance, troupeaux dans les estives (64)

La petite place du village encore animée il y a quelques heures se retrouve soudainement bien calme.

Lourdios-Ichère, transhumance, place du village après transhumance (64)

De mon côté, je retourne à la voiture.
On se quitte avec un petit résumé vidéo de la journée.