Dans notre précédent épisode qui portait le titre "Nièvre et lavoirs, part 1", Jénorme décidait de trouver un coin de fraicheur dans le département de la Nièvre touché par une forte montée des températures durant l'été 2020.
C'est ainsi qu'il s'est lancé dans la recherche de différents lieux en parcourant les routes nivernaises, un peu au hasard quand même.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Nevers, La Grippe, Montigny-aux-Amognes, Rigolas, Les Soucis, Nolay, Les Gobets... Quelle aventure ! De proximité, certes, mais quelle aventure !!!
Jamais -s'il n'y avait pas eu ces restrictions sanitaires et blablabla pas aller dans les pays étrangers-  je ne serai peut être allé dans ces petits villages nivernais qui sentent bon la campagne, le silence, la tranquillité, la nature.
Mais rappelons-le : si j'ai parcouru ces petites routes, c'est dans un but précis : chercher un coin de fraicheur en cet été 2020 quelque peu caniculaire puisque les températures à l'ombre montaient jusqu'à 44° ! Et là, je te parle que des températures réelles, pas des températures ressenties où là, on montait jusqu'à 345° ! Et à l'ombre !!!
Cette quête m'amène également à découvrir les charmes de certains endroits que je ne connaissais pas encore, ainsi que des Histoires et des histoires.


ALLEZ,
ça, c'est dit !
ON REPREND !

 

Je continue ma progression hasardeuse sur ces petites routes de campagne nivernaise. Oui, je sais, je l'ai déjà dit, mais j'aime bien le dire et le redire. Campagne nivernaise, petites routes.
Après avoir quitté Nolay, puis le hameau des Gobets où se trouve un très beau lavoir restauré, je suis la tortueuse D107 en direction de Lurcy-Le-Bourg.
Je traverse la commune pour continuer plein Nord. Toujours sur la D107. Eh oui, non mais, c'est important les chiffres. Celle-ci me fait passer par un petit hameau perdu au milieu des champs...

Vilaine, panneau (58)

Vilaine, pigeonnier et vaches (58)

C'est la première fois que je vois des vaches tentant d'entrer dans un pigeonnier... Hein ? Ah non, elles cherchent à se mettre à l'ombre.
Le champ est dominé par le château de Vilaine, édifié fin XVIIIe siècle début XIXe siècle, construit sur l’emplacement d’un ancien château fort seigneurial ; rappelant qu'à cette époque, Vilaine était un fief. Eh ouais ! Et qu'est-ce que c'est qu'un fief ? Eh bien, au Moyen-Age, c'était un domaine concédé par le seigneur à son vassal (feudataire), en contrepartie de certains services. Eh ouais. Voilà. Bon...

Je continue pour arriver à un carrefour ; là où la D107 rencontre la D977bis. Je tourne à droite en direction de Moussy. Génial, non ?!
Une fois arrivé à Moussy, dirigeons-nous vers un premier lavoir, situé sur la gauche, en direction de Montenoison.


MOUSSY
Moussy, lavoir à l'abandon, extérieurs

De prime abord, ce lavoir semble bucolique. Verdure, lierre pendant, vieille bâtisse en pierre. Maaaaaaiiisss, attends !
Malheureusement, quand on s'approche un peu plus près, on découvre que dans l'étang jouxtant le lavoir, plusieurs poissons "nagent sur le dos", étouffés par les algues et feuilles vertes qui se sont déposées à la surface de l'eau stagnante.
J'entre dans le lavoir.

Moussy, lavoir à l'abandon Moussy, lavoir à l'abandon (58) Moussy, lavoir à l'abandon, poissons (58)

L'intérieur se tient. Des herbes ont poussé entre les dalles. L'eau n'est pas claire et deux énormes poissons naviguent dedans, comme pris au piège.
Oulalalala, même s'il fait bon, pas trop chaud, ce n'est pas très joyeux. Je me casse.

Je reprends la route principale qui traverse le village. Un peu avant le panneau de sortie, un autre lavoir apparait sur la gauche, en contrebas. C'est le lavoir des Bouillons. Un lavoir original puisque, si on n'y lave plus le linge, on peut y lire.

C'est un lavoir bibliothèque.
Moussy, lavoir bibliothèque (58)
           Moussy, lavoir bibliothèque

Je m'approche. J'entre.

Moussy, lavoir bibliothèque

Moussy, lavoir bibliothèque          Moussy, lavoir bibliothèque

Un belle initiative dans ce petit village de quelques 100 habitants. Ce second lavoir est donc devenu une bibliothèque pour tous. Des chaises et des tables sont également disposées dans cet espace afin de se poser pour lire dans la douceur de l'endroit. On peut déposer, emprunter ou même garder des livres après lecture. Ce lavoir se trouve sur l'une des voies de Saint-Jacques-de-Compostelle, la voie de Vézelay.
Moussy possède également une église, l'église Saint Rémi, construite au XVIème siècle.
Moussy fut également un haut lieu de la résistance. Un monument est élevé à la mémoire des 35 hommes du Maquis Mariaux tués lors des combats des 12, 14, 15 août 1944. A l'intérieur de la mairie, un petit musée est dédié à ce triste évènement.

 

Je reprends la route principale en direction de Saint Révérien. Quelques kilomètres plus tard, je vois une toiture un peu égarée dans la "brousse".

Sancenay, lavoir (58)

Je me gare. Je m'approche.

Sancenay, lavoir

Sancenay, lavoir, intérieur              Sancenay, lavoir, intérieur, grenouille (58)

Nous sommes presque au lieu dit Sancenay. Le lavoir est un peu isolé des quelques habitations afin de profiter des eaux d'un petit ruisseau sans nom qui s'en va plus loin, se jeter dans le ruisseau de la Jarnosse, qui, lui même, va ensuite longer l'étang de la Bouillie, avant de se jeter dans le Beuvron qui va ensuite, bien plus loin, aller rejoindre l'Yonne à hauteur de Clamecy.

Je reprends la voiture. Je quitte Sancenay, puis je traverse Saint Révérien, toujours en travaux avec beaucoup de boutiques fermées et des grilles un peu partout sur les trottoirs pour empêcher les piétons de s'approcher trop près des murs fragilisés.
Direction plein nord. Quelques villages et hameaux se succèdent. Je navigue un peu au hasard, au grès des petites routes et des paysages.


Neuilly, fresque (58)
Neuilly

Champlin, des champs, des lignes
                                                   Lignes

Bussy-la-Pesle, village pano (58)
Bussy-La-Pesle                                       

Asnan, pub champagne (58)
                                   Asnan, pub pour du champagne

Sur la route, arbre (58)
Un arbre, un champ, des nuages                                  

 

Je passe au-dessus du Canal du Nivernais à hauteur de Tannay.

Tannay, canal du Nivernais (58)             Tannay, écluse canal du Nivernais (58)

Tannay est également connue pour ses vins et aussi pour être le village natal de la comédienne Sophie Leclair qui doubla la voix de Perdita dans le film d'animation "Les 101 dalmatiens"... Eh oui ! Elle a aussi doublé Ursula Andress dans la version française de "James Bond contre Docteur No".


Oui, alors là, c'est pas le bon exemple puisqu'on n'entend pas du tout sa voix ; même s'il s'agit de la bande annonce de film la plus longue du monde.
Mais Sophie Leclair (de son vrai nom Yvette Jacqueline Pieuchot) a également joué dans des films comme "Plus de vacances pour le Bon Dieu" (1950), "Des quintuplés au pensionnat" (1953), "Ce soir les jupons volent" (1956) ou encore "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule" (1975).

Cela fait un petit moment que nous n'avons pas croisé de lavoir. J'arrive à Metz-le-Comte. Pas de lavoir, mais au sommet d'une butte, une belle église, presque au milieu des vignes.


METZ-LE-COMTE
Metz-le-Comte, église romane et vignes (58)

Metz-le-Comte, église romane, autel (58)                 Metz-le-Comte, église romane

Il s'agit de l'église romane du XIIème siècle Notre-Dame-de-l'Assomption. Dedans, il fait frais, mais je n'ai pas envie de troubler plus longtemps ce calme ecclésiastique.

Je redescends la "montagne" sur laquelle se trouve l'édifice, à 314 mètres d'altitude. On passe très rapidement des vignes aux champs immenses.

Metz-le-Comte, panorama (58)

Metz-le-Comte, champs (58)

J'ai comme l'impression que je me suis éloigné de mon objectif premier qui était de trouver un coin de fraicheur.

Par contre,
j'arrive à...
La Maison-Dieu, panneau (58)
C'est donc ici !

Alors bon, pas de Dieu en vue, mais des maisons ! Et plus particulièrement une maison : la maison natale de Marie Amol. Hein ? Non, ce n'est pas une comédienne qui a doublé la voix de Vera dans Scooby-doo puisque c'est Laurence Badie ! Un peu dé sérieux !
Marie Hamol, connue sous le nom de sœur Léocadie, a été déclarée Juste parmi les nations. Et pourquoi ?, me demanderas-tu. Eh bien, pour cette action.

"Marie Arnol entre dans la congrégation des sœurs de la Providence à Sens en 1900. Elle est mère supérieure du pensionnat et couvent de Sainte-Madeleine à Vézelay dans l'Yonne depuis 1929. En 1942, avec l'aide de Agnès Navarro, directrice du pensionnat des Sœurs de Sion, elle monte un réseau de placement pour cacher des jeunes filles juives rescapées des rafles. Elles avaient entre 7 et 13 ans, on leur donnait des noms chrétiens et les faisaient participer aux offices religieux. Pour les aider, les gens du coin leur donnait des rations de nourriture gratuitement. À la Libération, ces pensionnaires représentaient environ la moitié des effectifs du pensionnat.
En 2003, son petit-neveu contacte le Mémorial de Yad Vashem pour décrire les actions de sa grande-tante. En 2006, elle fut reconnue à titre posthume, Juste parmi les Nations." WIKIPEDIA

 

C'est à La Maison-Dieu également que je décide de faire une pause dans mon périple "à la recherche d'un coin de fraicheur" pour me demander : mais qu'est-ce que je fous là ? Pourquoi suis-je aller si loin de mon point de départ et, surtout, sans objectif pré-établi ?
OK, chercher un coin de fraicheur pendant cette canicule, mais cela valait-il le coup d'aller jusqu'ici, à La Maison-Dieu, village se trouvant à quelques 80 kilomètres de mon point de départ ?
OK, peut être inconsciemment, j'ai voulu prendre la direction du nord du département nivernais parce que qui dit "fraicheur", dit "Nord".

 

QUELQUES MOIS PLUS TARD, EN DÉCEMBRE 2020...
J'aurais pu continuer ma progression vers le nord en passant par les villages de Dornecy, Chevroches, Armes... pour arriver à Clkamecy et trouver ainsi un peu de fraicheur sur les borsd de l'Yonne, autrefois rivière utilisée pour le flottage de bois.
J'aurais même pu aller encore plus loin et pourquoi pas jusqu'à Oisy où, en décembre 2020, Le Journal du Centre nous apprenait que...

déclin

J'y suis passé à Oisy. C'est un charmant village, discret, avec quelques maisons en pierres apparentes, bien restaurées, propres. Je me suis également rendu dans le petit cimetière situé sur les hauteurs du village, un peu à part. J'y ai vue la tombe de la chanteuse...

Oisy, tombe de Rika Zaraï

Dans la même édition du Journal du Centre de ce jour, il y avait également cet article.

déclin

 

 


RETOUR EN AOUT 2020
Bon, alors ? Qu'est-ce que je fais moi, là ? On se recadre un peu !
Je continue à rouler plein Nord ou je reviens sur mes pas en direction de l'Ouest ?

 

 

DANS NOTRE PROCHAIN ÉPISODE

Jénorme reprendra la direction du sud de la Nièvre afin de trouver ce fameux coin fraicheur qui lui permettra de se poser et, peut être, de boire une bière s'il ne fait pas nuit avant.
Allez, on se quitte en musique avec cette chanson qui semble bien lointaine en ces temps de pandémie...