Dans l'épisode précédent, Jénorme cherchait un coin tranquille pour boire une bière peinard loin des tumultes touristiques.
Après avoir déambulé sur les routes de la côte basque, puis les routes landaises, puis les sentiers béarnais, puis les chemins espagnoles, il s'est décidé à se rendre dans les montagnes pyrénéennes ; et plus précisément du côté du charmant village de Lescun faisant face au non moins sublime cirque de Lescun.
Quand soudain, ne voilà-t-il pas...

 

Ah oui, non, mais moi quand j'ai décidé un truc, j'y vais à fond, surtout quand il s'agit de boire une bière.

Je suis pas du genre...
Procrastiner


Ça, c'est dit.
Remettons à présent les choses dans le contexte du passé.
Pour ce billet, je me suis rendu à Lescun en juillet 2021. Autre chose à savoir, c'était le lendemain de ma seconde injection de vaccin contre la covid19. Non, je préfère expliquer parce que, tu le comprendras plus tard, tout ne s'est pas passé comme prévu.

Après, certains diront : "Mais qu'est-ce que tu t'emmerdes à aller grimper des montagnes pour boire une bière alors que tu pourrais tout simplement aller dans un bar, comme celui de Jeannine au Mans ?"


Oui, oui, certes, pourquoi pas, mais non !

 

REVENONS À

NOS BREBIS !
brebis

Nous l'avons déjà vu ici, mais il est bon de le rappeler : d'où vient l'expression "Revenons à nos moutons".
"C’est la comédie "La Farce du Maître Pathelin" (XVe siècle), dont l’auteur reste inconnu, qui est à l’origine de cette expression. Le héros, Pathelin trompe le marchand Guillaume pour lui acheter à bas prix un drap. Au moment de payer, Pathelin feint d’être mourant et de délirer. Guillaume se demande alors si lui-même ne délire pas et si la transaction a réellement eu lieu. Guillaume va ensuite être trompé à nouveau par le berger Thibault, qui lui vole tous ses moutons. Il décide de porter ces deux affaires devant le juge mais finit par confondre les draps et les moutons, tant et si bien que le juge, agacé, lui demande fermement de "revenir à ses moutons". Depuis, l’expression a subsisté et a conservé son sens originel." L'INTERNAUTE

 

Après avoir parcouru le pays basque, les Landes et le Béarn, me voici arrivé au pied du cirque de Lescun.

Jénorme au cirque de Lescun (64)

Et là, tu me dis : "Mais tu n'es pas au pied du cirque puisque tu es en hauteur juste devant ?!"
Et là, je te réponds : "Ok, pas faux, mais si je prends une photo du cirque au pied du cirque, cela donne ceci...
                              Lescun, a parking Masousa (64)
...et, convenons-en, c'est moins beau !
Et pas seulement parce que je ne suis pas sur la photo !"

D'ailleurs, où suis-je exactement quand on a cette vue imprenable (dans le sens "pas prenable") sur le cirque de Lescun ?
Eh bien, je suis sur le parking de Masousa.
Chaque fois que j'entends ce nom, je pense à Mezouza ; ce qui me fait penser au film "L'union sacrée" quand Patrick Bruel explique très brièvement à Bruno Cremer ce qu'est une mezouza. Du coup, j'en profite pour savoir ce que c'est.
"MEZOUZA : (lit. « montant de porte ») : un petit rouleau de parchemin sur lequel les mots hébraïques du Chéma sont écrits à la main par un scribe. Les parchemins de mézouza sont roulés et fixés aux montants des portes des maisons juives, désignant le foyer comme juif et rappelant à ses habitants leur connexion à Dieu et leur héritage." CHABAD.ORG

Bon bref !
Je gare la voiture sur le parking de Mezouza... Masousa. Certains sites internet de randonnées te conseilleront de te garer un peu plus haut sur le parking de Lamary et ils n'ont pas tort. cela t'évitera de marcher sur un chemin carrossable qui traverse certes un beau bois dont je n'ai pas le nom, mais qui est parcouru par le gave d'Ansabère.

Lescun, a bois de Lazergue (64)

En somme, une demi heure plus tard, j'arrive au parking de Lamary pour constater que, oui, cela aurait été mieux de monter en voiture jusqu'ici, histoire de gagner un peu de temps pour en perdre ailleurs.

 Lescun, a parking de Lamary, panneau (64)


Il est temps de faire un point topo.
Le pic de Pétragème culmine à une altitude de 2255 mètres. Pour l'atteindre depuis le parking de Lamary, il faut parcourir quelques 10,3 kilomètres pour un dénivelé de 1171 mètres. Comptons alors environ 3 heures de marche pour accéder au pic.
Voilà. Tiens, et puisque l'on parle du Pic de Pétragème, eh bien le voilà se dressant fièrement au dessus des arbres et du sentier à suivre.

Lescun, a vue sur le pic de Pétragème (64)

Il a une silhouette pas banale. On dirait une sorte de biberon, mais pas droit. En même temps, je ne suis pas sûr que ce soit le pic de Pétragème que je vois là.
Pour le moment, le sentier à suivre est le même que celui que nous avions emprunté pour rejoindre les cabanes, puis le lac d'Ansabère au début du mois de juillet dernier (cf : En route pour le lac d'Ansabère). La montée est progressive et tranquille pour le moment avec de belles vues sur les aiguilles d'Ansabère en ligne de mire.

Lescun, b fleurs et pics (64)

 

Et quelques fleurs...
Lescun, b chardons bleus               Lescun, b fleurs (64)
Chardon bleu                                                                        Molène floconneuse

Lescun, b sentier et pic d'Ansabère (64)

J'arrive à hauteur du plateau d'Ansabère, à 1350 mètres d'altitude, après 30 minutes de marche. Des vaches sont là, peinardes.

Lescun, c plateau d'Ansabère, vaches et aiguilles

Quelques sons de cloches. Je passe à côté d'elles et de quelques autres fleurs et chardons bleus. Au loin, la cabane en ruine appelée Abris du Pla d'Escoueste.

Lescun, b fleurs          Lescun, c plateau d'Ansabère, chardons et aiguilles d'Ansabère

Lescun, c plateau d'Ansabère, fleurs (64)           Lescun, c plateau d'Ansabère, fleurs et aiguilles (64)

Je laisse le plateau d'Ansabère derrière moi...
Lescun, c plateau d'Ansabère, vue du haut (64)
...pour prendre d'avantage de hauteur.
Prochaine étape : les Cabanes d'Ansabère.

 

Après avoir traversé une hêtraie (composée essentiellement d'hêtres), les cabanes d'Ansabère apparaissent quelques minutes plus tard, à 1560 mètres d'altitude.

Lescun, d cabanes d'Ansabère, arrivée (64)

Quelques vaches éparses occupent les lieux...

Lescun, d cabanes d'Ansabère, refuge et vache (64)          Lescun, d cabanes d'Ansabère, vache, pics de Pétragème et Ansabère (64)

Mais c'est également la période des estives. Les bergères et bergers des Cabanes d'Ansabère sont là avec leurs brebis.

Lescun, d cabanes d'Ansabère, arrivée

Lescun, d cabanes d'Ansabère, brebis (64)                 Lescun, d cabanes d'Ansabère, brebis

Lescun, d cabanes d'Ansabère, brebis et cabane (64)

Quand j'étais plus jeune  -c'est à dire pas bien grand-, pour moi, un berger était quelqu'un qui jouait toujours de la flûte. Un peu comme Vladimir Cauchemar.

Ben oui. Voilà. C'est comme ça. Depuis j'ai grandi et j'ai bien compris qu'une bergère, un berger ne faisaient pas que jouer de la flûte.
Par exemple, ici, aux Cabanes d'Ansabère, le berger fait aussi du fromage. C'est le cas notamment de Sandra Arrateig qui, elle, se trouve dans une autre cabane, la cabane de Pédain. Celle-ci se trouve à quelques mètres au nord des cabanes d'Ansabère. C'est un lieu reculé, situé au pied des aiguilles d'Ansabère. On peut atteindre la cabane depuis l'abris du Pla d'Escoueste que nous avons croisé à hauteur du plateau d'Ansabère.

Les Cabanes d'Ansabère, ce sont trois cabanes d'hébergement ouvertes aux randonneurs hors estives. 
Au rez-de-chaussée, une table de 8 places avec 3 bancs, 4 tabourets. La cabane possède l'éclairage électrique, un poêle à bois qui fume par temps venteux
À l'étage, il y a le couchage, possible pour 8 personnes. Il faut prévoir son matelas ou un plastique pour recouvrir ceux en place.

Mais je ne suis pas venu ici pour dormir. NON !
C'est ici, à cet endroit précis, aux Cabanes d'Ansabère, que mon sentier va dévier.

Lescun, d cabanes d'Ansabère, borne (64)

Lescun, d cabanes d'Ansabère, borne et pic de Pétragème (64)
Objectif Pétragème !

C'est beau comme nom, Pétragème. Cela fait penser au nom d'une déesse... ou d'une bagnole française.

Je ne vais donc pas sur ma gauche afin de ne pas suivre le sentier qui conduit au lac d'Ansabère, voire même au lac d'Acherito si plus d'affinités.
Nouvel itinéraire, nouveau sentier. C'est parti pour le pic de Pétragème.

La borne annonce 1,7 kilomètre de marche pour une durée de 1h45 afin de rejoindre le col de Pétragème. Je passerai ainsi de 1565 mètres d'altitude (les cabanes) à 2090 mètres (col de Pétragème) avant de rejoindre le pic à 2158 mètres d'altitude.
Ah ouais, y'a un bon dénivelé quand même d'un coup là !

Je quitte les Cabanes d'Ansabère en suivant une petite clôture électrifiée, censée garder les brebis lorsqu'elles reviennent des estives pour se faire traire. Le sentier est maintenant très étroit. Une sente. Il part parfois en plusieurs lignes, signe du passage de nombreux troupeaux.

Lescun, e sentier Pétragème, pics de Pétragème et d'Ansabère(64)           Lescun, e sentier Pétragème, vue sur les cabanes (64)

Lescun, e sentier Pétragème, fleurs et sentiers (64)

Lescun, e sentier Pétragème, brebis en liberté (64)                Lescun, e sentier Pétragème, brebis en liberté

En pleine nature ! Voilà ce que je voulais. J'ai choisi le pic de Pétragème car je sentais que les gens préféreraient se rendre sur les bords d'un lac d'altitude plutôt qu'au sommet d'un pic. Déjà parce que l'ascension est plus difficile et périlleuse, et ensuite le paysage est différent, moins paisible peut être. Préférer les rives d'un petit lac de montagne à un panorama à 360°.

Après quelques minutes de belle montée, déjà nous prenons sévèrement de la hauteur pour regarder les montagnes et vallées alentours.

Lescun, e sentier Pétragème, vue sur le pic de Laraille (64)a

Lescun, e sentier Pétragème, vue sur les cabanes de loin (64)a

 

Et pourquoi ne pas regarder aussi
pas plus loin que le bout de ses chaussures...
Lescun, e sentier Pétragème, iris latifolia (64)
Iris Latifolia

Et puis levons la tête tous ensemble...
Lescun, e sentier Pétragème, aiguilles d'Ansabère et fleurs (64)

 

Et levons la tête encore plus haut...
Lescun, e sentier Pétragème, aiguilles d'Ansabère (64)

Et ceci, vois-tu, ce sont les Aiguilles d'Ansabère.
Jamais je ne les ai vues d'aussi près. Toujours de loin...

 

SOUVENONS-NOUS

Du sentier du lac d'Ansabère.                                   Des cabanes d'Ansabère.
Lescun, lac d'Ansabère, sentier 1, aiguilles           Lescun, lac d'Ansabère, cabanes d'Ansabère, refuge, aiguilles d'Ansabère et pic de Pétragème (64)

Du panorama de Lescuns.                                   Avec des vaches devant.
Lescuns, le cirque           Lescun, lac d'Ansabère, montagnes et vaches

En reflet dans une flaque.                    Avec le Gave d'Ansabère devant.
Lescun, lac d'Ansabère, sentier 3, aiguillles d'Ansabère, reflet (64)           Lescun, lac d'Ansabère, sentier 3, Gave et aiguilles d'Ansabère (64)

 Au-dessus du Lac d'Ansabère.                              Au-dessus des rochers.
Lescun, lac d'Ansabère, pic de Pétragème, aiguilles, table des trois rois (64)           Lescun, pic et aiguilles d'Ansabère (64)

 

 

Aujourd'hui, sur le sentier montant vers le col de Pétragème, les aiguilles sont toutes proches et réellement impressionnantes. Il est des montagnes qui captivent l'attention, des montagnes dont on ne parvient pas à décrocher le regard tellement elles intriguent par leur majestuosité, leur élégance et leur forme géologique surprenante.
Je pense également au Pic du Midi d'Ossau, véritable totem de la vallée d'Ossau. Mais, ici, là, au pied des aiguilles, mon regard est tout aussi émerveillé. On les appelle les "Demoiselles". On dirait presque un bouquet de pierres.

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, sentier et aiguilles d'Ansabère (64)

 A quoi doit-on ces formes sculptées naturellement ?
Aussi étonnant que cela puisse paraitre, ce sont des roches calcaires et sédimentaires façonnées par d'anciennes mers peu profondes
"Si les Pyrénées sont une montagne jeune — datant d'environ 40 millions d'années — née de la collision de deux plaques terrestres, l'espagnole et l'européenne, elles sont tout de même le résultat de 500 millions d'années de façonnage des paysages. Le massif est composé de roches très  anciennes formées par la transformation des dépôts de sédiments pendant des centaines de millions d'années. (...)
L'érosion glaciaire, assez récente (1 million d'années), a façonné les reliefs actuels, créer les larges vallées nord-sud caractéristiques de la chaîne, les cirques et les très nombreux lacs pour la plupart d'ailleurs d'origine glaciaire." 
LES PYRENEES

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, sentier et aiguilles d'Ansabère

Autrefois donc, des mers peu profondes occupaient alors les plateaux avant le soulèvement et la collision des plaques ibérique et européenne, travaillant et recouvrant la roche calcaire et sédimentaire qui compose le cirque de Lescun. Ce fut ensuite un glacier qui recouvrait toute cette zone, du Pic d'Anie (2504m) à la vallée d'Aspe, soient plus de 50 kilomètres de long pour 200 mètres d'épaisseur. Ce sont les mouvements de ce glacier qui ont érodé et façonné la roche.

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, aiguilles d'Ansabère (64)


Maintenant, le sentier traverse une sorte de pierrier. Puis je passe au pied des aiguilles.
Est-ce que ça se grimpe ? Est-ce que ça s'escalade ? Par qui ? Par où ? Comment ? Pourquoi ?
Puisque l'homme ne peut s'empêcher d'aller dans l'espace, pourquoi résisterait-il à l'ascension de telles merveilles géologiques, apparemment inaccessibles...

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, aiguilles d'Ansabère, gros plan

 

Les aiguilles d'Ansabère sont longtemps restées les deux derniers sommets pyrénéens invaincus.
"Aussi attirantes qu’effrayantes, elles ont longtemps nargué les montagnards, jusqu’à ce que deux pyrénéistes, Lucien Carrive et Armand Calame, décident, en 1923, d’être les premiers à y laisser leur signature. Les jeunes grimpeurs n’ont à l’époque qu’une vieille corde en chanvre, trop vieille, pour attaquer la paroi, mais n’ont pas le temps d’attendre la corde commandée à Paris, qui doit arriver par le train en gare de Pau. Car ils ne sont pas les seuls à convoiter ces aiguilles. Dernier défi des Pyrénées. Lucien Carrive et Armand Calame, qui voudraient bien être les premiers à les déflorer ce jour-là, progressent rapidement devant quelques compagnons venus les soutenir du haut du pic de Pétragème, juste en face. Mais, soudain, sous le sommet, lors d’une traversée délicate, Carrive dévisse et la corde cède. Le jeune homme chute dans le vide sous les yeux ahuris des spectateurs. Calame, premier de cordée, n’a rien vu, rien entendu. Le jeune homme souffre de surdité. Il atteint le sommet, remonte la corde sectionnée et comprend avec horreur ce qu’il vient de se passer. Sous le choc, il se laisse glisser le long du brin qui lui reste, insuffisant pour descendre en rappel. Soudain, c’est le drame, le brin lui file entre les doigts, Calame chute à son tour. Longtemps, cette tragédie hantera l’aiguille maudite, mais vaincue." LAURENCE FLEURY pour SUD-OUEST

Les premiers à y survivre furent Marcel Cames et Henri Sarthou le 27 juin 1927, mais ils n'empruntèrent pas la même voie. Pour cette ascension, ils fixèrent des barres de fer dans une fissure pour franchir un passage difficile (voie du Surplomb). Quatre mois plus tard, ils reprennent l'ascension et ouvrent une nouvelle voie, la "Cames-Sarthou". 
La première expédition de Cames et Sarthou a été préparée dans l'urgence, pour être faite avant celle prévue par Jean Arlaud (accompagné de P. Bourdieu, G. Fosset, C. Laffont, Garrigue, Dr. Lacq, Marsoo, A. Monegié) prévue pour le 3 juillet 1927. Elle aura effectivement lieu, par la voie nouvellement aménagée, dite « du surplomb ».
La Grande Aiguille fut vaincue par sa paroi orientale par Jean et Pierre Ravier avec Guy Santamaria par le dièdre Nord-Est les 12 et 13 août 1954. Cette grande paroi avait été tentée à de nombreuses reprises par deux rivaux des années 1930, Henri Barrio et François Cazalet.

Pour plus d'informations sur les aiguilles et les différentes ascensions, le site de référence : LES AIGUILLES D'ANSABERE d'Yvan Thomas.

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, aiguilles d'Ansabère, gros plan           Lescun, f, le couloir d'Ansabère, aiguilles d'Ansabère, très gros plan (64)
Petit pic d'Ansabère et Spigolo (petite aiguille d'Ansabère) 

Jénorme est au pied des aiguilles d'Ansabère (64)
Jénorme au pied du Spigolo

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, au pied des aiguilles (64)
Vue sur le Spigolo (Petite aiguille d'Ansabère)

Pas un animal en vue. Pas une marmotte, pas un isard, pas un gypaète barbu !
Gypaète barbu... Quel drôle de nom.
"Le qualificatif barbu (du latin barbatus) fait référence à une caractéristique physique de l'oiseau : la touffe de plumes qui fait saillie sous son bec et donne l'impression que le menton du gypaète est orné d'une barbe noire." WIKIPEDIA

C'est un oiseau d'une longueur de 1,10 m à 1,50 m avec une envergure allant jusqu'à près de 3 m pour un poids de 5 à 7 kg.
Si en italien il est appelé "Gipeto" (à ne pas confondre avec un certain sculpteur de bois), en espagnol, le Gypaète Barbu porte le nom de "Quebrantahuesos" qui se traduit littéralement par "casseur d'os". Casseur d'os parce qu'il vient en dernier dans la chaine alimentaire car il ne mange que des os. S'il peut ingurgiter des os entre 15 et 20 centimètres de long, il a une technique pour manger les os plus longs. Il se saisit des os trop grands avec ses serres pour les emmener à 100 mètres de hauteur afin de les lâcher sur les flancs de falaise ou pierriers pour les casser et en ingurgiter ensuite les restes.


Quelques lacets dans la pierre. Le vent s'est soudainement levé. Un vent puissant et frais, qui amène avec lui quelques nuages rapides se déguisant en faible brouillard.

Cela fait un peu plus de 2h30 que je suis parti du parking de Masousa lorsque j'atteints le col de Pétragème, à 2082 mètres d'altitude très précisément.

Alors, certes, je voulais un coin tranquille pour boire un coup, il est vrai que c'est peinard. Il n'y a personne. Par contre, la vue n'est pas top.

Lescun, g col de Pétragème, nuages arrivant (64)               Lescun, g col de Pétragème, nuages arrivant

Je me trouve sur la frontière franco-espagnole. Je tente de percevoir le sommets alentours, mais ce n'est pas évident avec ce vent et ces nuages. J'hésite à aller plus loin.

En attendant que ça se lève ou pas,
pause bière !
Jénorme boit une bière au col de Pétragème (64)

Puis je regarde ce que je peux voir,
c'set à dire des rochers étranges qui sont à quelques mètres de moi.
Lescun, g col de Pétragème, rocher (64)             Lescun, g col de Pétragème, rocher


Après avoir bu la bière et ripailler un peu, le temps semble se dégager du côté de l'Espagne et me met plus en confiance pour tenter l'ascension du pic de Pétragème.

Lescun, g col de Pétragème, vue sur l'Ouest (64)            Lescun, g col de Pétragème, vue sur l'Ouest, sentier (64)

Je ne sais pas trop où descend ce sentier, mais ce n'est pas celui-ci que je dois prendre si je veux gravir le pic de Pétragème ou redescendre dans la vallée d'Aspe.

Un coup d'œil sur l'évolution des nuages sur ce que je pense être les Mallo de Acherito (2362m).

Lescun, g col de Pétragème, vue sur le sud, Castillo de Acher(64)        Lescun, g col de Pétragème, vue sur le sud, Castillo de Acher

Lescun, g col de Pétragème, vue sur le sud, Castillo de Acher        Lescun, g col de Pétragème, vue sur le sud, Castillo de Acher

 

Je vois des gens descendre tranquillement, là, sur ma gauche lorsque je fais face à l'Est.

Lescun, g col de Pétragème, vue sur le pic d'Ansabère (64)

J'en conclus que le pic de Pétragème est accessible.
Et c'est là que je me plante !


EXPLICATIONS
Lescun, d cabanes d'Ansabère, vache, pics de Pétragème et Ansabère (64)

Souvenons-nous.
Tout à l'heure, à hauteur des cabanes d'Ansabère, nous avions une magnifique vue sur une vache, certes, mais aussi sur les deux sommets à qui elle tournait le dos.
Pour plus de visibilité, enlevons la vache.

Lescun, e sentier Pétragème, pics de Pétragème et d'Ansabère(64) a

Oui, on le voit bien : en prenant la direction plein Ouest, nous avons le pic de Pétragème à gauche (au sud) et les aguilles d'Ansabère à droite (au nord).
Ok, pas de soucis, c'est clair et, en plus, ces deux pics-aiguilles n'ont pas du tout la même forme géologique.
Alors pourquoi, hein, pourquoi oui, pourquoi je me suis planté de pic ? Hein ? Pourquoi je suis parti à droite  -c'est à dire direction Pic d'Ansabère-  plutôt qu'à gauche direction pic de Pétragème ? Hein ? Non, mais pourquoi ?
Eh bien, tout simplement parce que j'ai vu des gens descendre du pic d'Ansabère, que j'ai cru que les gens n'allaient qu'au pic de Pétragème en empruntant cet itinéraire. C'est d'autant plus con que j'étais venu jusqu'ici pour voir le moins de monde possible. En même temps, si les gens descendent, ils ne sont plus au sommet. Et si je vais au sommet, il n'y aura peut être plus personne. Mais, tout de même, si j'ai vu pas mal de gens descendre du pic d'Ansabère, je n'ai vu aucune personne descendre ou monter du/au pic de Pétragème.
CONCLUSION : c'est donc persuadé de me rendre au sommet du pic de Pétragème  -2255m d'altitude, 1/2 heure de marche-  que je prends la direction du Pic d'Ansabère -2360m d'altitude, 1 heure de marche.
Bravo.

FIN DES EXPLICATIONS

 

 

♫ Je suis l'homme qui s'trompe de pic,♪
Je suis l'homme qui vient de loin,
♪ Et dans ma peau d'touriste, ♫
Je n'ai jamais peur de rien?
♫ Je suis l'homme qui s'trompe de pic, ♪
J'ai ma vie entre les mains
Et si je prends des risques,
♪ C'est pas toujours toujours malin...♫

 

ALLEZ,
ON CHANTE !

Est-ce que nous parlons un peu de cette série américaine à succès qui fut diffusée en France pour la première fois au début des années 1980 ?
Eh bien non car on n'a pas le temps.

L'ascension fortuite commence. Enfin "fortuite", disons plutôt malencontreuse. Oui, voilà.

 

ALLEZ,
ON MONTE !

Lescun, g col de Pétragème, vue sur le pic d'Ansabère

Lescun, h en route pour le pic d'Ansabère (64)

Alors, déjà que j'hésitais à monter jusqu'au pic de Pétragème suite aux aléas météorologiques et aux effets du second vaccin contre le covid, mais là. Oui, c'est dur. Ça grimpe sec !
Col de Pétragème → Pic d'Ansabère : 202 mètres de dénivelé sur une distance de 
 200 mètres. OK, un mur quoi !

J'avance, mais les jambes ont du mal à suivre. Elles se bloquent parfois. Je me pose, je m'assois. Je regarde autour de moi. Je regarde en haut sans apercevoir le sommet. Je regarde en bas en observant le chemin parcouru. Très vite, on prend de l'altitude et le col de Pétragème s'éloigne très vite finalement au point de croire que je suis au même niveau que le sommet de Mallo de Acherito, juste en face.

Lescun, h montée vers le pic d'Ansabère, vue sur les pics de Pétragème et de la Chourique (64)

Les yeux concentrés sur Mallo, je ne vois même pas le Pic de Pétragème où je pense monter à ce moment même.

Lescun, h montée vers le pic d'Ansabère, vue sur les pics de Pétragème et de la Chourique (64) A

C'est ainsi.
Je profite du panorama à travers deux brèches croisées lors de la montée vers le pic de Pétragème... d'Ansabère.

Lescun, h montée vers le pic d'Ansabère, brèche (64)

Lescun, h montée vers le pic d'Ansabère, brèche            Lescun, h montée vers le pic d'Ansabère, vue sur l'aiguille sud (64)

 Lescun, h montée vers le pic d'Ansabère, aiguille sud et vue Est(64)

Sur la photo ci-dessus, nous avons une belle vue  sur les sommets de l'Aiguille d'Ansabère (à droite) et du Spigolo (à gauche). Au centre, des nuages menaçants, mais pas trop, surplombant la vallée d'Aspe et ses autres sommets.

Une heure après le départ du col de Pétragème, j'arrive non sans mal au sommet du Pic de Pétragème... d'Ansabère.

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère (64)


Je ne suis pas plus surpris que cela d'avoir vu sur le haut de la grande aiguille d'Ansabère...
Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, aiguille nord (64)

Ben non. Normal. Content Jénorme.
Je pose à côté de la sculpture du pic d'Ansabère, tranquille, satisfait d'être arrivé jusqu'ici, sans me rendre que je ne suis pas où je crois être.
Jénorme est au sommet du pic d'Ansabère

 

Bon, allez, puisque nous sommes sur l'un des plus beaux sommets pyrénéens sans le savoir, profitons du panorama.
Bon... C'est pas d'bol : y'a des nuages ! Et ils défilent ! Ils vont, ils viennent, instables.

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur l'Est, nuages et oiseau (64)

Les nuages ont recouvert la vallée d'Aspe pour ne laisser apparaitre que quelques cimes, les plus hautes, comme le pic de Sesques (2606m) et le Balaitous (3144m).

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, nuages (64)             Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, nuages

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur le Nord, Table des 3 Rois

Les sommets de la Table des Trois Rois (2421m) et du Grand Billare (2318m) s'extirpent difficilement de la couche nuageuse blanche et mouvante avant de disparaitre à nouveau. C'est comme ça, c'set la nature. De toute façon, je ne vais pas me plaindre, je n'ai rien à faire ici, je devrais être sur le sommet du pic de Pétragème, pas sur celui du pic d'Ansabère.

Attendons quand même un peu parce que, mine de rien et malgré les conditions climatiques, je n'ai pas envie de redescendre de suite ; même s'il se fait tard.
Côté espagnol, le temps est plus dégagé.

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur l'Ouest (64)

 

Sur la gauche... non sur la droite de la photo ci-dessus, on voit très bien le sommet du Txamantxola (1945m).
Par contre, un pue plus au nord, impossible de voir le Pic d'Orhy, Pays Basque et l'océan Atlantique...

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur l'Ouest

 

 


Ça bouge. Regardons au plus près et voyons comment on domine les Petites Aguilles d'Ansabère. C'est vertigineux en se rapprochant un peu...

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur l'Est et aiguille nord (64)

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur l'Est, aiguille sud (64)

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, aiguille nord

 

Et puis soudain, surgissant des nuages. Fier et toujours reconnaissable à sa silhouette identifiable entre mille sommets... Le voici, le voilà : le pic de Pétragème ! NON ! Le pic du Midi de Jean-Pierre d'Ossau, véritable phare de pierre pyrénéen !

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur le pic du Midi d'Ossau

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur le pic du Midi d'Ossau (64)

Lescun, i sommet du pic d'Ansabère, vue sur l'Est, vue sur le pic du Midi d'Ossau


Cela ressemble à une apparition. Un fantôme. Un mirage. Un mirage tel que celui observé par Florian Clément depuis la dune du Pilat le 24 octobre dernier.

Cela semble incroyable vu la distance qui sépare la célèbre dune des montagnes pyrénéennes ; environ 250 kilomètres. Réalité ou mirage ?
"On jurerait que c’est vrai puisque nos yeux nous le disent. Mais c’est une illusion d’optique : on ne peut physiquement pas voir les Pyrénées depuis le sommet de la dune du Pilat. Et pourtant, sous certaines conditions météorologiques, on croit les voir. Mais ce n’est que le mirage des Pyrénées.
C’est un phénomène, optique et thermique, de réfraction. Cette vue des Pyrénées est donc « un mirage supérieur », dixit Frédéric Pluviaud, ingénieur pour Météo-France. Le mirage survient avec un ciel totalement dégagé quand l’air proche du sol est plus froid que quand on s’élève dans l’atmosphère, avec une variation de température de 10 degrés entre 0 et 300 mètres d’altitude. La rotondité de la Terre fait le reste. L’image réelle des Pyrénées est comme soulevée de la terre, et donc visible depuis la Dune, même si elle n’est pas “physiquement” vraie." SUD-OUEST

Ici, au sommet du pic de Pétragème... d'Ansabère, pas de mirage ! C'est bien le Pic du Midi d'Ossau qui sort son sommet des nuages... avant de disparaitre à niveau.
C'est sur cette dernière vision panoramique que je décide de redescendre dans la vallée en repassant notamment au pied des merveilleuses aiguilles d'Ansabère.

Lescun, f, le couloir d'Ansabère, sentier et aiguilles d'Ansabère

 

 

 

 

Et tout de suite,
un résumé vidéo de cette randonnée.